Le Régiment de Hull (RCAC)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Le Régiment de Hull)
Aller à : navigation, rechercher
Le Régiment de Hull (RCAC)
Image illustrative de l'article Le Régiment de Hull (RCAC)
Insigne du régiment
Salaberry Armoury.JPG
Manège militaire Salaberry

Création 7 août 1914 - présent
Pays Drapeau du Canada Canada
Allégeance Forces armées canadiennes
Branche Armée canadienne
Type Régiment blindé
Rôle Reconnaissance
Fait partie de 34e Groupe-brigade du Canada
Garnison Manège militaire Salaberry à Gatineau (Drapeau : Québec Québec)
Couleurs Bleu, argent et or[réf. nécessaire]
Devise « On ne passe pas »
Marche La marche de la victoire[1]
Anniversaire 7 août
Guerres Seconde Guerre mondiale
Commandant Lieutenant-colonel André LaFrance, CD

Le Régiment de Hull (RCAC), plus souvent appelé simplement Le Régiment de Hull, est un régiment blindé de la Première réserve de l'Armée canadienne des Forces armées canadiennes. Il est stationné dans le manège militaire Salaberry à Gatineau au Québec qui est reconnu comme monument historique. Il s'agit de la seule unité militaire francophone dans la région de la capitale nationale[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Création du régiment[modifier | modifier le code]

L'histoire du Régiment de Hull commença avec la création d'un bataillon d'infanterie à Hull le . Celui-ci fut nommé 70th Regiment, littéralement le « 70e Régiment », le [1].

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Les membres du Régiment de Hull vers 1922 sur les marches de la cathédrale de Hull

Le 230th "Overseas" Battalion, CEF, littéralement le « 230e "Outremers" Bataillon, CEF », fut créé le . Il fut renommé en 230th "Overseas" Canadian Forestry Battalion, CEF, littéralement le « 230e "Outremers" Bataillon de foresterie canadien », le . Il s'embarqua pour la Grande-Bretagne en trois détachements qui partirent respectivement le 3 mai, le 2 juin et le . En mars 1917, son personnel fut transféré au Canadian Forestry Corps, CEF et il fut dissous le [1]. De plus, plusieurs volontaires du régiment servirent au sein de divers bataillons tels que le 22e Bataillon canadien-français qui deviendra le Royal 22e Régiment.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Des détachements du Régiment de Hull furent mobilisés dès le et mis en service actif en tant que Le Régiment de Hull, CASF, (Details) où « CASF » est l'abréviation pour Canadian Active Service Force (la « Force de service actif canadienne ») le avant même la déclaration de guerre contre l'Allemagne du Canada effectuée le 10 septembre suivant[1]. Ces détachements servaient à monter la garde à des points jugés vulnérables localement. Ceux-ci furent dissous le [1].

L'invasion de Kiska

Le Régiment de Hull mobilisa le 1st Battalion, Le Régiment de Hull, CASF, littéralement le « 1er Bataillon, Le Régiment de Hull, CASF », pour le service actif le et le bataillon de réserve formant le régiment fut nommé 2nd (Reserve) Battalion, Le Régiment de Hull, littéralement le « 2e (Réserve) Bataillon, Le Régiment de Hull »[1]. Le bataillon en service actif fut envoyé à Nanaimo en Colombie-Britannique la même année où il sert à la défense territoriale de la région du Pacifique. Dans ce cadre, il participa notamment à l'expédition sur l'île de Kiska dans les îles Aléoutiennes en Alaska en tant que composante du 13e Groupe brigade d'infanterie canadienne du au [1]. Cependant, les Japonais avaient déjà abandonné l'île auparavant.[réf. nécessaire] Le , il est renommé en 4th Canadian Infantry Training Battalion, Type B (Le Régiment de Hull), CASF, littéralement le « 4e Bataillon d'entraînement d'infanterie canadien, Type B (Le Régiment de Hull), CASF »[1]. Le , le bataillon fut envoyé en Grande-Bretagne où il servit jusqu'à sa dissolution le [1]. Au même moment, le bataillon de réserve formant le régiment réadopta le nom de Le Régiment de Hull[1].

Histoire récente (depuis 1946)[modifier | modifier le code]

Des membres du Régiment de Hull en entraînement au camp Petawawa avec les nouveaux chars Sherman en 1954

Le , Le Régiment de Hull devient un régiment du Corps blindé abandonnant ainsi son rôle d'infanterie qu'il avait jusqu'alors et adoptant le nom de 21st Armoured Regiment (Régiment de Hull), RCAC, littéralement le « 21e Régiment blindé (Régiment de Hull), RCAC », où « RCAC » est l'abréviation pour Royal Canadian Armoured Corps, le nom anglais du Corps blindé royal canadien[1]. Le , il est renommé en Le Régiment de Hull (21st Armoured Regiment), littéralement « Le Régiment de Hull (21e Régiment blindé) »[1].

Troupe de reconnassaince du Régiment de Hull au camp Valcartier en 1976

Le , le régiment adopta son nom actuel[1]. Son rôle évolua de nouveau dans les années 1970 en devenant une unité blindée légère et, dès 1974, le régiment devint une unité de reconnaissance blindée.

Des membres du régiment participèrent à des missions opérationnelles outremers notamment à Chypre, en Israël, en Haïti et en ex-Yougoslavie sous l'égide de l'OTAN ou de l'ONU ainsi qu'à des opérations domestiques pour venir en aide à la population canadienne comme ce fut le cas notamment lors de la crise du verglas en 1998.

Insigne et devise[modifier | modifier le code]

L'insigne du Régiment de Hull (RCAC) est une tour d'argent entourée d'un anneau d'azur liséré d'or portant l'inscription « Le Régiment de Hull » en lettres d'or sommé de la couronne royale, accosté de feuilles d'érable d'automne au naturel et soutenu d'un castor au naturel. Le tout est posé sur un listel d'azur liséré d'or portant l'inscription « On ne passe pas » en lettres d'or[1]. « On ne passe pas » est la devise régimentaire[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n et o « Le Régiment de Hull (RCAC) », sur Chef - Personnel militaire (consulté le 21 septembre 2016)
  2. « Le Régiment de Hull », sur Armée canadienne (consulté le 21 septembre 2016)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ministère de la Défense nationale, Le Régiment de Hull (RCAC), L'Imprimeur de la Reine pour le Canada, 4 p. (lire en ligne [PDF])

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]