Le Voyageur de la Toussaint

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Voyageur de la Toussaint (homonymie).
Le Voyageur de la Toussaint
Auteur Georges Simenon
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Genre Roman policier
Éditeur Gallimard
Collection Blanche
Lieu de parution Paris
Date de parution 1941
Nombre de pages 238

Le Voyageur de la Toussaint est un roman policier de Georges Simenon paru en 1941.

Simenon écrit ce roman à Fontenay-le-Comte en Vendée en février 1941[1].

Lors de sa publication, le roman rencontre un grand succès et est très rapidement adapté au cinéma sous le même titre en 1943.

Résumé[modifier | modifier le code]

Une veille de Toussaint, un jeune homme, Gilles Mauvoisin, venant de Norvège, débarque à La Rochelle. C'est la ville de ses parents. Ceux-ci viennent de mourir accidentellement à Trondheim, après avoir poursuivi, à travers le monde, une existence médiocre d'artistes au rabais. Sitôt arrivé, Gilles apprend qu'Octave Mauvoisin, le frère de son père, décédé depuis quatre mois, lui a légué son entreprise de transports et sa fortune, à la condition d'habiter sa maison et d'y laisser vivre sa veuve, Colette. Le jeune héritier entre donc en possession des biens et d'un coffre-fort dont il a la clef, mais non les cinq lettres de la combinaison. La sœur de sa mère, Gérardine Éloi, veuve elle aussi, forme, avec d'autres parents et certains notables de la ville, un groupe appelé « le syndicat » qui attire le jeune homme et, sous couleur de le protéger, cherche à l'influencer. Il s'agit notamment de le mettre en garde contre la tante Colette, jeune femme douce et fine, tout à l'opposé de son ex-mari, qui a comme amant un médecin de la ville, le docteur Sauvaget. Gilles Mauvoisin ne se laisse pas dominer ; il a pris en main les affaires de son oncle et, par souci de stabilité, s'est marié avec Alice Lepart, le premier visage qu'il a vu en arrivant à La Rochelle. Or, la femme du docteur Sauvaget, impotente, meurt, probablement de s'être elle-même empoisonnée. Son mari, soupçonné au cours d'une campagne de presse, est arrêté. Dès lors, la mort d'Octave Mauvoisin paraît rétrospectivement suspecte. Une exhumation confirme que, lui aussi, a été victime de l'arsenic. Sa veuve, Colette, sera à son tour incarcérée. Par attachement pour sa tante, dont il se sent proche par une même origine modeste, Gilles mène son enquête personnelle. Le fameux coffre, qu'il a enfin réussi à ouvrir, lui révèle des documents compromettants pour certains membres de la famille, entre autres pour Gérardine Éloi qui, accablée de dettes, avait toutes raisons de supprimer son créancier, Octave Mauvoisin. Dénoncée, Gérardine sera cependant acquittée au bénéfice du doute, l'honorabilité des membres bien-pensants du « syndicat » jouant en sa faveur. Écœuré par cette bourgeoisie de province où il se sent plus que jamais un étranger, Gilles décide de partir avec Colette, qu'il a doublement libérée, et de redevenir, comme ses parents, le voyageur…

Aspects particuliers du roman[2][modifier | modifier le code]

Histoire du début dans la vie d’un jeune homme que l’on croit naïf et malléable. Le récit débouche sur un affrontement, latent ou feutré, de deux types de société que sépare une conception différente de l’argent et des valeurs humaines.

Fiche signalétique de l'ouvrage[modifier | modifier le code]

Cadre spatio-temporel[modifier | modifier le code]

Espace[modifier | modifier le code]

La Rochelle. Fontenay-le-Comte.

Temps[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine.

Les personnages[modifier | modifier le code]

Personnage principal[modifier | modifier le code]

Gilles Mauvoisin. Sans profession. Célibataire. 19 ans.

Autres personnages[modifier | modifier le code]

  • Colette Mauvoisin, veuve d’Octave Mauvoisin, proche de la trentaine
  • Gérardine Éloi, tante de Gilles
  • Alice Lepart, fille d’une employée de La Rochelle.

Adaptations[modifier | modifier le code]

Au cinéma[modifier | modifier le code]

À la télévision[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche : Le Voyageur de la Toussaint », sur www.toutsimenon.com (consulté le 19 mars 2014).
  2. L'Univers de Simenon, sous la direction de Maurice Piron avec la collaboration de Michel Lemoine.

Éditions[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]