Phil Woods

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Woods.
Phil Woods
Description de cette image, également commentée ci-après

Phil Woods en 2007

Informations générales
Nom de naissance Philip Wells Woods
Naissance
Springfield, États-Unis
Décès (à 83 ans)
Stroudsburg
Genre musical Jazz
Instruments Saxophone alto, clarinette
Années actives années 50 à 2015
Site officiel philwoods.com

Philip Wells Woods, dit Phil Woods, né à Springfield (Massachusetts) le et mort le à Stroudsburg (Pennsylvanie)[1], est un saxophoniste alto et clarinettiste américain de jazz.

Biographie[modifier | modifier le code]

Phil Woods en 1978

Né à Springfield, Massachusetts, Woods étudie la musique à la Manhattan School of Music et à la Juilliard School avec Lennie Tristano, qui l'influence fortement. Son ami, Joe Lopes, lui enseigne la clarinette. Bien que ne copiant pas le style de Charlie Bird Parker, il est surnommé le New Bird, surnom également donné à Sonny Stitt et Cannonball Adderley.

En 1954, Woods est engagé au ténor dans l’orchestre de Charlie Barnet avant de jouer dans le quintet de Jimmy Raney et avec George Wallington. En 1956, il participe à la tournée des Birdland All-Stars aux côtés de Conte Candoli, Kenny Dorham et Al Cohn.

Dans la décennie suivante, on le retrouve dans diverses formations et sur de nombreux enregistrements : avec Gene Quill, rencontré lors d’une jam-session, dans le quintet de Buddy Rich en 1959, en tournée dans les orchestres de Dizzy Gillespie et Quincy Jones de 1959 à 1961, dans le tentet de Thelonious Monk, avec Benny Goodman en 1962 ou encore dans le Concert Jazz Band de Gerry Mulligan.

Après s'être installé en France en 1968, Woods dirige The European Rhythm Machine, un groupe d'avant-garde jazz dans lequel on retrouve Henri Texier, Gordon Beck ou encore Daniel Humair. Il retourne aux États-Unis en 1972 et, après avoir tenté, sans succès, de monter un groupe électronique, il forme un quintet qui se produisait toujours en 2004.

Ses travaux les plus connus, en tant que sideman, sont enregistrés pour des artistes pop et rock comme son solo d'alto dans Just the way you are de Billy Joel, ou sur des albums de Steely Dan ou Paul Simon.

Phil Woods a épousé Chan Parker, la veuve de Charlie Parker.

Souffrant d'emphysème pulmonaire et placé sous oxygène depuis plusieurs années, Woods annonce arrêter sa carrière à la fin d'un concert le 4 septembre 2015[2]. Il meurt moins d'un mois plus tard, le 29 septembre.

Phil Woods en 1983

Récompenses[modifier | modifier le code]

Au cours de sa carrière, Woods reçoit quatre Grammy Awards pour sept nominations :

En 2007, il reçoit un prix Jazz Master du National Endowment for the Arts.

Discographie[modifier | modifier le code]

Enregistrements
  • Altology - Complete Quintet And Sextet Sessions, avec Gene Quill, 1956-1957
  • Yarbird suite avec Herbie Mann en leader, 1957
  • Friday the 13th, avec Thelonious Monk, 1959
  • The Quintessence, avec le Quincy Jones Orchestra, 1961
  • Rights Of Swing, 1961

Discographie sélective (depuis 1980)

  • Phil Woods Quartet - European Tour Live (1980)
  • Phil Woods avec Tommy Flanagan et Red Mitchell - Three for All (1981)
  • Phil Woods Quartet - Live At The Village Vanguard (1982)
  • The New Phil Woods Quintet Live - Integrity (1984)
  • Phil Woods & Chris Swansen - Piper At The Gates Of Down (1984)
  • Phil Woods Quintet - Gratitude (1986)
  • Phil Woods' Little Big Band - Evolution (1988)
  • Phil Woods/Enrico Pieranunzi - Elsa (1991)
  • Phil Woods Quintet - Full House (1991)
  • Phil Woods/Franco D’Andrea - Our Monk (1994)
  • Phil Woods/Gordon Beck - The Complete Concert Live At The Wigmore Hall London (1996)
  • Phil Woods - Chasin' The Bird (1997)
  • Phil Woods With The Bill Charlap Trio - Voyage (2000)
  • The Phil Woods Quintet - American Songbook II (2007)
  • Phil Woods - The Children's Suite Inspired By The Verses Of A.A. Milne (2009)

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Entretien donné à Jazz Hot, n° 630, juin 2006.

Liens externes[modifier | modifier le code]