Barrel House

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Juke-joints)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Extérieur d'un juke joint à Belle Glade, Floride, en 1944.

Le terme Barrel House ou barrelhouse (« maison à tonneaux ») désigne un cabaret de blues[1] ou de jazz populaire qui servait également d'hôtel et était généralement implanté dans les bas quartiers noirs ou métisses de certaines villes ou campagnes américaines.

Juke Joint[modifier | modifier le code]

Ce type d'établissement est aussi appelé juke joint. Pour Manuella Rebotini, juke provient du gullah "tapageur" et de "joint" qui en anglais signifie "Boui-Boui"; est un « lieu de danse, de musique, de boisson et de jeux[2] ».

Définition[modifier | modifier le code]

Pour Christian Bouscaren, le terme désigne à la fois un café de mauvaise réputation et un style très rythmé de jazz[3].

Entre deux guerre, Nels Anderson le rapprochait du terme "cabaret" ou "tripot", et le considérait comme type d'hôtel très bon marché à Chicago[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. PETIT DICTIONNAIRE DES CHANSONS ROCK, Tome 2, Volume 2 De François Grimpret, article sur IKE TURNER, éditions CAMION BLANC, 15 mars 2016
  2. Totem et tambour: Une petite histoire du rock’n roll et quelques réflexions psychanalytiques. Manuella Rebotini, éditions Odile Jacob, 2013, page 43
  3. Christian Bouscaren, Le Petit Ophrys - Dictionnaire Anglais-français, Éditions OPHRYS, 1994
  4. Le hobo, sociologie du sans abri; Nels Anderson, éditions Armand Colin, 2011