Le Gentilhomme à la main sur la poitrine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Le Gentilhomme à la main sur la poitrine
Image dans Infobox.
Artiste
Date
1578-1580
Type
Technique
Dimensions (H × L)
81,8 × 65,8 cm
Mouvement
Collection
N° d’inventaire
P000809Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation

Le Gentilhomme à la main sur la poitrine ou Le Chevalier à la main sur la poitrine est un tableau peint par El Greco entre 1578 et 1580. Il mesure 81,8 cm de haut sur 65,8 cm de large. Il est conservé au Musée du Prado à Madrid[1].

L’identité du modèle est restée longtemps ignorée mais on considère aujourd’hui qu’il s’agit de Juan de Silva y Ribera, IIIe marquis de Montemayor, qui fut chef militaire de l’Alcazar de Tolède[2]. Cependant, depuis peu, une autre hypothèse a été avancée. Ce portrait pourrait représenter Miguel de Cervantes[3],[4].

Description[modifier | modifier le code]

Ce tableau est l’un des portraits espagnols les plus célèbres. Un gentilhomme, la main sur la poitrine, regarde le spectateur comme s’il concluait un pacte avec lui. La position de la main semble indiquer que l’homme prête serment[3]. Vêtu avec élégance, il porte une épée au pommeau doré ainsi qu’un médaillon et une chaîne en or. A l’époque, il s’agissait d’une représentation courante d’un gentilhomme du Siècle d'or.

Analyse[modifier | modifier le code]

Une récente restauration a permis de découvrir que le fond n’est pas noir mais gris clair, ce qui, ajouté à une lumière extérieure qui illumine le visage, fait ressortir le personnage. De plus, ce fond met en évidence les subtiles nuances du vêtement sombre, ce qui confirme l’influence de l’École vénitienne[3].

Prolongement poétique[modifier | modifier le code]

Manuel Machado a consacré un poème à cette peinture en utilisant le même titre [5]:

« Este desconocido es un cristiano
de serio porte y negra vestidura,
donde brilla no más la empuñadura,
de su admirable estoque toledano. »

Traduction :

Cet inconnu est un chrétien
à l’allure sévère et à l’habit noir,
sur lequel brille le pommeau,
de son admirable épée de Tolède.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche de l'Encyclopédie en ligne Musée du Prado. Consultée le 25 octobre 2012.
  2. Fiche de la Galerie en ligne Musée du Prado. Consultée le 25 octobre 2012.
  3. a b et c CIRLOT, L. (dir.), Museo del Prado I, Col. «Museos del Mundo», Tomo 6, Espasa, 2007. (ISBN 978-84-674-3809-3), pág. 67.
  4. . Une dernière hypothèse avance que ce tableau pourrait représenter Michel de Montaigne, car la ressemblance serait frappante[réf. nécessaire]
  5. Poème de Manuel Machado, dans Estudios sobre Manuel Machado par Miguel d'Ors, Sevilla, Renacimiento, 2000, pág. 30, (ISBN 9788484720133).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]