La Chapelle royale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis La Chapelle Royale)
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (juillet 2016).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chapelle royale.
La Chapelle royale
Pays de résidence Drapeau de la France France
Années d'activité Depuis 1977
Type de formation ensemble vocal
Genre Musique baroque
Direction Philippe Herreweghe
Fondateur Philippe Herreweghe

La Chapelle royale est un ensemble français de musique baroque fondé en 1977.

L'ensemble est l'un des huit membres fondateurs de la FEVIS, créé en 1999[1].

Historique[modifier | modifier le code]

La Chapelle royale a été fondée à Paris en 1977 par le chef d'orchestre belge Philippe Herreweghe.

Elle a pour vocation initiale d'interpréter le grand répertoire français du XVIIe siècle (Henry Du Mont, Jean-Baptiste Lully, Marc-Antoine Charpentier, André Campra, Jean Gilles...) mais, à partir de 1985, Herreweghe l'associe de plus en plus à son propre ensemble, le Collegium vocal de Gand, dans un répertoire presque exclusivement consacré à Jean-Sébastien Bach.

En marge de La Chapelle royale, Philippe Herreweghe a créé l'Ensemble vocal européen de la Chapelle royale.

La Chapelle royale a été durant les années 1980, aux côtés des Arts florissants, un des piliers de la révolution musicale des baroqueux, lancée dans les années 1970 par Nikolaus Harnoncourt et Gustav Leonhardt.

Discographie[modifier | modifier le code]

La Chapelle royale[modifier | modifier le code]

  • 1981 : Motets pour la Chapelle du roy de Henry Du Mont
  • 1985 : Grands Motets de Jean-Baptiste Lully
  • 1985 : Motet pour l'offertoire de la messe rouge et Miserere H.219 de Marc-Antoine Charpentier
  • 1986 : Motets de Josquin Desprez
  • 1987 : Musikalische Exequien de Heinrich Schütz
  • 1987 : Messe de requiem d'André Campra
  • 1990 : Requiem de Jean Gilles
  • 1990 : Dies irae et Miserere de Michel-Richard de Lalande
  • 1991 : Cantates pour basse BWV 82, 56 et 128 de Jean-Sébastien Bach

La Chapelle royale avec le Collegium vocal de Gand[modifier | modifier le code]

  • 1985 : Matthäus Passion BWV 244 de Jean-Sébastien Bach (Chapelle royale, Collegium vocal)
  • 1987 : Vespro della Beata Vergina de Claudio Monteverdi (Chapelle royale, Collegium vocal, Saqueboutiers de Toulouse)
  • 1988 : Johannes Passion BWV 245 de Jean-Sébastien Bach (Collegium vocal, Orchestre de la Chapelle royale)
  • 1990 : Cantate Am Abend aber desselbigen Sabbats BWV 42 de Jean-Sébastien Bach (Chapelle royale, Collegium vocal)
  • 1990 : Magnificat BWV 243 de Jean-Sébastien Bach (Chapelle royale, Collegium vocal)
  • 1998 : Medeamaterial de Pascal Dusapin

Ensemble vocal européen de la Chapelle royale[modifier | modifier le code]

  • 1989 : Les Lamentations de Jérémie de Roland de Lassus
  • 1992 : Missa Viri Galilei de Palestrina

Tous ces enregistrements sont parus chez Harmonia Mundi.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Plaquette FEVIS », sur fevis.com,‎ (consulté le 11 mai 2015)