Judith Miller (philosophe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Judith Miller (homonymie) et Miller.
Judith Miller
Biographie
Naissance Voir et modifier les données sur Wikidata
à AntibesVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
à ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Pays de nationalité FranceVoir et modifier les données sur Wikidata
Père Jacques LacanVoir et modifier les données sur Wikidata
Mère Sylvia BatailleVoir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint Jacques-Alain Miller (à partir de )Voir et modifier les données sur Wikidata
Thématique
Profession Philosophe et psychanalysteVoir et modifier les données sur Wikidata

Judith Miller est une philosophe et psychanalyste française née le à Antibes et morte le à Paris[1] des suites d'une maladie dégénérative.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille du psychanalyste Jacques Lacan et de la comédienne Sylvia Maknès, encore mariée à l'écrivain Georges Bataille dont elle est séparée depuis 1934, Judith porte le nom de Bataille jusqu'en 1964. En 1966, elle épouse le psychanalyste Jacques-Alain Miller, dont elle porte ensuite le nom[2].

Reçue première à l'agrégation de philosophie, elle enseigne à l'université Paris VIII de Vincennes, alors haut lieu de l'avant-garde universitaire. Elle est cependant d'abord une psychanalyste, et contribue notamment aux Cahiers pour l'analyse.

Membre de la Gauche prolétarienne, mouvement maoïste pratiquant notamment la provocation, elle est exclue de l'université après la publication d'un entretien dans L'Express en 1970, où elle indique ironiquement vouloir "tout faire" pour que l'université française, qu'elle critique vertement, fonctionne "de plus en plus mal".

Elle sera finalement réintégrée après 1981.

Personnalité de l'École de la Cause freudienne, fondée par son mari, elle est directrice de publication de Terre du CIEN, le journal du Centre interdisciplinaire sur l'enfant.

Restée très proche de son père, qui lui vouait une grande admiration, elle publie en 1991 un album photo intitulé Visages de mon père.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Métaphysique de la physique de Galilée, Cahiers pour l’Analyse 9.9 , 1968

Le Champ freudien à travers le monde, textes recueillis par Judith Miller, Navarinl, 1986

Visages de mon père, Seuil, 1991 (en ligne sur gallica)

Entretien de Pierre Klossowski avec Judith Miller in Hervé Castanet, Pierre Klossowski, la pantomime des esprits, C. Defaut, 2007

L'avenir de l'autisme avec Rosine et Robert Lefort (direction de Judith Miller), Navarin, 2010

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Paris le 7 décembre 2017 | ECF », sur www.causefreudienne.net (consulté le 8 décembre 2017).
  2. Elisabeth Roudinesco « Judith Miller, dernière fille de Jacques Lacan, est morte », Le Monde, 8 décembre 2017. ligne.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]