Joseph Ducaju

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Joseph Ducaju
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 67 ans)
AnversVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Joseph Ducaju, né à Anvers le et décédé le dans la même ville, est un peintre et sculpteur-statuaire belge.

Biographie[modifier | modifier le code]

Saint Georges terrassant le dragon, Sint-Joriskerk, Anvers

Joseph Ducaju étudie d'abord à l'Académie d'Anvers et dans l'atelier de Joseph Geefs.

Il se consacre à la statuaire et à la peinture de genre historique et est un des artistes mobilisés pour créer les statues des gloires nationales par lesquelles le jeune État belge désirait affirmer son identité, comme celles de Boduognat [1] ou de Teniers. Il réalise également les bustes de membres de la famille royale.

De lui encore la colossale statue de "Thémis casquée" [2] (1880) pesant 25 tonnes[3] et surmontant le fronton du Palais de justice de Bruxelles.

Prix[modifier | modifier le code]

Ducaju reçoit le prix de Rome en 1846.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Eugène De Seyn, Dictionnaire biographique..., tome I, Bruxelles, 1935, p. 414.
  • Thierry Demey, Léopold II. La marque royale sur Bruxelles, Bruxelles, Badeaux, 2009, p. 187.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Eugène Warmenbol, « La statue de Boduognat à Anvers (1851-1954). Portrait d'une autre Gaule », dans Belgian Archaeology in a European Setting, Louvain, Presses universitaires, (ISBN 90-5867-167-4, lire en ligne), p. 51-62
  2. Pierre Poirier, Un siècle de gravure anversoise : (De Jérôme Cock à Jacques Jordaens. Du dessin à l'estampe. 1550-1650), Bruxelles : Palais des Académies, 1967 : "Édifice d’une monumentalité révolue, un temple de grès sur le Mont des Pendus, le Palais de Justice. Le temps accentue la richesse des solutions architecturales qu’il assemble. Les graveurs Charles Swyncop, Henri Mortiaux, Jean Donnay, Henri Logelain s'avancèrent vers le portique, à la recherche d'un angle de vue résumant la puissance des masses, sous le buste de Thémis casquée".
  3. Thierry Demey, Léopold II. La marque royale sur Bruxelles, Bruxelles : Badeaux, 2009, p. 187 : "Le colosse de pierre.(...) cache, dans ses entrailles, une quantité non négligeable de poutrelles métalliques. (...). Ainsi en est-il de la coiffe du portail d'entrée, en raison de sa portée et du poids de ses décorations, dont les 25 tonnes du buste de Minerve (sic) qui le couronne.