Judes Poirier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la médecine image illustrant le Québec
Cet article est une ébauche concernant la médecine et le Québec.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Poirier (homonymie).
Judes Poirier
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Distinction

Judes Poirier est un biochimiste québécois né en 1961 à Montréal.

Biographie[modifier | modifier le code]

Judes Poirier fut le dernier élève du docteur André Barbeau, pionnier de la recherche sur les maladies de Parkinson et de Freidreich.

Le docteur Poirier est professeur titulaire aux départements de médecine et psychiatrie de l'Université McGill à Montréal et, directeur de l’unité de neurobiologie moléculaire de l’Institut universitaire en santé mentale Douglas. Il est aussi co-fondateur et directeur adjoint du centre de recherche sur la prévention de la maladie d'Alzheimer base à l'université McGill. Judes Poirier était jusqu'à récemment directeur du Centre d’études sur le vieillissement de l’Université McGill.

Reconnu mondialement pour ses travaux dans les maladies neurodégéneratives et la pharmacogénomique, il a démontré en 1993 qu'une substance normalement chargée de transporter le cholestérol dans le sang et le cerveau, l'apolipoprotéine E4 (ApoE4), est directement reliée à la genèse et à la progression de la maladie d'Alzheimer. Cette anomalie est encore aujourd'hui considérée comme étant le facteur de risque génétique le plus important jamais découvert pour cette maladie du vieillissement. Les personnes avec la maladie d'Alzheimer qui répondent bien aux médicaments conçus pour améliorer la mémoire verront la qualité de l'efficacité thérapeutique grandement influence par le presence de la variante E4 de l'apoE mais aussi, la variante K du gene de la butyrylcholinestérase. En 1995 et 1996, il identifia une série de gènes porteurs de variations génétiques permettant de prédire la réponse thérapeutique de certains médicaments chez un patient donné[1].

Le travail de pionnier du Dr. Poirier a été récompensé par plusieurs prix prestigieux. Il a obtenu entre autres le prix Beaubien de la Société Alzheimer du Canada, le prix Galien pour sa contribution dans le domaine de la pharmacogénétique, le prix Jonas Salk (en l’honneur du chercheur responsable de la découverte du vaccin contre la polio) et le prix André Dupont du Club de recherches cliniques du Québec. Il est l'un des très rares détenteurs du très prestigieux prix " International AAIC Lifetime Achievement Award in Alzheimer's Disease Research", la plus importante reconnaissance scientifique du genre dans le monde de la recherche dédiée à la maladie d'Alzheimer. Il est aussi récipiendaire d'un doctorat honorifique de l'Université de Montpellier et du Prix GENESIS 2010 dans la catégorie "Innovation de Demain".

Il est aussi le fondateur de trois entreprises de biotechnologie dédiées à la commercialisation de tests génétiques et pharmacogénétiques, de même qu'au développement de nouvelles stratégies thérapeutiques visant les maladies neurodégéneratives liées au vieillissement. Nominé en 1996 comme l'une des dix personnalités marquantes de l'année dans le magazine l'Actualité, il récidive en 1998 dans le quotidien québécois "La Presse" et de nouveau en 2014.

Le Dr. Poirier a publié, conjointement avec son collègue Serge Gauthier à l'automne 2011, un ouvrage grand public intitulé La Maladie d'Alzheimer - Le guide, aux éditions Trécarré, traduit en six langues qui leur valu en 2012 le prix Hubert-Reeves[2].

Autres distinctions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]