Legrand Jazz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Legrand Jazz
Album de Michel Legrand
Sortie 1959
Enregistré 25, 27 et 30 juin 1958 à New-York City
Durée 44:10
Genre Jazz
Label Philips, Mercury France (PolyGram)
Critique

Albums de Michel Legrand

Legrand Jazz : Michel Legrand dirige les géants du jazz américain est un album jazz sorti en France en 1959. Il réunit trois séances d’enregistrement réalisées en juin 1958 à New York avec plusieurs des meilleurs musiciens du moment, dont Miles Davis, John Coltrane, Bill Evans, Ben Webster et Donald Byrd. Tous les titres de l’album ont été choisis et arrangés par Michel Legrand, qui assuma également la direction des trois ensembles utilisés lors des séances.

Genèse[modifier | modifier le code]

En 1954, Michel Legrand avait fait paraître I Love Paris, qui fut pour Columbia Records une immense vente aux États-Unis dans la catégorie des disques de musique légère, genre dont la popularité battait alors son plein[1]. Comme il s’agissait de son premier album, Legrand ne reçut toutefois aucuns droits d’auteur pour ce succès, ce qui incita Columbia, en 1958, à lui offrir de faire un disque de son choix afin de le récompenser. Legrand opta pour un disque purement jazz, en collaboration avec des musiciens sélectionnés par lui[2]. Il conçut pour l’occasion des textures orchestrales riches, qui visaient à embellir des mélodies connues ou traditionnelles, et à offrir ainsi une base renouvelée à l’improvisation des musiciens[3].

Collaboration de Miles Davis[modifier | modifier le code]

Miles Davis fit sur Legrand Jazz l’une de ses dernières apparitions en carrière comme sideman[4]. Accompagné notamment par John Coltrane, Bill Evans et Paul Chambers, qui faisaient alors partie de son sextet, Davis contribua à « The Jitterbug Waltz », « 'Round Midnight », « Django » et « Wild Man Blues ». Comme le relate Michel Legrand : « Miles trônait alors au sommet du jazz new yorkais. Tout le monde me disait : “Il va venir à la séance et se tenir près de la porte en gardant sa trompette dans son étui fermé. Il va écouter pendant cinq minutes, et s’il aime la musique, il va s’asseoir, ouvrir son étui, et jouer […]. S’il n’aime pas, il va repartir et il ne reprendra plus jamais contact avec toi”. Je n’avais alors que vingt-quatre ans[5], et j’avais tellement peur que j’en avais des poussées de sueurs ! J’ai commencé à répéter avec l’orchestre. La porte s’est ouverte, et Miles a écouté près de la porte pendant cinq minutes. Puis il s’est assis, a ouvert son étui et a commencé à jouer. Après la première prise, il m’a demandé : “Michel, est-ce que mon jeu convient ?”. C’est comme ça que tout a débuté »[6].

Michel Legrand et Miles Davis collaborèrent de nouveau en 1990, lorsqu’ils coréalisèrent la bande originale du film Dingo.

Réception[modifier | modifier le code]

À sa sortie, Legrand Jazz fut salué par une critique enthousiaste dans le magazine Down Beat. Dom Cerulli lui décerna cinq étoiles sur un maximum de cinq, et, tout en louant la touche personnelle de Legrand, il rapprocha, sous le rapport de la puissance d’évocation, ses arrangements « plein d’imagination » de ceux réalisés par Gil Evans sur le classique Miles Ahead, paru en 1957[7]. On notera comme l’un des traits les plus originaux des arrangements proposés par Legrand l’utilisation, inédite à l’époque dans le monde du jazz, du vibraphone comme instrument essentiellement rythmique[8].

Titres[modifier | modifier le code]

No Titre Auteur(s) Enregistrement Durée
1. The Jitterbug Waltz Richard Jr. Maltby, Fats Waller 5:16
2. Stompin' At the Savoy Benny Goodman, Chick Webb, Edgar Sampson 2:22
3. 'Round Midnight Thelonius Monk, Cootie Williams 25 Juin 1958 5:51
4. Django John Lewis 25 juin 1958 3:21
5. Night In Tunisia Dizzy Gillespie, Frank Paparelli 30 juin 1958 5:51
6. In a Mist Bix Beiderbecke 30 juin 1958 4:12
7. Blue and Sentimental Mack Davis, Jerry Linvinston, Count Basie 3:21
8. Don't Get Around Much Anymore Duke Ellington 27 juin 1958 7:15
9. Wild Man Blues Louis Armstrong, Jelly Roll Morton 25 juin 1958 5:57
10. Nuages Django Reinhardt 27 juin 1958 2:32
11. Rosetta E. Hines, W.H. Woode 27 juin 1958 3:17

Musiciens[modifier | modifier le code]

Séance du 25 juin 1958[modifier | modifier le code]

Séance du 27 juin 1958[modifier | modifier le code]

Séance du 30 juin 1958[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Richard Cook, It's About That Time. Miles Davis On and Off Record, Londres, Atlantic Books, 2005, p. 96.
  2. Notes originales de Michel Legrand : Legrand Jazz + Miles Davis : Ascenseur pour l’échafaud (EJC 55433).
  3. Jack Chambers, Milestones. The Music and Times of Miles Davis, New York, Da Capo Press, 1998 (originellement publié en deux volumes par Beech Tree Books, 1983 et 1985), p. 287 (vol. I).
  4. On ne le retrouvera en "sideman de luxe que dans les années 80-90 sur des albums de Chaka Khan, Quincy Jones, Kenny Garrett, Paolo Rustichell et Shirley Horn
  5. En juin 1958, Michel Legrand, qui est né le 24 février 1932, avait en fait vingt-six ans.
  6. Cité dans les notes originales de Michel Legrand : Legrand Jazz + Miles Davis : Ascenseur pour l’échafaud (EJC 55433).
  7. Cette critique est réimprimée dans les notes originales de Michel Legrand : Legrand Jazz + Miles Davis : Ascenseur pour l’échafaud (EJC 55433).
  8. Jack Chambers, Milestones. The Music and Times of Miles Davis, p. 287 (vol. I).