Khâlot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Un khâlot vu de profil.

Le khâlot (ou calot) est une coiffe traditionnelle/folklorique des étudiants de quelques classes préparatoires très minoritaires en France. C'est un « bonnet de police » de différentes couleurs selon la filière. Le port du khâlot symbolise sa vie d'étudiant. Il témoigne de l'intérêt porté à la vie et aux traditions de son lycée ainsi que de ses différentes responsabilités ou exploits au cours de ses années en prépa.

Histoire[modifier | modifier le code]

À l'origine, les prépas scientifiques avaient pour but de former leurs élèves afin qu'ils puissent intégrer une école militaire (Ecole Navale, Saint-Cyr, Ecole de l'air, Polytechnique…). Le calot militaire a donc été porté au départ par imitation de leurs ainés. Le khâlot s'est peu à peu enrichi de couleurs, d'insignes et de rubans. Il n'est de nos jours porté régulièrement que par les élèves de quelques prépas. Le calot et les traditions liées permettent d'entretenir un esprit de bonne camaraderie de classe.

Une coiffe codifiée[modifier | modifier le code]

Les élèves de prépa souhaitant porter le khâlot doivent se soumettre à un certain nombre de « règles »[1][réf. insuffisante], assez larges pour permettre toutes les fantaisies et assez strictes pour réaliser l'uniformité au sein du groupe, tout en laissant libre cours à l'imagination des étudiants.

Les couleurs, symboles et langages de la prépa sont mêlées et probablement issues en grande partie des traditions des Grandes Écoles, en particulier des traditions parisiennes, et surtout celles de l'École polytechnique (elles-mêmes issues pour partie de traditions militaires) reprises par les préparationnaires comme insignes de leurs ambitions.

Ces traditions trouvent un fond commun dans les traditions universitaires (comme la faluche, dont le khâlot est la version "militaire", issue de la militarisation des Lycées par Napoléon) dont elles reprennent de nombreux attributs (rubans, lettres brodées ou dorées).

Couleurs[modifier | modifier le code]

Traditionnellement les couleurs adoptées sont :

  • pour les taupins : bleu-noir à liseré rouge ou jaune (le noir et rouge étant les couleurs de l'uniforme des polytechniciens) ;
  • pour les littéraires : marron à liseré jaune ou rouge (jaune pour les A/L et rouge pour les B/L) ;
  • pour les agros : vert à liseré jaune ;
  • pour les H.E.C. : bleu ciel ;
  • pour les vétos : rouge.

Inscriptions du nom du lycée[modifier | modifier le code]

Le terme « baz », diminutif de « bazar », signifiant lycée en argot scolaire, à l'instar de « bahut ».

Exemples :

Ces appellations sont inscrites sur le khâlot.

Postes[modifier | modifier le code]

Certains élèves occupant des postes précis[2][réf. insuffisante] peuvent mettre un signe distinctif :

  • Z : Président ou Prez' (d'où le Z), il tient la feuille d'absences et le cahier de textes, il relie la classe au reste des instances administratives ;
  • V Z : Vice-président ;
  • K$ : "Trésorier". Le potassium et le soufre feraient précipiter l'or... une autre explication serait qu'il s'occupe des « Khestions de Sous » ou encore qu'il gère la "Khaisse à sous". Il récolte l'argent pour diverses occasions (repas de classe, khâlots, zinzins…) ;
  • Sigma : il gère la roulette des khôlles. Généralement, les récompenses découlant de ce genre de poste ne seront pas à la hauteur du labeur à fournir.

Dans la plupart des prépas (ni à Faidherbe, ni à Baggio), de nos jours, le Z cumule les trois postes, et les autres appellations sont tombées en désuétude.

Dans certaines prépas aux traditions d'internat vivaces, comme Ginette, Faidherbe ou Baggio, d'autres appellations spécifiques distinguent certains élèves. On peut ainsi retrouver la Miss, le Sex B, le Tan Phi, le CDO[3] ... autant de fonctions plus ou moins honorifiques propres à chaque lycée, voire à chaque classe.

Les lycées militaires[modifier | modifier le code]

Les élèves des lycées militaires portent le calot, mais celui-ci est réglementé et sujet à bien moins de fantaisies que le calot des préparations "civiles".

Collège Stanislas de Paris[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
Deux khâlots du lycée Stanislas

Le lycée Stanislas à Paris possède des traditions légèrement différentes, qui demeurent relativement vivaces, les élèves ne portant plus (sauf exception, lors de l'intégration ou de quelques sorties) leur khalôt à l'extérieur du lycée, mais régulièrement en intérieur, notamment lors des Joutes oratoires opposant les diverses classes.

Les couleurs réglementaires des calots sont les mêmes, excepté pour les khâgnes B/L qui possèdent le calot vert. Contrairement à Faidherbe, l'Epsilon est porté par tous les titulaires du Baccalauréat, quelle que soit la filière, avec la roue dentée en plus pour un baccalauréat SI. La cérémonie de remise des calots a lieu dans les 2 premiers mois de la vie d'un préparationnaire par son parrain lors d'une cérémonie dans la cour des prépas. Les insignes arborés sur les calots sont divers et variés et ont chacun une signification particulière.

Insignes Signification
Bacchus Élève ayant fait latin ou grec au lycée.
Balais Le balais est tordu si l'élève n'assiste pas aux séances de sport.
Moulin Jeune fille logeant en foyer de jeunes filles.
Bouteille Une bouteille par année d'internat.
Dromadaire et un chiffre Nombre d'années d'étude dans un établissement privée.
Fleur de lys Elève étant scout.
Scie Pour les élèves de PCSI, la scie est tordue si l'élève choisit la voie PC.

De plus les élèves choisissent par classe des insignes qui représenteront chacun de leurs professeurs.

Traditions liées[modifier | modifier le code]

Il a existé et persiste (à Faidherbe notamment) une tradition de serments destinés à ajouter un peu de solennité aux cérémonies entourant les khâlots. La tradition veut à Faidherbe que le khâlot soit porté de travers (en PI/2) jusqu'à la cérémonie de retournement de khâlot où le bizuth (1er année) devient un "véritable" faidherbard après avoir récité un serment propre à sa filière[4],[5][réf. insuffisante].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Guide du Khâlot
  2. Fonctions de classe
  3. Benji, « Faidherbard Online >> Fonctions », sur faidherbard.free.fr (consulté le 8 août 2015)
  4. Benji, « Faidherbard Online >> Serment Taupin », sur faidherbard.free.fr (consulté le 8 août 2015)
  5. Les différents serments de prépa

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]