Lalla Romano

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Graziella Romano
Description de l'image Lalla Romano.jpg.
Alias
Lalla Romano
Naissance
Demonte
Décès (à 94 ans)
Milan
Activité principale
journaliste
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture italien
Genres
roman, poésie

Œuvres principales

Maria (1953), Diario di Grecia (1960)

Graziella Romano (connue sous son diminutif Lalla Romano) est une écrivain, journaliste et poétesse italienne née le à Demonte, province de Coni, dans le Piémont et morte le à Milan). Romano est lauréate du prix Strega en 1969 pour Le parole tra noi leggere.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dans son récit autobiographique Una giovinezza inventata (1979), elle évoque avec tendresse et admiration la vie de son grand-oncle, le mathématicien Giuseppe Peano[1]. Graziano fait des études supérieures de lettres à l'université de Turin. Mariée en 1932, enseigne dans le secondaire à partir de 1929, à Coni, à Turin puis à Milan. C’est là que Romano fréquentera Anna Banti, Natalia Ginzburg et Elsa Morante[1].

Œuvres principales[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

(En Italie, toutes les œuvres de Lalla Romano ont été publiées à Turin, sauf mention contraire.)

  • Le metamorfosi, 1951 ;
  • Maria, 1953 ; Prix Veillon 1954
  • Tetto murato, 1957 ;
  • Diario di Grecia, Padoue, 1960 ;
  • L'uomo che parlava solo, 1961 ;
  • La penombra che abbiamo attraversato, 1964 ;
  • Le parole tra noi leggere, 1969 ;
  • L'ospite, 1973 ;
  • Una giovinezza inventata, 1979 ;
  • Inseparabile, 1981 ;
  • Nei mari estremi, 1987 ;
  • Un sogno del Nord, 1989.

Poésies[modifier | modifier le code]

  • Fiore, 1941 ;
  • L'autunno, Milan, 1955 ;
  • Giovane è il tempo, 1974.

Œuvres rassemblées[modifier | modifier le code]

  • Opere complete, romanzi e racconti, Milan, 1993.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Article Lalla Graziano de l’Encyclopedia Universalis