Germinie Lacerteux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Germinie Lacerteux
Image illustrative de l'article Germinie Lacerteux
Illustration de Pierre Georges Jeanniot pour Germinie Lacerteux, 1897

Auteur Edmond et Jules de Goncourt
Genre roman
Date de parution 1865

Germinie Lacerteux est un roman écrit par Jules de Goncourt et Edmond de Goncourt, paru en 1865, qui raconte la déchéance et la double vie d'une servante, Germinie Lacerteux. Sa préface en fait le point de départ du naturalisme. Une adaptation théâtrale en a été faite par Edmond de Goncourt et portée à la scène en 1888.

Résumé[modifier | modifier le code]

Après une enfance paysanne, Germinie est placée à Paris dès quatorze ans chez un cabaretier, chez qui elle est violée par un autre domestique, Albert, qui la défendait contre les brimades des jeunes gens ; après quelques temps, elle entre au service d'une vieille fille pieuse, Mlle de Varandeuil, à laquelle elle s'attache rapidement et profondément. Mais elle tombe amoureuse d'un jeune homme dépravé, Jupillon, le fils de la crémière ; trop âgée pour lui plaire, elle tente de se l'attacher en lui consacrant toutes ses économies, et va jusqu'à voler pour lui lorsqu'il s'agit de le faire échapper au tirage au sort de la conscription. Abandonnée par son amant, elle se réfugie dans l'alcool et la débauche, et finit par mourir des suites d'une pleurésie, contractée après une nuit passée à le guetter sous la pluie. Ce n'est qu'après sa mort que Mlle de Varandeuil s'apercevra de la double vie que menait sa fidèle servante.

Ce personnage de Germinie a été inspiré aux deux frères par leur servante Rose Malingre, dont les frères Goncourt ont découvert la double vie après sa mort, en août 1862[1]. Dans la seconde préface, qu'il rédige en 1886, après la mort de son frère, Edmond de Goncourt reprend les notes de leur journal consacrées à l'agonie de Rose et à la découverte de la vie dissolue que menait leur servante[2].

Réception critique[modifier | modifier le code]

L'œuvre est saluée, à sa parution, par le jeune Émile Zola, qui admire en elle une œuvre « excessive et fiévreuse »[3] : « Germinie Lacerteux est une date. Le livre fait entrer le peuple dans le roman[1]. » Il fait paraître une longue critique très élogieuse dans le Salut public de Lyon le 23 janvier 1865, reprise dans son recueil Mes haines. Jules Claretie, dans la Revue de Paris, est plus nuancé, mais néanmoins élogieux : « En dépit de leur profession de foi [...] je persiste à croire que MM. de Goncourt n'ont voulu faire qu'une œuvre d'art : d'un art vivant, parfaitement marqué au sceau de notre époque, ce qui est la qualité suprême. »[4] Jules Vallès, Victor Hugo saluent eux aussi ce quatrième roman des frères Goncourt[5]. Mais l’œuvre suscite aussi des moqueries et de violentes attaques : « MM. Edmond et Jules de Goncourt ont publié voici tantôt trois mois, un livre étrange et puissant qui a trouvé de chauds partisans et de violents détracteurs. On a mis autant de passion à l'attaquer qu'à le soutenir ; presque tous ceux des lecteurs qui ne le repoussent pas avec dégoût se passionnent pour lui. »[6]

Préface[modifier | modifier le code]

La préface à la première édition est considérée de nos jours comme « le premier manifeste du naturalisme »[7], « le point de départ du mouvement naturaliste, qui envisage un roman s’appuyant sur les sciences physiologiques et humaines en plein essor, et portant sur le réel un regard neuf. »[8]

« Vivant au dix-neuvième siècle, dans un temps de suffrage universel, de démocratie, de libéralisme, nous nous sommes demandé si ce qu’on appelle « les basses classes » n’avait pas droit au Roman ; si ce monde sous un monde, le peuple, devait rester sous le coup de l’interdit littéraire et des dédains d’auteurs qui ont fait jusqu’ici le silence sur l’âme et le cœur qu’il peut avoir. Nous nous sommes demandé s’il y avait encore, pour l’écrivain et pour le lecteur, en ces années d’égalité où nous sommes, des classes indignes, des malheurs trop bas, des drames trop mal embouchés, des catastrophes d’une terreur trop peu noble. Il nous est venu la curiosité de savoir si cette forme conventionnelle d’une littérature oubliée et d’une société disparue, la Tragédie, était définitivement morte ; si, dans un pays sans caste et sans aristocratie légale, les misères des petits et des pauvres parleraient à l’intérêt, à l’émotion, à la pitié, aussi haut que les misères des grands et des riches ; si, en un mot, les larmes qu’on pleure en bas pourraient faire pleurer comme celles qu’on pleure en haut[9]. »

Adaptation théâtrale[modifier | modifier le code]

Réjane par Nadar dans Germinie Lacerteux
Réjane par Félix Nadar dans Germinie Lacerteux, Théâtre de l'Odéon, 1889

Edmond de Goncourt adapte le roman pour la scène, et la pièce est représentée pour la première fois sur le théâtre de l'Odéon le [10]. Malgré la prestation remarquée de Réjane, la pièce est mal reçue[11]. Même Jules Lemaître, qui admire beaucoup le roman, considère que l'adaptation théâtrale n'est pas aboutie[12].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Ambrière, Madeleine., Précis de littérature française du XIXe siècle, Presses universitaires de France, (ISBN 2130427499, OCLC 462087721)
  2. Edmond de Goncourt, Préfaces et manifestes littéraires, Paris, Charpentier, (lire en ligne), Germinie Lacerteux
  3. Émile Zola, Mes haines, Paris, Bibliothèque Charpentier, (lire en ligne), « Germinie Lacerteux »
  4. Jules Claretie, « Edmond et Jules de Goncourt : Germinie Lacerteux », La Revue de Paris,‎ , p. 166-177 (lire en ligne)
  5. Beaumarchais, J.-P., Couty, D. et Rey, A., Dictionnaire des littératures de langue française, t. II, Bordas, (ISBN 2040153349, OCLC 966042100)
  6. Edmond Villetard, « Germinie Lacerteux », Revue nationale et étrangère, politique, scientifique et littéraire,‎ , p. 518-525 (lire en ligne)
  7. Jules et Edmond de Goncourt (préf. Nadine Satiat), Germinie Lacerteux, Paris, Flammarion, (ISBN 9782080705495, OCLC 635332255), Introduction
  8. Colette Becker, « Alphonse Daudet : une vision ambiguë du monde du travail », Travailler, no 7,‎ , p. 53–62 (ISSN 1620-5340, lire en ligne)
  9. Jules et Edmond de Goncourt, Germinie Lacerteux, Paris, Charpentier, (lire en ligne), « Préface de la première édition »
  10. Martin Schwarz, « Une amitié ignorée: Edmond de Goncourt-Octave Mirbeau », The French Review. Special Issue, vol. 44, no 2,‎ , p. 97–105 (DOI 10.2307/487607, lire en ligne)
  11. Émile Blavet, La Vie parisienne, Paris, Ollendorff, (lire en ligne), Germinie Lacerteux
  12. Jules Lemaître, Impressions de théâtre. 4e série, Paris, Société française d'impr. et de libr., 1888-1898 (lire en ligne), Edmond de Goncourt

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Pelckmans, « La vie plurielle dans Germinie Lacerteux », ORBIS Litterarum, vol. 38, no 1,‎ , p. 60-73 (lire en ligne).
  • Roger Bismut, « Le narrateur dans Germinie Lacerteux », Cahiers de l'Association internationale des études françaises, vol. 36, no 1,‎ , p. 21-33 (lire en ligne).
  • Jules et Edmond de Goncourt (préf. Nadine Satiat), Germinie Lacerteux, Paris, Flammarion, (ISBN 9782080705495, OCLC 635332255)

Lire en ligne[modifier | modifier le code]

  • Edmond de Goncourt, Germinie Lacerteux : Pièce en dix tableaux, Paris, Charpentier, (lire en ligne)