Kabukichō

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant Tokyo
Cet article est une ébauche concernant Tokyo.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Kabukichō
歌舞伎町
Une des entrées du quartier
Une des entrées du quartier
Administration
Pays Drapeau du Japon Japon
Ville Tokyo
Arrondissement Shinjuku
Géographie
Coordonnées 35° 41′ 38″ Nord 139° 42′ 12″ Est / 35.69388, 139.70342
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Japon

Voir sur la carte administrative du Japon2
City locator 14.svg
Kabukichō
歌舞伎町

Géolocalisation sur la carte : Tokyo

Voir la carte administrative de Tokyo
City locator 14.svg
Kabukichō
歌舞伎町

Géolocalisation sur la carte : Tokyo

Voir la carte topographique de Tokyo
City locator 14.svg
Kabukichō
歌舞伎町

Kabukichō est un quartier chaud de Tokyo se situant à l'est de l'arrondissement de Shinjuku.

Description[modifier | modifier le code]

Le nom de Kabukichō provient d'un projet de théâtre kabuki qui n'a jamais été construit[1].

Le quartier est aujourd'hui le quartier chaud le plus célèbre de Tokyo avec notamment des love hotel, des strip show des lieux de prostitution comme les soapland. Mais il y aussi des cinéma « standards » et des restaurants[2].

Crime organisé[modifier | modifier le code]

C'est le quartier des yakuzas[3], la pègre japonaise, mais aussi chinoise[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Anecdote[modifier | modifier le code]

Kabukichō est le quartier sur lequel s'est basé Sega pour créer le quartier de Kamurocho dans le jeu Yakuza.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Japan-guide - Kabukichō » (consulté le 18 mai 2008)
  2. (en) Lonely Planet Japan, (ISBN 1-74059-162-3), p. 168
  3. (en) NICHOLAS D. KRISTOF, « Tokyo Journal; A Sexy Economic Feud of No Interest to the I.M.F. », sur The New York Times,‎ (consulté le 18 mai 2008)
  4. (fr) Hiroshi Hasegawa (AERA), « PARADIS JAPONAIS POUR MAFIA CHINOISE - Kabukicho, le quartier "diabolique" », sur Courrier International,‎ (consulté le 18 mai 2008)