Le Hérisson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Le Hérisson (film)

Le Hérisson est un hebdomadaire français d'humour fondé le 11 décembre 1936, et édité par les Publications Georges Ventillard.

Il suspend sa publication pendant la guerre.

Il revoit le jour le 1er février 1946. Il passe alors du format 37 x 54 cm à un grand format. Et il adopte le célèbre papier vert[1] qui le rend particulièrement reconnaissable (son confrère Marius, lui aussi édité par Ventillard, est imprimé sur papier rose).

De nombreux journalistes y collaborent régulièrement : Raymond Baillet, Pierre Ferrary, Michel Herbert, K Ramba, Coco Ricco, Robert Rocca, Jehan Trufeme, etc. ainsi que des dessinateurs humoristiques y collaborent régulièrement : Bendel, Cabu, Chakir, Duc, Faizant, Giraud, Gondot, Harvec, Hervé, Hoviv, Jac Faure, Lassalvy, Lavergne, Louette, Martial, Pellos, Piedoue, Pierre, Pruvost, Raynaud, Sempé, Stephan, Tetsu, Voisin etc.

Le 15 juillet 1982, il absorbe Marius et devient Marius Le Hérisson. Le 15 février 1995, il devient Le Hérisson Nouveau « Politiquement incorrect », dans un format plus petit (28 x 35 cm), dans une mise en page plus moderne, imprimé en noir, vert et rouge[2]. Mais ce nouveau journal cesse de paraître le 10 mai de la même année. On voit d'autres tentatives éphémères de faire revivre le titre : Le Hérisson Matazine, toujours en 1995, qui ne connaît que quatre numéros ; puis Le Hérisson (où les dessins ont disparu) en 1996 et 1997.

Le Hérisson est évoqué dans le 65e des 480 souvenirs cités par Georges Perec dans Je me souviens. En 2015 sous l'impulsion de Dominique DEFIX, le journal renaît au format numérique avec les sites "leherissonhebdo.com" et "leherissonhebdo.fr" avec la volonté de faire perdurer la qualité et la diversité du dessin de presse à la française.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Solo, Plus de 5 000 dessinateurs de presse & 600 supports : en France de Daumier à l’an 2000, Solo - Saint-Martin, et Aedis, 2004, p. 406.
  2. Solo, op. cit., p. 407.