Julien Bosc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Julien Bosc est un poète et éditeur français né en 1964 à Boulogne-Billancourt et mort le [1]. Il a vécu alternativement à Paris et dans la Creuse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Julien Bosc a mis en scène L'Éveil du printemps de Frank Wedekind au théâtre Montorgueil à Paris en 1984[2].

Après avoir été metteur en scène de théâtre, Julien Bosc quitte Paris en 1989 pour s’installer dans la Creuse, où il s’engage dans une vie d’écrivain. Son premier livre, l’Oculus, est publié en 1992 aux éditions « Patrice Thierry – L’Ether Vague ». Trois ans plus tard, le même éditeur publie son second ouvrage : Préludes.

Exerçant toutes sortes de métiers, il écrit notamment des scénarios pour des documentaires. Dans ce cadre, il rencontre en 1994 de jeunes réalisateurs qui l’invitent à les accompagner au Burkina Faso pour un documentaire consacré à la musique des Lobi. De ce séjour, naîtra sa vocation ethnographique et, en 1995, il reprend des études en s’inscrivant à l’École des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) où il obtiendra un DEA d’anthropologie sociale consacré à la sculpture lobi pour ensuite rédiger une thèse de doctorat. Reconnu comme spécialiste de l’art lobi du Burkina Faso, le Musée du Quai Branly, alors en construction, lui demande d’aménager un espace consacré à la sculpture sur bois de cette population. Depuis l’ouverture du Musée, cet espace est accessible aux visiteurs.

En 1997, ayant abandonné la prose, son premier recueil de poésie paraît aux « Editions Unes ». D'autres ouvrages ont paru depuis – aux éditions « L’atelier la Feugraie » ou « Rehauts », par exemple. En 2015, De la poussière sur vos cils, est paru aux éditions « La tête à l’envers » ; Le corps de la langue a été publié en 2016 chez Quidam éditeur [3] ; et, en 2017, La coupée l'a été par les éditions « Potentille ».

Par ailleurs, en 2013, il a fondé les éditions « le phare du cousseix », lesquelles publient chaque année cinq plaquettes de poésie contemporaine composées de 2 in quarto. Publiées sur vergé, elles sont imprimées sur les presses typographiques du Moulin du Got, à Saint-Léonard de Noblat. Parmi les auteurs qui lui ont fait confiance : Jacques Lèbre, Marie-Paul Blein, Ludovic Degroote, Jacques Josse...

Membre de la Mel (Maison des écrivains et de la littérature), il a déjà animé plusieurs ateliers d’écriture, soit en milieu scolaire, soit avec des adultes.

En 2015, il a été lauréat de « La bourse de création de poésie Gina Chenouard », décernée par la Société des Gens de Lettres.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le verso des miroirs, Atelier de Villemorge, 2018.
  • La Coupée, Potentille, 2017.
  • Le Corps de la langue, préface de Bernard Noël, Quidam, 2016 [4].
  • De la poussière sur vos cils, la tête à l'envers, 2015 [5].
  • Tout est tombé dans la mer, Approches, 2014.
  • Maman est morte, Éditions Rehauts, 2012.
  • Dans le pinceau du phare (in « Géotopoét(h)ique du territoire de la Creuse « ), Jean-Paul Ruiz Éditeur, 2011.
  • Tyohèpté Palé, les œuvres d’un homme, Floros Katsouros éditeur, Hanovre, 2009.
  • Je n’ai pas le droit d’en parler, Atelier la Feugraie, 2008.
  • Magie Lobi (textes de Julien Bosc et Max Itzikovitz, photographies de Thierry Malty, illustrations de Xavier Mérigot, préface de Roland Flak), Galerie Flak, 2005
  • Pas, Éditions Unes, 1999.
  • Distraction, Éditions Détroit, 1999.
  • Préludes, Éditions L’Éther Vague/Patrice Thierry, 1995.
  • L’Oculus, Éditions L'Éther Vague/Patrice Thierry, 1992.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Disparition de Julien Bosc », sur Poezibao, (consulté le 30 septembre 2018).
  2. « Spectacle L'Eveil du printemps, mise en scène de Julien Bosc », sur data.bnf.fr (consulté le 13 octobre 2018)
  3. « Présentation de Julien Bosc », sur Quidam éditeur (consulté le 30 septembre 2018)
  4. « Poésie et anatomie », sur France Culture, (consulté le 30 septembre 2018)
  5. « La voix trop rare du poète Julien Bosc », sur Mediapart, (consulté le 30 septembre 2018)

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]