Journal d'un écrivain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la littérature <adjF>
Cet article est une ébauche concernant la littérature.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Le Journal d'un écrivain (en russe : Дневни́к писа́теля) est une sorte chronique tenue par l'écrivain russe Fiodor Dostoïevski et publié de 1873 à 1881.

Contrairement à ce que son titre pourrait laisser penser, il ne s'agit pas d'un journal intime au sens courant du terme (relation quotidienne des événements qui ont marqué l'auteur), mais de la réunion de textes conçus dès l'origine pour être publiés[1]. Le Journal d'un écrivain témoigne de l'activité de Dostoïevski comme publiciste.

Outre les réflexions de l'auteur, le Journal d'un écrivain contient également quelques œuvres littéraires de fiction, principalement des nouvelles qui sont souvent éditées à part[2] :

Une édition complexe[modifier | modifier le code]

Le Journal d’un écrivain est une « œuvre » tardive et complexe sur le plan éditorial[3]. C’est un travail en plusieurs parties, dont la rédaction s'est étendue sur plusieurs années, qui n'a jamais été planifié, et qui a encore connu quelques transformations après la mort de l’écrivain en 1881.

Du vivant de l’auteur[modifier | modifier le code]

Première partie : 1873-874[modifier | modifier le code]

Dostoïevski, nommé rédacteur de l'hebdomadaire très conservateur[4] Le Citoyen (Гражданин, en)[5], a publié dans cette revue une rubrique irrégulière intitulée « Le Journal d’un écrivain ». Le premier supplément date du . Les articles de l'écrivain furent réunis en un volume séparé à la fin de l'année. Il a présenté sa démission après quinze mois d'activité.

Deuxième partie : 1876-1877[modifier | modifier le code]

Publication régulière (mensuelle) de textes d’anlyses personnelles sur le monde littéraire et politique (y compris sur l'actualité internationale).

La publication est interrompue en décembre 1877, par décision de Dostoïevski. Les deux années qui suivent seront principalement consacrées à la rédaction et à la publication des Frères Karamazov.

Troisième partie : 1880[modifier | modifier le code]

Publication d’un seul numéro en août 1880.

Le numéro contient essentiellement son Discours sur Pouchkine, mais Dostoïevski fait part de son intention de reprendre la publication régulière du Journal, « si ma santé le permet. ».

Quatrième partie : janvier 1881[modifier | modifier le code]

Reprise de la publication régulière, aussitôt interrompue par la mort de l’écrivain le 29 janvier 1881.

Édition posthume[modifier | modifier le code]

En 1882-1883, sa veuve, Anna Dostoïevskaïa publia la première édition posthume des œuvres complètes de l'écrivain et réunit sous un même titre, outre les parties ci-dessus, la nouvelle Le Triton (1878), mais aussi cinq textes très antérieurs sur la littérature parus dans Le Temps en 1861[6], et quelques éditoriaux sur les « Événements à l'étranger » parus dans Le Citoyen[7].

Réception[modifier | modifier le code]

En dépit de son intérêt, le Journal d'un écrivain ne connut aucune réédition en Union soviétique de 1917 à 1980[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gustave Aucouturier 2007, p. IX.
  2. Journal d'un écrivain, Notice bibliographique de Gustave Aucouturier, p. XXXII.
  3. Gustave Aucouturier 2007, p. XXXI.
  4. Leonid Grossman 2003, p. 415.
  5. Le Journal d'un écrivain, p. 3.
  6. Ces textes sont aujourd'hui disjoints du Journal d'un écrivain.
  7. Gustave Aucouturier 2007, p. XXXI.
  8. Georges Nivat, Vers la fin du mythe russe. Essai sur la culture russe de Gogol à nos jours, p. 71, L'Âge d'Homme, Lausanne, 1982.

Édition française[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Leonid Grossman (trad. du russe par Michèle Kahn, préf. Michel Parfenov), Dostoïevski, Paris, Parangon, coll. « Biographies », , 520 p. (ISBN 2-84190-096-7)