Journalisme jaune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant les médias en général image illustrant la sociologie
Cet article est une ébauche concernant les médias en général et la sociologie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Caricature parue le 21 novembre 1888 dans Puck.

Le journalisme jaune, ou presse jaune (de l'anglais Yellow journalism), est une sorte de journalisme ou de presse qui présente des nouvelles de faible qualité et qui mise sur des techniques tape-à-l’œil afin, notamment, de mieux vendre[1]. À l'origine, il tire son nom de la couleur du papier utilisé autrefois par les journaux pratiquant ce type de journalisme[2][réf. insuffisante].

Les techniques couramment utilisées consistent à exagérer la nouvelle, faire de la médisance ou axer sur le sensationnalisme[1]. Par extension, journalisme jaune est utilisé de nos jours comme une expression péjorative pour dénoncer tout journalisme qui traite la nouvelle de manière non professionnelle ou non éthique.

Articles détaillés : Sensationnalisme et Presse à scandale.

Définitions[modifier | modifier le code]

Selon Campbell (2001), la une des journaux de presse jaune est abondamment illustrée, parfois en couleurs, et possède plusieurs colonnes présentant divers titres couvrant divers sujets, tels le sport, le scandale, les dénonciations anonymes[3]. Elle fait également de l'autopromotion éhontée[3].

Selon Frank Luther Mott (en) (1941), le journalisme jaune se définit selon cinq caractéristiques[4] :

  1. Faire la manchette avec des faits divers
  2. Utiliser des photos modifiées ou des vues d'artiste
  3. Utiliser de fausses entrevues, des titres trompeurs, de la pseudo-science, et un défilé d'« experts »
  4. Mettre l'accent sur des suppléments du dimanche, avec des cartoons
  5. Dramatisation d'exemples de dysfonctionnements

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Sensationalism ». TheFreeDictionary. Accessed June 2011.
  2. Stéphane Baillargeon, « Médias - La star, le juge et le magnat », Le Devoir,‎
  3. a et b (en) W. Joseph Campbell, Yellow Journalism: Puncturing the Myths, Defining the Legacies, Praeger,
  4. (en) Frank Luther Mott, American Journalism (1941), p. 539, en ligne

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]