André Bernold

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

André Bernold est un écrivain français né en 1958 à Colmar. Il vit à Lyon.

Biographie[modifier | modifier le code]

André Bernold a enseigné la littérature en France et aux États-Unis. Il est l’auteur rare de quelques ouvrages à fort retentissement.

À vingt ans il rencontre Samuel Beckett et devient son ami. Il écrira plus tard, à la demande de Pierre Berès, un livre de référence consacré à l’auteur de L’Innommable : L’amitié de Beckett. Il entame une thèse sur Antonin Artaud sous la direction de Jacques Derrida, dont il sera proche. Très forte amitiés aussi partagées avec Gilles Deleuze, Simon Hantaï ou György Kurtág. De ses études ou poèmes ont été publiés dans les revues : La Nouvelle Revue Française; Philosophie; Détail; Chimères; Cahier de conversation; Revue alsacienne de Littérature; Revue des lettres, sciences et arts de la Corrèze, etc.

En 2016, Jean-Pierre Ferrini [1] compose un livre très dense à partir de fragments de lettres de son ami. À propos de J'écris à quelqu'un, l’éditeur écrit : « Trésor d’auto-observation sévère, il est aussi et surtout un exercice de mémoire et d’admiration où les amitiés d’une vie (Beckett bien sûr, Derrida, Deleuze, Cioran, le compositeur hongrois Györgi Kurtág, le peintre Simon Hantaï…) côtoient les fixes du ciel d’André Bernold (Saint-Simon, Spinoza, Retz, le logicien Kurt Gödel, et Bach, omniprésent)[2]. » C’est l’occasion d’une redécouverte d’un auteur qui se dit non pas écrivain mais… graphomane [3].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • L’amitié de Beckett, Hermann (éditions), 1992.
  • Soies brisées, Hermann (éditions), 1999.
  • Dialogue entre Hylas et Philonous sur Geer van Velde in reConnaître Geer van Velde, Musée d'Unterlinden, Colmar/Réunion des Musées nationaux, 2002.
  • J’écris à quelqu’un, éditions Fage. 2016.
  • Dialogue entre Hylas et Philonous sur les frères van Velde, éditions Fage. 2019.

Voir aussi :

  • Deleuze épars, Textes recueillis par André Bernold et Richard Pinhas Hermann (éditions), 2005.

Traduction[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]