Tangoutes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Tangoutes
𗼎𗾧, mjɨ nja̱ ou 𗼇𘓐, mji dzjwo'
Description de cette image, également commentée ci-après
fonctionnaires Tangoutes

Populations significatives par région
Royaume des Xia Occidentaux 3 000 000[1],[2],[3] (maximum démographique)
Autres
Langues Tangoute
Religions Bouddhisme, Shamanisme, Animisme

Tangoute priant

Les Tangoutes ou Tangouts (Tangoute: 𗼎𗾧, mjɨ nja̱ ou 𗼇𘓐, mji dzjwo; chinois : 党項 ; pinyin : dǎngxiàng) sont un peuple d'Asie, dont l'histoire remonte à la dynastie Tang. Après avoir vécu pendant un temps sous la domination des Tuyuhun[4], les Tangoutes se déplacent vers le nord-ouest de la Chine peu de temps avant le Xéme siècle et y fondent un empire connu sous le nom de Xia occidentaux (du chinois : 西夏 ; pinyin : xī xià) (1036 - 1227).

Ils parlent le Tangoute, une langue tibéto-birmane[5] appartenant au groupe qianguique, et plus précisément au sous-groupe des langues gyalrong[6][7]. La plus ancienne trace connue à ce jour de cette langue est datée de 1042[8]. C'est une des rares langues tibéto-birmanes à avoir disposé d'une écriture propre.

Certains pensent qu'ils sont d'origine tibétaine, mais on a tendance à penser aujourd'hui qu'ils sont d'origine turque[9].

Les Qiang, minorité ethnique du Sichuan, se considèrent aujourd'hui comme les descendants des Tangoutes[10].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le terme Tangoute vient du mongol : ᠲᠠᠩᠭᠤᠳ, romanisation : tangγud (pluriel mongol de tang[11]) ; mongol cyrillique : тангад, romanisation Tangad ; en chinois simplifié : 党项 ; chinois traditionnel : 党項 ; pinyin : dǎngxiàng ; appelés en tibétain : མི་ཉག་, Wylie : mi nyak.

Langue[modifier | modifier le code]

Femmes Tangoutes

La langue Tangoute, également connue sous le nom de Fan, appartient à la branche tibéto-birmane de la famille des langues sino-tibétaines. Comme les autres langues sino-tibétaines, c'est une langue tonale dont les racines sont principalement monosyllabiques, mais elle partage certains traits grammaticaux propres à la branche tibéto-birmane. Les Tangoutes, appelés Dangxiang (chinois : 党項 ; pinyin : Dǎngxiàng) en chinois, sont généralement considérés par les érudits chinois comme étant synonyme de "Qiang" ou au moins apparentés a ces derniers. Historiquement, "Qiang" était un terme utilisé pour désigner de manière collective les multiples groupes ethniques vivant sur les frontières occidentales de la Chine, y compris l'actuel peuple Qiang moderne (chinois : 羌族 ; pinyin : qiāngzú).

Le nom "Tangoute" apparaît pour la première fois dans les inscriptions de l'Orkhon de 735. Dans leur propre langue, les Tangoutes se désignent sous le nom de Mi-niah (Miñak). Jusqu'au XIXe siècle, le terme Minjak est encore utilisé pour désigner la région habitée par les Qiang, qui correspond actuellement a la Préfecture autonome tibétaine et qiang d'Aba. Les locuteurs de la langue Muya, qui fait partie du groupe des Langues qianguiques, dans l'ouest du district de Kangding parlent d'eux-mêmes comme étant des "Minyak". Certains toponymes de cette régions, tels que la rivière Min et le Xian de Min (Gansu), pointent vers cette racine.

Écriture[modifier | modifier le code]

L'écriture tangoute, logographique, aurait été créée par Yeli Renrong (野利仁荣), entre 1036 et 1038 d'après « L'histoire des Song » (1346)[12]. Elle ressemble graphiquement à l'écriture han, son écriture sigillaire utilise également la même graphie que la graphie Han, mais la construction des caractères diffère. Un nombre important de documents bouddhiques, d'origine chinoise ou tibétaine ont été traduits en Tangoute et imprimés en utilisant la xylographie[13].

Apparence[modifier | modifier le code]

Selon Guillaume de Rubrouck, qui a voyagé a travers de l'empire mongol au XIIIe siècle, les Tangoutes sont vaillants et comptent parmi eux de grands hommes basanés, contrairement aux Ouïghours qui sont "de taille moyenne, comme nous (comprendre: "les européens")"[14].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premiers Tangoutes habitent les steppes et les montagnes du sud-est du Qinghai et du nord-ouest du Sichuan. À un moment donné, leur chef Tuoba Chici se soumet aux Tang et devient un vassal de la dynastie Chinoise. Il reçoit le titre de "Capitaine Général des Rong de l'Ouest" et le nom de famille "Li", qui est celui des empereurs Tang. Au début du VIIIéme siècle, la pression croissante exercée par l'Empire du Tibet force les Tangoutes à migrer vers le nord et quitter leurs terres du nord-est du Tibet pour s'installer dans la partie est du Plateau d'Ordos. Lorsque la révolte d'An Lushan (755-763) éclate, les Tangoutes sont la puissance locale prédominante dans la région qui correspond actuellement à l'est du Gansu, au Ningxia et au nord du Shaanxi[15].

En 881, les Tangoutes aident les Tang à réprimer la révolte de Huang Chao. En récompense, les Tang ont accordé au général Tangoute Li Sigong les trois préfectures de Xia (chinois : 夏州, Tangoute: 𘒂𗉔), Sui (chinois : 綏州, Tangoute: 𗉢𗉔) et Yin (chinois : 銀州, Tangoute: 𘝰𗉔) en tant que titres héréditaires, sous le nom de "Jiedushi de Dingnan (en)"[16]. À partir de cette base territoriale, les Tangoutes étendent leur royaume en direction du sud-ouest, vers leurs anciennes terres natales. En 1002, ils conquièrent la préfecture de Ling et y établissent leur première capitale sous le nom de Xiping[17]. En 1036, ils annexent le Circuit de Guiyi (en) et le royaume des Ouïgours de Ganzhou, pénètrent en territoire tibétain et annexent la ville de Xining. Suite à cette expansion territoriale, la dynastie des Xia occidentaux est proclamé en 1038[18][16].

Expansion du territoire de la dynastie des Xia occidentaux

Li Deming, le fondateur de la dynastie et premier empereur des Xia Occidentaux, n'étant pas un souverain particulièrement conservateur, le peuple Tangoute commence à absorber la culture chinoise qui prédomine dans les régions nouvellement annexées, sans jamais perdre son identité propre, comme le prouve l'importance de la littérature Tangoute qui a survécu a la chute des Xia Occidentaux.

Li Yuanhao, le fils et successeur de Li Deming, est plus conservateur. Une fois intronisé et devenu l'empereur Jingzong, il cherche à restaurer et à renforcer l'identité Tangoute; en ordonnant la création d'une écriture Tangoute officielle et en instituant des lois qui renforcent les coutumes et traditions purement tangoutes. L'une de ces lois impose aux sujets des Xia de porter des vêtements tangoutes traditionnels et une autre exige que les hommes portent les cheveux courts ou rasés; contrairement à la coutume chinoise qui consiste à porter les cheveux longs et noués. Rejetant le nom de famille chinois "Li" donné aux Tuoba par la cour des Tang et celui de "Zhao" donné par la cour des Song, il adopte un nom de famille purement Tangoute, 𗼨𗆟, traduit en chinois par "Weiming" (chinois : 嵬名). Il fait de Xingqing (chinois : 興慶), ce qui correspond actuellement à la ville de Yinchuan, sa capitale.

Au treizième siècle, Gengis Khan unifie les tribus Mongole, fonde l'empire Mongol et se lance à la conquête des états bordant le sien. Les Xia Occidentaux sont ses premières cibles, et il lance contre eux contre eux six attaques successives sur une période de vingt-deux ans, en 1205, 1207, 1209-10, 1211-13, 1214-19 et 1225-27. Les cinq premières attaques représentent la première campagne des Mongols contre les Xia, durant laquelle les troupes du Khan, alors novices en matière de poliorcétique[19], doivent prendre avec difficulté les places fortifiées des Tangoutes pour arriver à leur fins[20]. Finalement soumis, les Tangoutes aident les mongols dans la guerre qu'ils déclarent aux Jürchens de la dynastie Jin. Mais la soumission des Xia ne dure qu'un temps et les Tangoutes finissent par refuser de fournir des troupes au Khan[21],[22].Furieux, ce dernier lance une expédition punitive contre eux[23]. Irrité par leur résistance, Gengis Khan ordonne la destruction complète du royaume tangoute[24],[25]. Il ne voit pas la fin de la campagne, car il meurt en territoire Xia. L'histoire officielle mongole attribue sa mort à une maladie, alors que les légendes prétendent qu'il est mort d'une blessure infligée lors de ces batailles.

En 1227, la capitale des Xia occidentaux est envahie par les Mongols, qui dévastent ses bâtiments et ses archives écrites : tout est brûlé à l'exception du monastère. Le dernier empereur est tué et des dizaines de milliers de civils sont massacrés. Cependant, de nombreuses familles Tangoute font leur soumission aux Mongols et rejoignent leurs rangs. Certains Tangoutes ont même commandé des armées mongoles, comme, par exemple Cha'an, lors de la conquête de la Chine par les successeurs de Genghis Khan. Après la fondation de la dynastie Yuan (1271-1368), les soldats Tangoutes sont incorporés à l'armée mongole et participent aux campagnes militaires ultérieures dans le centre et le sud de la Chine. Les Tangoutes sont considérés comme des Semu dans le système de classes mis en place par les Yuan, ce qui les sépare des Chinois du Nord. Après la chute des Yuan, Il existe des preuves de l'existence de petites communautés Tangoute sous les Ming, dans les provinces de l'Anhui et du Henan. Ces personnes, y compris les membres du clan royal, émigrent vers l'ouest du Sichuan, le nord du Tibet, voire même le nord-est de l'Inde, devenant dans certains cas des dirigeants locaux[26],[27],[28],[29].  Les survivants du peuple Tangoute vivant en Chine centrale ont conservé leur langue au moins jusqu'au XVIe siècle.

Culture[modifier | modifier le code]

La société Tangoute est divisée en deux classes : les "visages rouges" et les "têtes noires". Les visages rouges sont considérés comme étant des roturiers, tandis que les têtes noire constituent l'élite de la caste des prêtres. Bien que le bouddhisme soit extrêmement populaire et répandu au sein de la société Tangoute, de nombreux bergers Tangoutes continuent à pratiquer une sorte de chamanisme connu sous le nom de "Racine Ouest" (Melie). Ce sont les bonnets noirs portés par les Chamans Racine Ouest/Melie qui ont donné son nom à la caste des têtes noires. Selon un mythe Tangoute, l'ancêtre des Tangoutes à tête noire était une grue blanche céleste, tandis que l'ancêtre des Tangoutes à face rouge était un singe[30]. Les rois Tangoutes portent le titre de Wuzu.

Selon des sources en langue Tangoute, le nom complet que ces derniers donne à leur royaume est 𗴂𗹭𘜶𗴲𗂧, ou phiow1-bjij2-lhjij-lhjij2, ce que l'on peut traduire par « pays-grand-blanc-élevé » (白高大夏國), ou encore "Le Grand État Xia du grand blanc élevé" (白高大夏國), ou encore "mjɨ-njaa". (萬祕國). Ce nom fait référence a une montagne des monts Helan connue sous le nom de "Mère blanche et élevée"[31]. Bien que la traduction chinoise de ce nom (chinois : 白高大國 ; pinyin : Báigāo Dàguó) soit occasionnellement utilisée dans les documents en langue Tangoute[32], l'État des Xia est le plus souvent désigné comme étant le "Grand Xia" (大夏) dans les sources d'origine Tangoute rédigées en langue chinoise ou comme l'"État Xia" (chinois : 夏國) dans les documents des Song[33]. Dans l'historiographie ultérieure et en chinois moderne, l'État Tangoute est désigné sous le nom de "Xia occidental" (Xī Xià 西夏). Les Mongols et d'autres tribus des steppes désignent le royaume Tangoute sous le nom de "Qashi" ou "Qashin", un terme qui dérive du nom utilisé en Chinois médiéval pour désigner le Corridor du Hexi, la région contrôlée par les Tangoutes (chinois : 河西).

Religion[modifier | modifier le code]

Les Tangoutes sont principalement des bouddhistes, pratiquant un bouddhisme influencé par des courants de pensée non-Tangoutes. L'ensemble du canon bouddhique chinois est traduit en langue Tangoute sur une période de 50 ans et publié vers 1090 en quelque 3700 fascicules. Le bouddhisme de l'État Tangoute semble être un amalgame de traditions tibétaines et chinoises; parmi lesquelles la tradition Huayan-Chan de Guifeng Zongmi (chinois : 圭峰宗密, 780-841) et de son maître Huayan Chengguan est la plus influente. Un certain nombre de textes que l'on croyait auparavant être d'origine Tangoute se sont révélés être des traductions de textes rédigés en langue Khitan. L'influence exacte du bouddhisme tibétain sur la formation du bouddhisme Tangoute reste flou et est un domaine encore inexploré; surtout à la lumière de nouvelles découvertes montrant que le bouddhisme Tangoute doit davantage à la culture locale de la Chine du Nord qu'à de pures influences tibétaines ou chinoises. Des textes appartenant à la tradition tibétaine du Mahamudra démontrent qu'au début le bouddhisme Tangoute évolue selon la ligne de transmission bouddhique Karma Kagyu plutôt que Sakyapa.

Un certain nombre d'institutions bouddhistes Tangoutes, telles que le poste de "précepteur impérial", ont survécu a la chute des Xia occidentaux et ont continué à exister durant la dynastie Yuan. L'une des sources les plus sûres concernant le bouddhisme Tangoute est le mont Wutai, où le Bouddhisme ésotérique chinois et celui de l'école huayan se sont épanoui de la fin de la dynastie Tang jusqu'à l'époque de la conquête mongole.

Solonin (2005 : non paginé) a établit un lien entre les Tangoutes, les monts Helan et les enseignements Chan de Kim Hwasang et Baotang Wuzhu :

« Les origines du Chan Tangoute peuvent également être retracées plus profondément que ce que l'on croyait auparavant : les informations sur les voyages de Bao-tang Wu-zhu (保唐无住720~794) dans le Nord-Ouest de la Chine, tirées des Notes sur la transmission du trésor du Dharma à travers les générations, impliquent qu'à l'époque des années 760, une sorte de bouddhisme s'était répandu dans la région de Helanshan, où les Tangoutes étaient déjà présents. Concernant le bouddhisme d'Helanshan de la fin du 8ème siècle, on ne peut pas dire grand chose : les doctrines de l'école lu (律) et l'enseignement du Chan du Sichuan du révérend Kim (金和尚) semblent y être connus[34]. »

Le confucianisme est également présent chez les Xia occidentaux, mais c'est sans comparaison avec le degré de popularité du bouddhisme : la littérature Tangoute est dominée par les écrits bouddhistes, tandis que les enseignements séculiers, y compris les classiques chinois, sont rarement disponibles en langue Tangoute.

L'État Tangoute applique des lois strictes concernant l'enseignement des croyances religieuses et sélectionne rigoureusement les enseignants potentiels. Avant d'être autorisé à enseigner, un nouveau venu dans le territoire Tangoute venant du Tibet ou de l'Inde doit d'abord demander l'approbation des autorités locales. Les doctrines enseignées et les méthodes utilisées sont soigneusement supervisées, afin de s'assurer qu'il n'y a aucune possibilité que le peuple Tangoute comprenne mal les enseignements. Quiconque est considéré comme un diseur de bonne aventure ou un charlatan est immédiatement persécuté. Estimant que cela était contraire aux croyances éthiques bouddhistes, l'État Tangoute interdit strictement aux enseignants religieux d'accepter une compensation ou une récompense pour leurs services d'enseignement.

Bien que l'État Tangoute ne soutienne pas une école bouddhiste officielle, il protège tous les sites et objets religieux à l'intérieur des frontières du pays.

Comme en Chine, devenir moine bouddhiste nécessite l'approbation du gouvernement et toute personne ayant prononcé les vœux d'un moine sans cette surveillance gouvernementale est sévèrement punie. Fait remarquable pour l'époque, les femmes jouent un rôle dans les pratiques religieuses Tangoute en servant comme nonnes.

Suchan (1998) retrace l'influence des premiers Karmapas sur les cours Yuan et Ming ainsi que sur les Xia occidentaux et mentionne Düsum Khyenpa, le 1er Karmapa :

« Les premiers Karmapas se distinguent par leur statut important à la cour des Yuan et des Ming, en Chine, où ils servent de guides spirituels aux princes et aux empereurs. Leur influence s'est également étendue à la cour du royaume Tangoute des Xia où un disciple de Dusum Khyenpa s'est vu attribuer le titre de "maître suprême" par un roi Tangoute Xixia [...][35],[36]. »

Après la chute des Xia occidentaux, l'afflux de réfugiés Tangoutes au Tibet conduit à l'adoption de la divinité Pehar Gyalpo par le bouddhisme tibétain. Pehar fini par se voir confier le rôle important d'oracle d'État, via l'Oracle de Nechung[37].

Culture moderne[modifier | modifier le code]

Dans le film Mongol (2007), retraçant la vie de Genghis Khan, une ville tangoute, où Genghis Khan est emprisonné, et leur mode de vie sont mis en scène. Toutefois, la représentation n'est pas tout à fait historique, les Tangoutes y parlent mandarin.

Galerie[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dieter Kuhn, The Age of Confucian Rule: The Song Transformation of China, (ISBN 9780674062023, lire en ligne), p. 50
  2. Rocco Bowman, « Bounded Empires: Ecological and Geographic Implications in Sino- Tangut Relations, 960-1127 », The Undergraduate Historical Journal at UC Merced, vol. 2,‎ , p. 11 (lire en ligne)
  3. Michael C. McGrath, Frustrated Empires: The Song-Tangut Xia War of 1038-44, In Wyatt, 150-190 éd., 153 p.
  4. Skaff 2012, p. 38.
  5. George van Driem, Handbuch Der Orientalistik, BRILL, (ISBN 90-04-12062-9, lire en ligne)
  6. Sagart et al. (2019).
  7. Lai et al. (2020).
  8. Hill 2015.
  9. (en) T'oung Pao – The Structure of the Tangut [Hsi Hsia Characters] de Luc Kwanten
  10. Jean Sellier, Atlas des peuples d'Asie méridionale et orientale, La Découverte, Paris, 2008, p. 141.
  11. Henri Cordier « Histoire générale de la Chine » 1920~1921, p. 199
  12. « 《宋史‧卷四百八十五‧列传第二百四十四‧外国一‧夏国上》 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le )
  13. (zh) 徐庄,« 《略谈西夏雕版印刷在中国出版史中的地位》 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le ),出版学术网
  14. Rockhill 1967, p. 152.
  15. Vovin 2020, p. 7.
  16. a et b Beckwith 2009, p. 171.
  17. Beckwith 2009, p. 172.
  18. Skaff 2012, p. 236.
  19. mai 2012, p. 1211
  20. Stephen R. Turnbull, Genghis Khan & the Mongol Conquests 1190-1400 (lire en ligne)
  21. (en) George C. Kohn, Dictionary of Wars, New York City, Infobase Publishing, , 3e éd., 692 p. (ISBN 978-1-4381-2916-7, lire en ligne), p. 205
  22. (en) John Man, Genghis Khan : Life, Death, and Resurrection, New York City, St. Martin's Press, , 400 p. (ISBN 978-0-312-36624-7, lire en ligne), p. 160
  23. (en) James B. Emmons, Genghis Khan, Santa Barbara, California, ABC-CLIO, (ISBN 9781598844153, lire en ligne), p. 139
  24. (en) Frederick W. Mote, Imperial China: 900-1800, Cambridge, Massachusetts, Harvard University Press, , 255–256 p. (ISBN 0-674-01212-7, lire en ligne)
  25. Une histoire du Tibet : Conversations avec le dalaï lama, de Thomas Laird, Dalaï-Lama, Christophe Mercier, Plon, 2007, (ISBN 2-259-19891-0)
  26. 西夏法制地理—关于契丹、党项与女真遗裔问题(三)
  27. 党益民:党项羌文明与西夏湮灭之谜
  28. 《王族的背影》作者:唐荣尧
  29. eds. Franke, Herbert & Twitchett, Denis (1995). The Cambridge History of China: Vol. VI: Alien Regimes & Border States, 907–1368. Cambridge: Cambridge University Press. p. 214.
  30. Keping, Xenia. "Black Headed and Red Faced Tanguts." Kepping 0th ser. 0.1 (2004). KEPPING.NET. Russian Orthodox Mission In China, 2004. Web. 5 Mar. 2016. <http://kepping.net/pdfs/works/The_Black-headed_and_the_Red-faced.pdf>
  31. Ksenia Kepping (trad. George van Driem), « The name of the Tangut Empire », T'oung Pao, vol. 80, nos 4–5,‎ , p. 357–376 (DOI 10.1163/156853294X00151)
  32. (zh) Fan Qianfeng 樊前锋, « 西夏王陵 » [« Tombes impériales des Xia occidentaux »] [archive du ], Xinhua News Agency (consulté le )
  33. Ruth W. Dunnell, The Great State of White and High: Buddhism and State Formation in Eleventh-Century Xia, University of Hawaii Press, (ISBN 9780824817190)
  34. Solonin, K. J. (2005), Tangut Chan Buddhism and Guifeng Zong-mi, Chung-Hwa Buddhist Journal, No. 11, (1998). Taipei: Chung-Hwa Institute of Buddhist Studies. (ISSN 1017-7132)
  35. Rhie, Marylin & Thurman, Robert (1991). Wisdom and Compassion. New York: Harry N. Abrams. p. 236.
  36. Suchan, Tom (1998). The Third Karmapa Lama, Rang Jung Dorje (T: Rang 'Byung rDo rJe). Source: [1] (accessed: January 29, 2008)
  37. Robert Jr Buswell et Donald S. Jr. Lopez, The Princeton Dictionary of Buddhism, Princeton University Press, (ISBN 978-0-691-15786-3, lire en ligne), p. 638

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Pierre Drège, « Le livre imprimé sino-tangout », in Journal asiatique, vol. 294, no 2, 2006, p. 343-371
  • (en) Ruth W. Dunnell, Tanguts and the Tangut State of Ta Hsia, Princeton University, 1983, 796 p. (thèse)
  • Guillaume Jacques, Textes tangoutes. Nouveau recueil sur l'amour parental et la piété filiale, Lincom Europa, München, 2007, 168 p. (ISBN 9783895867668)
  • (en) Evgeniĭ Ivanovich Kychanov, On the problem of Tangut ethnogenesis : (Topa-Weimin Wamo), Naouka, Moscou, 1964, 14 p.
  • (de) E. I. Kyčanov et Herbert Franke, Tangutische und chinesische Quellen zur Militärgesetzgebung des 11. bis 13. Jahrhunderts, Verl. der Bayerischen Akademie der Wissenschaften in Kommission bei der C. H. Bech'schen Verlagsbuchhandlung, München, 1990, 84 p. + pl. (contient la traduction allemande par H. Franke de textes chinois et tangout, réalisée d'après la traduction russe de E. I. Kyčanov ; contient la reprod. en fac-sim. du texte d'un incunable conservé à l'Académie des sciences d'URSS sous la cote Tang 59) (ISBN 3-7696-0099-1)
  • Henri Cordier, Histoire générale de la Chine et de ses relations avec les pays étrangers : depuis les temps les plus anciens jusqu'à la chute de la dynastie Mandchoue, vol. Tome 2, Paris, P. Geuthner, 1920-1921 (notice BnF no FRBNF37453441, lire en ligne)
  • Tonio Andrade, The Gunpowder Age: China, Military Innovation, and the Rise of the West in World History, Princeton University Press, (ISBN 978-0-691-13597-7).
  • M.S. Asimov, History of civilizations of Central Asia Volume IV The age of achievement: A.D. 750 to the end of the fifteenth century Part One The historical, social and economic setting, UNESCO Publishing,
  • Thomas Barfield, The Perilous Frontier: Nomadic Empires and China, Basil Blackwell,
  • Timothy Hugh Barrett, The Woman Who Discovered Printing, Great Britain, Yale University Press, (ISBN 978-0-300-12728-7) (alk. paper)
  • Christopher I Beckwith, The Tibetan Empire in Central Asia: A History of the Struggle for Great Power among Tibetans, Turks, Arabs, and Chinese during the Early Middle Ages, Princeton University Press,
  • Christopher I. Beckwith, Empires of the Silk Road: A History of Central Eurasia from the Bronze Age to the Present, Princeton University Press, (ISBN 978-0-691-13589-2)
  • Yuri Bregel, An Historical Atlas of Central Asia, Brill,
  • Michael Robert Drompp, Tang China And The Collapse Of The Uighur Empire: A Documentary History, Brill,
  • Patricia Buckley Ebrey, The Cambridge Illustrated History of China, Cambridge, Cambridge University Press, (ISBN 0-521-66991-X, lire en ligne) (paperback).
  • Patricia Buckley Ebrey, Anne Walthall et James B. Palais, East Asia: A Cultural, Social, and Political History, Boston, Houghton Mifflin, (ISBN 0-618-13384-4, lire en ligne)
  • Peter B. Golden, An Introduction to the History of the Turkic Peoples: Ethnogenesis and State-Formation in Medieval and Early Modern Eurasia and the Middle East, OTTO HARRASSOWITZ · WIESBADEN,
  • David A. Graff, Medieval Chinese Warfare, 300-900, London, Routledge, coll. « Warfare and History », (ISBN 0415239559, lire en ligne)
  • David Andrew Graff, The Eurasian Way of War Military Practice in Seventh-Century China and Byzantium, Routledge, (ISBN 978-0-415-46034-7).
  • John Haywood, Historical Atlas of the Medieval World, AD 600-1492, Barnes & Noble,
  • Yunfan Lai, Xun Gong, Jesse P. Gates et Guillaume Jacques, Tangut as a West Gyalrongic language, vol. 41, , 171–203 p. (DOI 10.1515/flih-2020-0006, S2CID 229165606), chap. 1
  • Kenneth Scott Latourette, The Chinese, their history and culture, Volumes 1-2, Macmillan,
  • Peter A. Lorge, The Asian Military Revolution: from Gunpowder to the Bomb, Cambridge University Press, (ISBN 978-0-521-60954-8)
  • James Millward, Eurasian Crossroads: A History of Xinjiang, Columbia University Press,
  • Joseph Needham, Science & Civilisation in China, vol. V:7: The Gunpowder Epic, Cambridge University Press, (ISBN 0-521-30358-3)
  • Xinjiang Rong, Eighteen Lectures on Dunhuang, Brill,
  • M. A. Shaban, The ʿAbbāsid Revolution, Cambridge, Cambridge University Press, (ISBN 0-521-29534-3, lire en ligne)
  • William Woodville Rockhill, The Journey of William of Rubruck to The Eastern Parts of the World, 1253-55, As Narrated by Himself, With Two Accounts of the Earlier Journey of John of Pian de Carpine.,
  • Laurent Sagart, Guillaume Jacques, Yunfan Lai, Robin Ryder, Valentin Thouzeau, Simon J. Greenhill et Johann-Mattis List, Dated language phylogenies shed light on the history of Sino-Tibetan, vol. 116, , 10317–10322 p. (PMID 31061123, PMCID 6534992, DOI 10.1073/pnas.1817972116), chap. 21
  • Guang Sima, Bóyángbǎn Zīzhìtōngjiàn 54 huánghòu shīzōng 柏楊版資治通鑑54皇后失蹤, Yuǎnliú chūbǎnshìyè gǔfèn yǒuxiàn gōngsī,‎ (ISBN 978-957-32-0876-1)
  • Jonathan Karam Skaff, Sui-Tang China and Its Turko-Mongol Neighbors: Culture, Power, and Connections, 580-800 (Oxford Studies in Early Empires), Oxford University Press,
  • Alexander Vovin, Tangut Language and Manuscripts,
  • Zhenping Wang, Tang China in Multi-Polar Asia: A History of Diplomacy and War, University of Hawaii Press,
  • Endymion Wilkinson, Chinese History: A New Manual, 4th edition, Cambridge, MA, Harvard University Asia Center distributed by Harvard University Press, (ISBN 9780674088467)
  • Shu Yuan, Bóyángbǎn Tōngjiàn jìshìběnmò 28 dìèrcìhuànguánshídài 柏楊版通鑑記事本末28第二次宦官時代, Yuǎnliú chūbǎnshìyè gǔfèn yǒuxiàn gōngsī,‎ (ISBN 957-32-4273-7)
  • Victor Cunrui Xiong, Sui-Tang Chang'an: A Study in the Urban History of Late Medieval China (Michigan Monographs in Chinese Studies), U OF M CENTER FOR CHINESE STUDIES, (ISBN 0892641371)
  • Victor Cunrui Xiong, Historical Dictionary of Medieval China, United States of America, Scarecrow Press, Inc., (ISBN 978-0810860537)
  • Zongzheng Xue, Turkic peoples, 中国社会科学出版社,‎

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :