Julius Ritter

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ritter.
Julius Ritter en 1943.
Julius Ritter lors du discours pour le premier départ pour le STO.

Julius Ritter (1893-1943 à Paris) était un colonel SS (Standartenführer) qui supervisait en France le Service du travail obligatoire (STO), qui envoyait des dizaines de milliers de travailleurs français en Allemagne pour y soutenir l'industrie nazie. Son chef à Berlin était Fritz Sauckel qui fut condamné à mort au procès de Nuremberg. Il a été exécuté par des membres du mouvement Francs-tireurs et partisans - Main-d'œuvre immigrée le à Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Julius Ritter a adhéré au parti nazi (NSDAP) et à la SS en 1931[1].

L’exécution[modifier | modifier le code]

Le , vers h 30, rue Pétrarque dans le 16e arrondissement de Paris, une équipe des FTP-MOI (Marcel Rajman, Leo Kneler, Spartaco Fontanot et Celestino Alfonso) exécute l'officier SS Ritter[2].

Au moment où celui-ci monte dans sa voiture, il habite au 18, Celestino Alfonso tire plusieurs coups de feu qui sont amortis par la vitre. Essayant de se dégager du côté opposé, l'officier se trouve en face de Marcel Rajman, qui l'achève de trois balles[3],[4].

Les coups fatals sont portés par le pistolet donné par Hans Heisel, Allemand du ministère de la Marine passé à la Résistance via l'organisation du Travail allemand[5],[6].

La dénonciation en première page[Où ?] de cet « acte abominable » et les obsèques officielles en l'église de la Madeleine donnent plus d'éclat encore à l'opération. Dans Paris-Soir du 2 octobre 1943, on parle de « lâche assassinat par des terroristes ». Le corps de la victime avait été placé dans une chapelle ardente à l'intérieur du musée de l'Orangerie. De chaque côté du cercueil, six officiers allemands (en tout) montaient la garde (photo Paris-Soir). L'assassinat de Ritter eut un grand impact à Berlin et Heinrich Himmler ordonna à son représentant en France, Carl Oberg, de réprimer les « terroristes ». Les fusillades d'otages, qui avaient cessé depuis l'automne 1942, reprirent. Pour cet attentat, 50 otages du camp de prisonniers du fort de Romainville ont été sélectionnés et exécutés le 2 octobre 1943 au Mont Valérien[7],[8], dont quatorze membres du réseau Alliance[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) NSDAP-Mitgliedsnummer 680 323, Beitritt am 1. November 1931. SS-Mitgliedsnummer 34 491, Beitritt am 1. Dezember 1931.
  2. Charles de Saint Sauveur, « L’ange tueur de l’Affiche rouge », sur atelier.leparisien.fr
  3. « Rue Pétrarque », sur parisrevolutionnaire.com,
  4. Adam Rayski, « L’Affiche rouge » [PDF], sur fondationresistance.org, Ville de Paris,
  5. Schaul 1973.
  6. Collin 2014, p. 86 (note de bas de page).
  7. Michel Dalan, « 15 décembre 1941 - 75 otages, dont Gabriel Péri, fusillés au mont Valérien », sur herodote.net,
  8. Sylvie Zaidman, « Le fort de Romainville : des traces du camp d'internement aux graffitis de la casemate n°17 », sur criminocorpus.org,
  9. Daniel Grason, Dictionnaire biographique des fusillés et exécutés par condamnation et comme otages et guillotinés en France pendant l'Occupation (lire en ligne), Notice « RIMBERT Jean, Antoine »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Claude Collin, Le « Travail Allemand », une organisation de résistance au sein de la Wehrmacht : Articles et témoignages, Les Indes savantes, , 131 p. (ISBN 978-2-84654-352-1) ; en particulier le chapitre « Hans Heisel. « S'il y a une période de ma vie dont je ne regrette rien, c'est bien celle-là » », dans Claude Collin, Le « Travail Allemand », une organisation de résistance au sein de la Wehrmacht, p. 79-101 propos recueillis en 2009 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (de) Dora Schaul, Resistance : Erinnerungen deutscher Angehöriger der französischen Resistance und der Bewegung »Freies Deutschland« für den Westen, Berlin, Dietz Verlag, . 

Articles connexes[modifier | modifier le code]