La Princesse d'Eboli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
La Princesse d'Eboli
Titre original That Lady
Réalisation Terence Young
Scénario Sy Bartlett
Anthony Veiller
Acteurs principaux
Sociétés de production Atalanta Film
Chapalo Films S.A.
Pays d’origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau de l'Espagne Espagne
Genre Film dramatique
Film historique
Durée 100 minutes
Sortie 1955

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Princesse d'Eboli (That Lady) est un film britannico-espagnol réalisé par Terence Young, sorti en 1955.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Ana, la princesse d'Éboli, porte un cache-œil noir car, durant sa jeunesse et par accident elle est devenue borgne, lors d'un duel en défendant le roi Philippe II. Depuis cet incident, elle et le monarque maintiennent une profonde amitié et une passion qui ne se consommera jamais. Elle se marie avec un ministre du roi, le prince d'Éboli, mais devient vite veuve à la mort de ce dernier. Le roi fait appel à un roturier, Antonio Pérez, afin que celui-ci devienne le premier secrétaire en titre du monarque. Philippe II attend qu'Ana et Antonio deviennent amants pour créer un scandale à la Cour, maintenant des manigances permanentes au Palais Royal. Antonio est accusé du meurtre d'un secrétaire de Juan d'Autriche et est emprisonné. Ana se résiste à partir de Madrid et elle est également emprisonnée. Après un certain temps passé en détention, elle est enfermée dans son palais et surveillée en permanence. Cependant Antonio s'échappe et essaye de trouver la princesse afin de la convaincre de partir du pays avec son fils[1].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Dans son autobiographie Le Seigneur du désorde (version française aux éditions Coll. « Camion Noir »), l'acteur Christopher Lee mentionne que, alors encore méconnu, il avait été engagé pour interpréter le capitaine de la Garde « plus d’autres petits rôles » où on n'était pas censé le reconnaître, comme un assassin masqué, un palefrenier et un cavalier sur un cheval arabe.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]