Kelbadjar (raion)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Kelbadjar
(az) Kəlbəcər
Kelbadjar (raion)
Administration
Pays Drapeau de l'Azerbaïdjan Azerbaïdjan
Centre administratif Kelbadjar
Géographie
Coordonnées 40° 06′ 24″ nord, 46° 02′ 18″ est
Superficie 305 000 ha = 3 050 km2

Kelbadjar ou Kalbajar, ou Kəlbəcər selon la graphie azérie, est un raion d’Azerbaïdjan, dont le chef-lieu est Kelbadjar. La partie orientale est cependant contrôlée par la république autoproclamée du Haut-Karabagh.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le raion s'étend sur 3 050 km2 à l'extrémité ouest de l'Azerbaïdjan et est frontalier de l'Arménie.

Histoire[modifier | modifier le code]

La région entre les montagnes du Karabagh et du Zanguezour commence à être peuplée de tribus nomades kurdes au XVIIIe siècle. De 1923 à 1929, la région fait partie du Kurdistan rouge, entité administrative de la République socialiste soviétique d'Azerbaïdjan. Le raion de Kelbadjar est créé en 1930. Elle partage sa frontière à l’ouest avec la République d’Arménie.

Au cours de la première guerre du Haut-Karabagh, le raion est occupé à partir de 1993 par la république autoproclamée du Haut-Karabagh qui l'intègre dans ses régions de Chahoumian et de Martakert. L'ONU continue de reconnaître cette région comme faisant partie du territoire de l'Azerbaïdjan conformément à la résolution 822 du Conseil de sécurité[1].

À l'issue de la deuxième guerre du Haut-Karabakh de l'automne 2020, un accord est conclu entre l'Arménie, l'Azerbaïdjan et la Russie. Il entre en vigueur le et prévoit notamment qu'une grande partie de la région doit être restituée à l'Azerbaïdjan le 15 novembre[2]. Cependant ce dernier accorde un délai en reportant la date limite de retrait des forces arméniennes au 25 novembre[3]. Le retour de ce territoire sous souveraineté azerbaïdjanaise est donc effectif à cette date, mais une partie à l'est demeure sous le contrôle du Haut-Karabagh, dans la région de Martakert.

Sites et monuments[modifier | modifier le code]

Le raion abrite 750 monuments et sites culturels arméniens dont des églises, des monastères, des forteresses et des khatchkars. Le plus connu est le monastère de Dadivank (Xudavəng)[4],[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Résolution no 822 du Conseil de sécurité »,
  2. « Ce que dit l'accord entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie », sur L'Humanité, (consulté le 15 novembre 2020)
  3. « Haut-Karabakh : l'Azerbaïdjan accorde un délai à l'Arménie pour se retirer », sur France24, (consulté le 15 novembre 2020)
  4. (en) Robert H. Hewsen, Armenia: A Historical Atlas, The University of Chicago Press, , p. 40, 101-102, 264-265
  5. « Les monuments de Kelbedjer libérés de l'occupation », sur Azvision,