Külüg Khan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Külüg Khan
YuanEmperorAlbumQaishanKulugPortrait.jpg
Fonction
-
Khagan
 précédé par Témur Khan

 suivi par Buyantu Khan (en)
Voir et modifier les données sur Wikidata
Informations générales
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 29 ans)
CambalucVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Famille
Père
Darmabala (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Taji (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Frères
Amuge (d)
Buyantu Khan (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Sœur
Xianggelaji (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoints
Zhenge Khatan (en), Sugeshili (d), Impératrice Renxianzhangsheng (d), Wenxianzhaosheng (d), Bohuli (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants

Qaïchan ou Khaichan (mongol : ᠬᠠᠶᠢᠰᠠᠩ, translittération : Qayisang, mongol cyrillique : Хайсан), né le et décédé le , est un Khagan de l'empire mongol, sous la dynastie Yuan, qui règne entre le et le sous le nom de Külüg.

En 1299, il est envoyé en Mongolie à la tête de l'armée Yuan contre Qaïdu et ses alliés d'Asie centrale, et le vainc en 1301. En 1306 il soumet Melig Temur, un fils de Ariq Boqa (petit-fils de Gengis Khan), allié de Qaïdu, dans les montagnes de l'Altaï.

À la mort de son oncle Témur Khan sans héritier direct le , les prétendants engagent une lutte acharnée pour le pouvoir, qui brise l’unité de l’empire Mongol. Ananda, petit-fils de Kubilai Khan (lui même petit-fils de Gengis Khan et frère d'Ariq Boqa), gouverneur du Gansu (et/ou vice-roi du Tangout) s’oppose à Qaïchan, arrière-petit-fils de Kubilai Khan, qui règne en Mongolie. Qaïchan, soutenu par les seigneurs de la steppe, triomphe et fait exécuter Ananda.

Pendant les querelles dynastiques, la situation économique de l’empire mongol s’aggrave, et l’exploitation des paysans chinois prend des proportions énormes, le pouvoir central étant incapable d’empêcher les excès des seigneurs féodaux. Les révoltes de paysans se succèdent sans interruption. Elle présentent un aspect nationaliste et sont exploitées par les seigneurs féodaux locaux.

Qaïchan est un bouddhiste dévot. Il fait traduire les principaux canons du bouddhisme en mongol et favorise les lamas, ce qui provoque l'hostilité des lettrés confucianistes chinois. Victime de son goût pour l'alcool, il meurt le à l’âge de 31 ans. Son frère Ayurbarwada Buyantu lui succède. Son fils, Qutugku Khan assurera brièvement le thrône de l'Empire.

Source[modifier | modifier le code]

René Grousset, L’empire des steppes, Attila, Gengis-Khan, Tamerlan, Paris, Payot,‎ 1938, quatrième édition, 1965, (.pdf) 669 p. (présentation en ligne, lire en ligne)