Koen de Kort

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Koen de Kort
Koen de Kort.jpg

Koen de Kort lors des Trois jours de Flandre-Occidentale 2008

Informations
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (35 ans)
GoudaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Équipe actuelle
Équipes amateurs
1997-1998 Wielervereniging Schijndel
1999-2000 Rabobank Junior
2001 Rabobank Beloften
2002-2004 Rabobank GS3
Équipes professionnelles
09.2003-12.2003 Rabobank (stagiaire)
01.2005-05.2006[n 1] Liberty Seguros-Würth
05.2006-06.2006[n 2] Würth
06.2006-07.2006[n 3] Astana
07.2006-12.2006[n 4] Astana-Würth
2007-2008 Astana
2009-2011 Skil-Shimano
01.2012-03.2012[n 5] Project 1t4i
04.2012-12.2013[n 6] Argos-Shimano
2014 Giant-Shimano
2015-2016 Giant-Alpecin
2017- Trek-Segafredo

Koen de Kort est un coureur cycliste néerlandais, né le à Gouda. Il est devenu professionnel en 2005 au sein de l'équipe Liberty Seguros, après être passé par l'équipe espoirs de Rabobank. Il est membre de l'équipe Trek-Segafredo.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et carrière amateur[modifier | modifier le code]

Koen de Kort naît le à Gouda, en Hollande-Méridionale. En 1996, il voit passer près de chez lui le Tour de France, qui part cette année-là de Bois-le-Duc. Ce passage le motive à prendre en 1997 sa première licence, au Wielervereniging Schijndel[1]. En 1999, il intègre l'équipe Rabobank Junior[2]. Régulièrement sélectionné en équipe nationale junior, il est notamment cinquième du Bank Austria Juniorentour, en Autriche, épreuve de la Coupe du monde junior[3],[4]. Il participe aux championnats du monde sur route et s'y classe 27e de la course en ligne[5]. Durant l'hiver, il pratique le cyclo-cross. Il se classe sixième du championnat du monde junior[6]. En 2000, il est troisième du championnat des Pays-Bas du contre-la-montre juniors et termine quinzième de la Coupe du monde de cette catégorie[7], grâce notamment à sa deuxième place au Tour de l'Abitibi et sa troisième place au Tour de Haute-Autriche[8]. Aux championnats du monde de cyclisme sur route, il se classe 24e du contre-la-montre[9] et 15e de la course en ligne[10].

En 2001, Koen de Kort passe en catégorie espoirs (moins de 23 ans) et intègre la formation réserve de l'équipe professionnelle néerlandaise Rabobank, nommée Rabobank GS3. En début d'année 2002, il est vice-champion des Pays-Bas de cyclo-cross des moins de 23 ans. En 2003, il est troisième de l'Olympia's Tour, remporté par son coéquipier Joost Posthuma, et intègre en tant que stagiaire l'équipe professionnelle Rabobank durant les derniers mois de la saison. Vice-champion des Pays-Bas de cyclo-cross espoirs en début d'année 2004, Koen de Kort remporte pendant cette année le Paris-Roubaix espoirs et le Grand Prix Eddy Merckx, contre-la-montre disputé en duo où il devance avec Thomas Dekker des coureurs professionnels expérimentés, comme Bobby Julich et Jens Voigt, deuxièmes. Il termine troisième de Paris-Corrèze, derrière Philippe Gilbert et Simon Gerrans. En septembre 2004, il s'engage avec l'équipe espagnole Liberty Seguros-Würth, et non avec Rabobank, afin d'y devenir professionnel en 2005. Il explique ce choix par l'incertitude quant à ses chances d'intégrer l'équipe Rabobank l'année suivante[11].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Koen de Kort commence sa carrière professionnelle au sein de Liberty Seguros-Würth en 2005. Il obtient sa première victoire en septembre, en gagnant la quatrième étape du Tour de l'Avenir. En 2006, il dispute le Tour d'Italie, son premier grand tour. Il le termine à la 124e place et se classe dixième de la dernière étape. C'est durant cette course qu'éclate l'« affaire Puerto », avec l'arrestation, entre autres personnes, du manager de l'équipe Liberty Seguros-Würth Manolo Saiz et du médecin Eufemiano Fuentes, soupçonnés d'être les principaux protagonistes d'un réseau de dopage[12]. Une quarantaine de coureurs cyclistes, dont treize membres de Liberty Seguros-Würth, sont cités par la presse ou par l'Union cycliste internationale comme étant soupçonnés d'être des clients de ce dernier[13],[14],[15]. Le sponsor Liberty Seguros met fin à son partenariat dès le mois de mai[16]. Avec l'aide du Premier ministre kazakh et président de la fédération kazakhe de cyclisme, des sponsors kazakhs sont réunis et l'équipe prend le nom de la capitale du pays, Astana, et devient Astana-Würth[17],[18]. Durant le deuxième semestre de l'année, Koen de Kort participe à plusieurs courses du ProTour avec cette équipe. Il est notamment vingtième du Grand Prix de Plouay.

En 2007, une nouvelle équipe nommée Astana est constituée et dotée d'une licence ProTour. Elle reprend huit coureurs d'Astana-Würth, dont Koen de Kort[19],[20]. Durant cette saison, il se classe notamment 14e de la classique Gand-Wevelgem. En 2008, il est cinquième des Trois jours de Flandre-Occidentale, quatrième du Ster Elektrotoer, douzième de l'Eneco Tour et troisième du championnat des Pays-Bas du contre-la-montre, derrière Lars Boom et Joost Posthuma.

Koen de Kort en 2010

En 2009, Koen de Kort rejoint l'équipe continentale professionnelle néerlandaise Skil-Shimano. En juillet, il participe pour la première fois au Tour de France. Il le termine à la 111e place. En 2010, il fait partie de l'équipe des Pays-Bas disputant la course en ligne des championnats du monde. Il en prend la 62e place[21]. Durant l'été 2011, il se classe neuvième du Tour de Wallonie et seizième de l'Eneco Tour. Il participe ensuite au Tour d'Espagne. Il est trois fois parmi les dix premiers d'étapes et termine 68e.

En 2012, Skil-Shimano devient provisoirement Project 1t4i en début de saison, puis s'appelle Argos-Shimano à partir du mois d'avril, avec l'arrivée du nouveau sponsor Argos Oil (nl). Koen de Kort se classe troisième d'À travers les Flandres en mars. En juin, il est septième du Ster ZLM Toer et dixième du championnat des Pays-Bas. Il participe pour la deuxième fois au Tour de France. En août, il dispute le Tour d'Espagne, où il est l'un des équipiers de John Degenkolb, vainqueur de cinq étapes. Il est sélectionné en équipe nationale pour la course en ligne des championnats du monde, dans le Limbourg néerlandais, en tant qu'équipier[22],[23]. Il est seizième de cette course, le meilleur Néerlandais étant Lars Boom, cinquième.

En 2013, de Kort est victime d'une fracture à une clavicule durant le Tour du Qatar[24]. En mai, il participe au Tour d'Italie en tant qu'équipier de John Degenkolb[25].

Au mois d'août 2016, il signe un contrat de deux ans avec l'équipe Trek-Segafredo, où il rejoint John Degenkolb[26].

Palmarès et classements mondiaux[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Koen de Kort (deuxième en partant de la gauche) dans un groupe d'échappés lors du Tour de France 2009.

Tour de France[modifier | modifier le code]

6 participations

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

2 participations

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

6 participations

Classements mondiaux[modifier | modifier le code]

Année 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015
UCI World Tour nc 230e[27] nc[28]
UCI America Tour 248e[29]
UCI Asia Tour 303e[30]
UCI Europe Tour 1186e[31] 507e[32] 615e[33] 171e[34]
UCI Oceania Tour 38e[35]
Légende : nc = non classé

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Du 1er janvier 2005 au 24 mai 2006
  2. Du 25 mai 2006 au 21 juin 2006
  3. Du 22 juin 2006 au 3 juillet 2006
  4. Du 4 juillet 2006 au 31 décembre 2006
  5. Du 1er janvier 2012 au 31 mars 2012
  6. Du 1er avril 2012 au 31 décembre 2013

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Koen de Kort », sur 1t4i.com (consulté le 5 juillet 2012)
  2. (nl) « Biografie », sur koendekort.nl (consulté le 5 juillet 2012)
  3. (en) « Stage 5 Thörl - Waidhofen an der Ybbs, 109 km », sur cyclingnews.com, (consulté le 5 juillet 2012)
  4. « UCI 100UCI Road/Route Rankings/classements - 1999 », sur uci.ch, (consulté le 5 juillet 2012)
  5. (en) « Hometown victory », sur cyclingnews.com, (consulté le 5 juillet 2012)
  6. (en) « Aernouts wins in the mud », sur cyclingnews.com, (consulté le 5 juillet 2012)
  7. « Fin de 2000 - Classements Route », sur uci.ch (consulté le 5 juillet 2012)
  8. (en) « Stage 4 - July 2: Haid - Gallneukirchen, 140.6 km », sur cyclingnews.com, (consulté le 5 juillet 2012)
  9. (en) « Mazur confirms his status », sur cyclingnews.com, (consulté le 5 juillet 2012)
  10. (en) « Yates leapfrogs the rest », sur cyclingnews.com, (consulté le 5 juillet 2012)
  11. (en) « Young Rabobank losing two », sur cyclingnews.com, (consulté le 5 juillet 2012)
  12. (en) « Cycling News Flash for May 23, 2006 », sur cyclingnews.com, (consulté le 30 juin 2012)
  13. (en) The list gets longer, Cyclingnews.com, 30 juin 2006.
  14. Dopage - La liste des coureurs cités, L'Équipe, 30 juin 2006.
  15. Opération Puerto : Prise de position de l'UCI, communiqué de presse de l'UCI, 30 juin 2006.
  16. Liberty lâche Manolo Saiz, L'Équipe/Agence France-Presse, 25 mai 2006
  17. (en) « Vinokourov: "I believe Saiz" », sur cyclingnews.com, (consulté le 5 juillet 2012)
  18. (en) « Sáiz's team becomes Astana-Würth », sur cyclingnews.com, (consulté le 5 juillet 2012)
  19. (en) « Astana to create all-new management company », sur cyclingnews.com, (consulté le 5 juillet 2012)
  20. (en) « Astana granted ProTour licence », sur cyclingnews.com, (consulté le 5 juillet 2012)
  21. (en) « King Thor roars to Worlds victory », sur cyclingnews.com, (consulté le 7 juillet 2011)
  22. (nl) « Nederland met vier beschermde renners op WK », sur wielerland.nl, (consulté le 27 septembre 2012)
  23. (nl) « Nederlandse selectie voor WK Valkenburg bekendgemaakt », sur wielerland.nl, (consulté le 27 septembre 2012)
  24. (en) « Tankink in hospital after being hit by car », sur cyclingnews.com,
  25. (en) « Degenkolb eying at least one stage win in Giro d'Italia », sur cyclingnews.com, (consulté le 13 mai 2013)
  26. « Le journal des transferts », sur velo101.com, (consulté le 13 août 2016)
  27. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2014 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  28. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2015 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  29. (en) « UCI America Tour Ranking - 2012 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  30. (en) « UCI Asia Tour Ranking - 2011 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  31. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2009 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  32. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2010 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  33. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2011 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  34. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2012 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  35. (en) « UCI Oceania Tour Ranking - 2012 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :