Karskaya

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Karskaya
Karskaya, Taureau, série Espana, 1953.jpg

Karskaya, Taureau, série Espana, 1953

Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 84 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Karskaya (Ida Karsky, née Schraybman, 1905 – 1990) est une peintre et collagiste française d’origine russe, qui s’inscrit dans la mouvance de la Deuxième École de Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est aussi un des acteurs du courant de l’Art informel. Elle a vécu et travaillé en France, à Paris et dans l’Aveyron. Mariée au peintre et journaliste Serge Karsky, Karskaya a été conseillée et influencée par Soutine au début de sa carrière de peintre (1939 – 1940). Sa première exposition personnelle à Paris a lieu en 1946 à la galerie Pétridès, préfacée par Francis Carco.

Après cette exposition, l’art de Karskaya devient, pour une quinzaine d’années, non figuratif, avec des séries que la peintre nomme Jeux nécessaires et Gestes inutiles, España, Lettres sans réponse, Gris quotidiens, Mexico, reflétant par ces titres divers aspects de sa création[1].

Si Karskaya travaille tout au long de sa carrière sur de multiples supports, en utilisant de nombreuses techniques, elle est en particulier reconnue à partir des années 1950 pour ses collages, utilisant toutes sortes de matériaux possibles et imaginables (écorces, brindilles et cordes, déchets de bois et de métaux, pierres et ardoises, etc.). Elle expose alors dans de nombreuses galeries parisiennes ainsi qu’à l’étranger (New York, Londres). Elle se lie d’amitié et parfois collabore avec des peintres (Jeanne Coppel, Chafik Abboud, Esther Hess), des musiciens (André Boucourechliev, Gyorgy Kurtag), et de nombreux écrivains : Jean Paulhan, Henri Calet, Francis Ponge, Maurice Nadeau, Frédéric Rossif, Kenneth White, qui ont tous écrit sur elle et sa peinture[2],[3].

À partir des années 1960, Karskaya expose souvent en Allemagne et au Danemark. Elle revient vers une certaine forme de figuration transposée, dans des séries d’œuvres comme les Invités de Minuit (réalisées en collaboration avec la peintre Esther Hess) ou les tableaux de la série « connusinconnus » exposés en commun avec le peintre Chafik Abboud[4].

KARSKAYA, Gris Quotidien, 1959

À partir du début des années 1970, Karskaya s’intéresse aussi à la tapisserie, dont elle réalise dans son atelier plusieurs exemplaires uniques, à base de laine, sisal, cuir, cordes, plomb, etc.. Certaines de ces tapisseries, qui seront exposées dans plusieurs biennales et rencontres internationales (Lausanne, 1975, Seattle et Cleveland, USA, 1977) répondent à des commandes de l’État ou de Régions.

Par ailleurs, Karskaya continue jusqu'à sa mort, en 1990, à créer et à exposer ses œuvres, l’État lui consacrant une exposition rétrospective en 1980 à la Fondation nationale des arts graphiques et plastiques (Paris)[5],[6]. Depuis son décès, et bien que Karskaya soit considérée comme représentant une tendance (« les années 1950 ») peu à la mode au début du XXIe siècle, des expositions personnelles ont lieu régulièrement, tous les deux ou trois ans, à Paris et en province.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bonnefoi, Geneviève, Karskaya, Ginals, Abbaye de Beaulieu en Rouergue, , pp.6-20
  2. Monnin, Françoise, Le Collage, art du 20e siècle, Paris, Fleurus, , pp. 30-31
  3. Bonnefoi, Geneviève, Les Années fertiles, Ginals, Mouvements, , p. 231
  4. Bonnefoi, Geneviève, Karskaya, Ginals, Abbaye de Beaulieu en Rouergue, , pp. 23-25
  5. Harambourg, Lydia, « Karskaya », in L’École de Paris : 1945 – 1965, Neuchâtel (Suisse), Ides et Calendes, , pp. 264-265
  6. Monnin, Françoise, Le Collage, art du 20e siècle, Paris, Fleurus, , p. 31

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bonnefoi, Geneviève, Karskaya, monographie éditée à l’occasion de la rétrospective Karskaya, Abbaye de Beaulieu en Rouergue, Ginals, 1972.
  • Bonnefoi, Geneviève, Les Années fertiles, éd. Mouvements, Ginals, 1988.
  • Karskaya, « Et je parle », livre publié d’après les entretiens avec l’artiste par Vladimir Tchinaev en 1986, traduits par Elena Brullé, éd. Galerie Pierre Brullé, Paris, 1997.
  • Monnin, Françoise, Le Collage, art du 20e siècle, éd. Fleurus, Paris, 1993.
  • Harambourg, Lydia, « Karskaya », in L’École de Paris : 1945 – 1965, éd. Ides et Calendes, Neuchâtel (Suisse), 1993, p. 264 – 265.
  • Makhroff, Cyrille, « Karskaya », Les Peintres de l’immigration russe, 1917 – 1939, éd. Notabene, St-Pétersbourg (Russie), 1999, p. 317 – 318.
  • Seuphor, Michel, 50 ans de Peinture abstraite, éd. Hazan, Paris, 1957.

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • François Luxereau, Karskaya, film sur support DVD (26′), musique Michel Karsky, production : Süpor XAO, 2005

Liens externes[modifier | modifier le code]