La Chapelle royale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis La Chapelle Royale)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chapelle royale.
La Chapelle royale
Pays de résidence Drapeau de la France France
Années d'activité Depuis 1977
Type de formation ensemble vocal
Genre Musique baroque
Direction Philippe Herreweghe
Fondateur Philippe Herreweghe

La Chapelle royale est un ensemble vocal français de seize à trente chanteurs[1] fondé en 1977 qui a pour vocation initiale d'interpréter le grand répertoire de la musique baroque française[2],[3],[4] du Siècle d'Or[5],[6] (XVIIe siècle) (Jean-Baptiste Lully, Michel-Richard de Lalande, Henry Du Mont, Marc-Antoine Charpentier, André Campra, Jean Gilles...).

Historique[modifier | modifier le code]

En 1970, alors qu'il est encore étudiant à l'université, Philippe Herreweghe fonde à Gand en Belgique l'ensemble Collegium Vocale de Gand avec lequel il développe de nouveaux principes d'interprétation de la musique baroque[6]. Herreweghe et le Collegium Vocale se consacrent alors principalement à la musique baroque allemande et en particulier aux cantates de Bach[7],[8].

Il rencontre plus tard le musicologue français Philippe Beaussant[1],[9],[10], spécialiste du siècle de Louis XIV et de la musique baroque, qui soutient à l'époque le mouvement de redécouverte de la musique ancienne[11] et le convainc de fonder à Paris[12] un ensemble qui se consacrerait au répertoire baroque français[7], négligé à l'époque[3].

Philippe Herreweghe fonde donc la Chapelle royale à Paris en 1977[2],[6],[13],[14],[8],[15],[3],[16],[5],[17],[18],[19]. Il habite à cette époque à Paris mais il retourne très régulièrement dans sa ville natale de Gand où il continue de diriger son propre ensemble, le Collegium Vocale[8].

Durant les années 1980, la Chapelle royale est, aux côtés de l'ensemble Les Arts Florissants de William Christie, un des piliers de la révolution musicale des baroqueux, lancée dans les années 1970 par Nikolaus Harnoncourt et Gustav Leonhardt. Elle devient un des ensembles phares au niveau mondial dans le domaine du répertoire baroque français et réalise plus de 60 enregistrements pour les labels Harmonia Mundi et Virgin Classics[7].

À partir de 1985, Herreweghe associe de plus en plus la Chapelle Royale au Collegium Vocale Gent, dans un répertoire principalement consacré à Jean-Sébastien Bach.

En marge de la Chapelle royale, Philippe Herreweghe crée en 1988 l'Ensemble vocal européen de la Chapelle royale, formation dont les membres sont issus des douze pays qui composent alors la Communauté Européenne[1],[18],[20],[21], et qui a pour objectif d'interpréter le répertoire de la polyphonie Renaissance[3],[5].

Outre Herreweghe, la Chapelle royale a été dirigée par de nombreux chefs comme Gustav Leonhardt, Peter Phillips, Michel Corboz, John Eliot Gardiner, Roy Goodman, Sigiswald Kuijken et Bernard Haitink[16].

L'ensemble est l'un des huit membres fondateurs de la Fédération des ensembles vocaux et instrumentaux spécialisés (FEVIS), créé en 1999[22],[16].

Discographie[modifier | modifier le code]

La Chapelle royale[modifier | modifier le code]

  • 1981 : Motets pour la Chapelle du roy de Henry Du Mont
  • 1985 : Grands Motets de Jean-Baptiste Lully
  • 1985 : Motet pour l'offertoire de la messe rouge et Miserere H.219 de Marc-Antoine Charpentier
  • 1986 : Motets de Josquin Desprez
  • 1987 : Musikalische Exequien de Heinrich Schütz
  • 1987 : Messe de requiem d'André Campra
  • 1990 : Requiem de Jean Gilles
  • 1990 : Dies irae et Miserere de Michel-Richard de Lalande
  • 1991 : Cantates pour basse BWV 82, 56 et 128 de Jean-Sébastien Bach

La Chapelle royale avec le Collegium vocal de Gand[modifier | modifier le code]

  • 1985 : Matthäus Passion BWV 244 de Jean-Sébastien Bach (Chapelle royale, Collegium vocal)
  • 1987 : Vespro della Beata Vergina de Claudio Monteverdi (Chapelle royale, Collegium vocal, Saqueboutiers de Toulouse)
  • 1988 : Johannes Passion BWV 245 de Jean-Sébastien Bach (Collegium vocal, Orchestre de la Chapelle royale)
  • 1990 : Cantate Am Abend aber desselbigen Sabbats BWV 42 de Jean-Sébastien Bach (Chapelle royale, Collegium vocal)
  • 1990 : Magnificat BWV 243 de Jean-Sébastien Bach (Chapelle royale, Collegium vocal)
  • 1998 : Medeamaterial de Pascal Dusapin

Ensemble vocal européen de la Chapelle royale[modifier | modifier le code]

  • 1989 : Les Lamentations de Jérémie de Roland de Lassus
  • 1992 : Missa Viri Galilei de Palestrina

Tous ces enregistrements sont parus chez Harmonia Mundi.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Dictionnaire des Musiciens : les Interprètes, Encyclopaedia Universalis, 2016.
  2. a et b Pascal Ory, Dictionnaire des étrangers qui ont fait la France, Robert Laffont, 2013.
  3. a, b, c et d (en) Mark Delaere, Philippe Herrewege, a Versatile Musical Shrink, Revue The Low Countries, 2003, pp. 251-253.
  4. Jacques Mercier, Belges en France, Éditions Racine, 2006, p. 152.
  5. a, b et c Site de l'Orchestre des Champs-Elysées
  6. a, b et c « Philippe Herreweghe », France Musique
  7. a, b et c (en) Allmusic
  8. a, b et c (en) Flanders, Numéros 47 à 52, Commissariaat-Generaal voor de Internationale Samenwerking, 2000.
  9. Les Piérides : Philippe Herreweghe, et le verbe s’est fait chant
  10. (nl) Muziekcentrum.be
  11. Philippe Venturini, « Mort de Philippe Beaussant, grand écrivain du Grand Siècle », Les Échos,
  12. Ivan A. Alexandre, « L'académicien Philippe Beaussant est mort », Diapason,
  13. Michel Bosc, Musique baroque française, Splendeurs et résurrection, 2007, p. 124.
  14. Pierre François, Le monde de la musique ancienne: sociologie économique d'une innovation esthétique, Economica, 2005, p. 96.
  15. (en) Discogs : La Chapelle Royale
  16. a, b et c (en) Bach Cantatas : La Chapelle Royale (Choir & Orchestra)
  17. Outhere-music
  18. a et b Alain Pâris, Le Nouveau Dictionnaire des interprètes, Robert Laffont, 2004 et 2015.
  19. Jean-Baptiste Baronian, Dictionnaire amoureux de la Belgique, Plon, 2015.
  20. (en) Nick Wilson, The Art of Re-enchantment: Making Early Music in the Modern Age, Oxford University Press, 2014, p. 185.
  21. (en) Discogs : Ensemble vocal européen de la Chapelle royale
  22. « Plaquette FEVIS », sur fevis.com, (consulté le 11 mai 2015)