Kaoutar Harchi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Kaoutar Harchi
Kaoutar Harchi - Atlantide 2018.jpg
Kaoutar Harchi lors du Festival Atlantide - Les Mots du Monde à Nantes, le Lieu Unique, le 17 février 2018.
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Dir. de thèse
Bruno Péquignot (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Genre artistique
Distinction

Kaoutar Harchi, née en à Strasbourg, est une écrivaine et sociologue de la littérature française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est élevée à Strasbourg par des parents d'origine marocaine où elle suit des études secondaires dans un établissement privé[1] avant de s'inscrire à l'université[2].

À 22 ans, elle publie son premier roman Zone cinglée chez Sarbacane. Elle publie ensuite deux autres romans, L'ampleur du saccage en 2011 et À l'origine notre père obscur en 2014 chez Actes Sud. En 2021, elle publie Comme nous existons chez Actes Sud.

Sociologue de formation, elle soutient en 2014 sa thèse dirigée par Bruno Péquignot, à l'université Sorbonne-Nouvelle[3]. Sa thèse porte sur La formation de la croyance en la valeur littéraire en situation coloniale et postcoloniale. Dans cet essai, elle étudie les trajectoires individuelles en France, entre 1950 et 2009, de quatre écrivains algériens francophones, Kamel Daoud, Rachid Boudjedra, Boualem Sansal, Kateb Yacine et une écrivaine, Assia Djebar. Cet essai est publié chez Fayard en 2016 sous le titre Je n’ai qu’une langue et ce n’est pas la mienne[4]. L'essai est traduit en anglais sous le nom I Have Only One Language, and It Is Not Mine: A Struggle for Recognition chez Liverpool University Press en 2023.

Elle est chercheuse associée au Cerlis (Centre de recherche sur les liens sociaux), laboratoire dépendant de l'université Paris-Descartes, l’université Sorbonne-Nouvelle et le CNRS. Elle a enseigné la sociologie à Sciences Po Paris et Reims[5]. Elle a été professeure invitée à l'université de New York en 2019[6]. En 2021 elle a enseigné à l'université Paris 13 de Villetaneuse[2].

Elle publie régulièrement dans la presse papier et les médias numériques : Vanity Fair, Ballast[7], La Déferlante, Regards[8], Grazia ou encore AOC.

Elle participe le 5 mai 2022 à une émission politique organisée par Révolution Permanente à laquelle prennent notamment part Anasse Kazib et Adèle Haenel[9],[10].

Œuvres littéraires[modifier | modifier le code]

  • Daisyllusions (nouvelle), Éditions du Cygne, coll. « En attendant l'or », n°2, 2007.
  • Nuit claire, nuit noire, texte court, Avignon, Les États civils, 2007.
  • Courir à Tanger, texte court, Avignon, Les États civils, 2008.
  • Zone Cinglée roman, Paris, Éditions Sarbacane, coll. « eX’prim », 2009, 190 p. (ISBN 978-2-84865-287-0)
  • L’Ampleur du saccage, roman, Arles, France, Actes Sud, coll. « Domaine français », 2011, 118 p. (ISBN 978-2-7427-9952-7)
  • À l’origine notre père obscur, roman, Arles, France, Actes Sud, coll. « Domaine français », 2014, 176 p. (ISBN 978-2-330-03596-9)[11],[12],[13]
  • Comme nous existons, roman, Arles, France, Actes Sud, coll. « Domaine français », 2021, 128 p. (ISBN 978-2-330-15470-7)

Publications scientifiques[modifier | modifier le code]

  • « Bruno Péquignot, Sociologie des arts. Paris, Armand Colin, 2009 », Sociologie de l'Art, vol. opus 19, no. 1, 2012, p. 125-129.[1]
  • « Entre exils, errances et migrations. L’expérience littéraire de Kateb Yacine », Hommes et migrations, no 1298,‎ , p. 112-122 (lire en ligne)
  • Je n’ai qu’une langue, ce n’est pas la mienne, essai, Paris, Fayard, coll. « Pauvert », 2016, 306 p. (ISBN 978-2-7202-1549-0)
  • « L’entrée d’Assia Djebar à l’Académie française : réception politique d’un discours », Sociologie de l'Art, vol. opus 27 & 28, no. 1-2, 2017, p. 109-127.[2]
  • « La comtesse de Ségur, une odyssée éditoriale au féminin (1855-1871) », Cahiers du Genre, vol. 65, no. 2, 2018, p. 125-144.[3]
  • « Des rapports de pouvoir à l'œuvre. La consécration littéraire des écrivains algériens de langue française, en France », Sociétés contemporaines, vol. 117, no. 1, 2020, p. 127-152.[4]
  • « Paris comme condition ? Une approche spatialisée des modalités de valorisation des œuvres littéraires », Hommes & Migrations, vol. 1329, no. 2, 2020, p. 49-56.[5]
  • « Quand la littérature justifie la domination », Ballast, vol. 10, no. 2, 2020, p. 130-135. [6]
  • Hammou, Karim, et Kaoutar Harchi. « « Nos plumes, nos voix » ? », Omar Slaouti éd., Racismes de France. La Découverte, 2020, p. 292-307.[7][8]

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Plongée dans la littérature, rencontre avec les auteur.es Kaoutar Harchi et Antoine Wauters », sur Radio France, (consulté le )
  2. a et b https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-idees/kaoutar-harchi
  3. Agence bibliographique de l’enseignement supérieur (ABES), « theses.fr, explorer les 1 thèses pour Kaoutar Harchi », sur www.theses.fr (consulté le )
  4. « Kaoutar Harchi : « La langue française est à la fois un lieu d’oppression et un outil d’émancipation » », L'Humanité,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. « Harchi, Kaoutar », CERLIS,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. https://as.nyu.edu/content/nyu-as/as/departments/ifs/ma-programs/faqs.html
  7. Kaoutar Harchi, « Kaoutar Harchi, Auteur à BALLAST », sur BALLAST (consulté le )
  8. Kaoutar Harchi-8 articleChroniqueuse pour Regards et sociologue, « Kaoutar Harchi », sur regards.fr (consulté le )
  9. https://www.revolutionpermanente.fr/Il-faut-arreter-avec-le-moins-pire-il-y-a-une-urgence-revolutionnaire-retour-sur-l-emission-de-RP
  10. https://www.lefigaro.fr/cinema/l-actrice-adele-haenel-espere-la-fin-du-systeme-capitaliste-20220506
  11. Philippe Lefait, Magazine littéraire n°549, novembre 2014, p. 48, « Notre père qui est odieux, ou taiseux », sur Le Magazine Littéraire, (consulté le )
  12. Emmanuelle Caminade, « A l’origine notre père obscur, Kaoutar Harchi », sur lacauselitteraire.fr, (consulté le )
  13. « À l'origine notre père obscur : la maison des femmes », sur Actualitte, (consulté le )
  14. « Rencontre avec Kaoutar Harchi, doctorante à la Sorbonne Nouvelle, qui vient de recevoir le Prix de la Société des Gens de Lettres pour son dernier roman « L'Ampleur du saccage » », sur univ-paris3.fr, (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]