La Fleur blanche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Fleur blanche, était une maison close de la ville de Paris située au 6 rue des Moulins, dans le 1er arrondissement. Elle était notamment fréquentée par Toulouse-Lautrec (où il avait une chambre à demeure, selon la légende[1]). Cet établissement était célèbre pour sa chambre des tortures.

Origines de l'établissement[modifier | modifier le code]

L'immeuble abrita une ancienne folie d'un financier de la régence, et ne devint un bordel que sous le Second Empire.

La fin de la Rue des Moulins[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Paris sous l'Occupation allemande.

L'établissement luxueux fut réquisitionné par l'armée allemande pour le réserver à ses officiers, tout comme Le Chabanais, le Sphinx ou le One Two Two. À la fermeture, tout son mobilier fut dispersé dans une vente aux enchères menée le 30 octobre 1946 par Maurice Rheims, comme pour le Chabanais.

La rue des Moulins dessinée par Toulouse-Lautrec[modifier | modifier le code]

Le peintre y peignit sur les murs en particulier la Griserie de la belle inconnue, et il y puisa son inspiration pour une quarantaine de peintures et dessins, dont Salon de la rue des moulins (1894), Le Sofa (1894) ou encore Monsieur, Madame et le chien, couple de tenanciers de maison close (1893).

Il peignit également les prostituées de la rue des moulins au moment de l'inspection médicale à laquelle elles étaient obligées de se soumettre régulièrement. Dans Inspection médicale rue des Moulins (1894), deux filles de joie lèvent leurs chemises tandis qu'une troisième en kimono turquoise d'éloigne. Un médecin venait leur infliger un examen médical hebdomadaire dans des conditions d'hygiène déplorables, les auscultant avec un spéculum non désinfecté à usage unique[2].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les maisons closes, émission Deux mille ans d'Histoire sur France Inter le 20 octobre 2010.
  2. Douglas Cooper, Henri de Toulouse-Lautrec, Nouvelles Editions Françaises, , p. 41

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]