Témur Khan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une personnalité image illustrant chinois
image illustrant une personnalité image illustrant mongol
Cet article est une ébauche concernant une personnalité chinoise et une personnalité mongole.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Témur Khan
YuanEmperorAlbumTemurOljeituPortrait.jpg
Fonction
Khagan
-
Biographie
Naissance
Décès
Famille
Père
Mère
Khökhjin (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoints
Shiliandali (d)
Bulugan (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Deshou (d)
Aiyashili (d)
Yilihaiya (d)
Princesse Puna (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
signature de Témur Khan

signature

Témur[1] Khan ou Temür Oldjaitu (Mongol : ᠥᠯᠵᠡᠶᠢᠲᠡᠮᠦᠷ
ᠬᠠᠭᠠᠨ
Өлзийт Төмөр хаан) ou Chengzong (chinois : 成宗), né en 1265, mort le , prince mongol descendant de Gengis Khan, est le deuxième empereur de la dynastie Yuan après Kubilai Khan, gouvernant l'Empire chinois de 1294 à 1307.

Biographie[modifier | modifier le code]

Temur est le petit-fils de Kubilai, petit-fils de Gengis Khan par Tolui.

Temur n'est pas le successeur choisi initialement par Kubilai Khan ; il le devient par suite de la mort des autres successeurs potentiels. Il porte dès lors le nom mongol de « Temur Khan » et le nom chinois d'« empereur Chengzong »(成宗).

Temur Khan reçoit l’envoyé du Pape, Jean de Montecorvino, avec une certaine solennité. Mais celui-ci s’aperçoit vite que les dispositions du Khan et de son entourage ne laissent présager aucune conversion possible. Néanmoins, il assume son rôle de légat du Pape et bénéficie d’une certaine faveur de la part du Khan qui l’autorise à s’établir dans la capitale, à annoncer l’Evangile et à y construire une église[2].

En 1296, Temur Khan envoie en ambassade au Cambodge Zhou Daguan, qui, à son retour, écrit le récit de sa mission, qui a été conservé[3].

Après le règne de Temur Khan, la dynastie Yuan connaît un déclin assez rapide.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Témur » ou « Temur » ?
  2. Jean de Montecorvino
  3. Zhou Daguan et Paul Pelliot, Mémoires sur les coutumes du Cambodge de Tcheou Ta-Kouan, vol. 3, Adrien Maisonneuve, coll. « Œuvres posthumes », , 71-03 éd. (1re éd. 1951), 178 p. (ISBN 9782720011078, présentation en ligne)