John Rechy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
John Rechy
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (87 ans)
El PasoVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Arme
Grade militaire
Œuvres principales
City of Night (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

John Francisco Rechy, né le , est un romancier, essayiste, dramaturge et critique littéraire américain. Comptant parmi les pionniers de la littérature LGBT, il a notamment écrit sur la culture homosexuelle à Los Angeles et plus largement sur l'Amérique. Cité de la nuit (City of night), son premier roman, publié en 1963, a été un best-seller. Avec son livre The Miraculous Day of Amalia Gomez, il a aussi contribué à la littérature chicano.

Origines, études et vie personnelle[modifier | modifier le code]

Il est né au Texas[1],[2],[3]. Il est le plus jeune d'une fratrie de cinq enfants, nés de Guadalupe Flores et de Roberto Sixto Rechy[4]. Ses parents sont originaires du Mexique et son père a des ancêtres écossais[5],[6].

Il a obtenu un B. A. en anglais au Texas Western College (de nos jours université du Texas à El Paso), où il est rédacteur au sein du journal universitaire.

Après l'obtention de son diplôme, il s'enrôle dans l'armée mais bénéficie d'une dispense pour s'inscrire à l'université Columbia[7]. Il projette d'intégrer un cours d'écriture créative enseigné par la romancière Pearl Buck, en soumettant un texte, Pablo![8]. Sa demande n'est toutefois pas acceptée, mais il est admis au cours d'Hiram Haydn, rédacteur en chef à Random House (The New School for Social Research (en)).

En 1959 a lieu à Los Angeles l'émeute du Cooper Do-nuts (en), quand des personnes LGBT sont victimes de harcèlement de la part de la police. Trois personnes sont arrêtées, dont John Rechy. Ils parviennent cependant à s'échapper[9]. Il revient plus tard sur cet épisode dans son livre City of night.

Il s'est longtemps prostitué et a été arrêté pour cela plusieurs fois par la police, jusqu'à sa rencontre au début des années 1990 avec Michael Ewing, son actuel compagnon. Ils vivent dans une villa à Los Angeles[10].

Carrière littéraire[modifier | modifier le code]

Son premier roman, en grande partie autobiographique, s'intitule Cité de la nuit (City of night). Il est publié en octobre 1963. Malgré des critiques négatives au moment de sa publication, le livre devient un best-seller international[11],[12].

En plus d'une douzaine de livres, John Rechy a contribué à de nombreux essais et à des critiques littéraires dans diverses publications, dont The Nation, The New York Review of Books, Los Angeles Times, L. A. Weekly, The Village Voice, The New York Times, Evergreen Examen ou encore Saturday Review[4],[5]. Beaucoup de ces écrits ont été regroupés dans son livre paru en 2004 Beneath the skin. Il a aussi rédigé trois pièces de théâtre, Tigers Wild (d'abord sous le nom The Fourth Angel et basé sur son roman éponyme), Rushes (basé sur le livre du même titre) et Momma, as she became - not as she was, une pièce en un acte.

En 2004, il est cité par la journaliste Amy Harmon dans un article du New York Times, qui révèle, grâce à une panne d'ordinateur des serveurs d'Amazon, l'identité de milliers de personnes qui avaient posté de façon anonyme des critiques de livres. Parmi plusieurs autres auteurs, John Rechy se serait ainsi attribué des notes de cinq étoiles, le score le plus élevé. Après cette polémique, Amazon a cessé d'accepter les commentaires anonymes[13].

Il est enseignant dans le master d'écriture de l'université de Californie du Sud.

Récompenses[modifier | modifier le code]

John Rechy est le premier romancier à recevoir le Lifetime Achievement Award du PEN Center USA (en) (1997). Il possède aussi le prix Bill Whitehead, décerné par Publishing Triangle (en) (1999)[14],[15]. Membre du NEA, il est le premier récipiendaire du Culture Hero Award de ONE Magazine[16].

Lors de la 30e édition du prix Lambda Literary en 2018, il a remporté une récompense dans la catégorie « fiction gay » pour After the Blue Hour[17].

Postérité[modifier | modifier le code]

Les écrivains Michael Cunningham[18], Kate Braverman, Sandra Tsing Loh, et Gina Nahai ont été ses étudiants avant de commencer leur carrière littéraire.

L'artiste anglais David Hockney s'est inspiré, pour sa peinture Building, Pershing Square, Los Angeles, d'un passage de City of night[19].

En 1983, la chanson Numbers du duo de synthpop anglais Soft Cell s'inspire de son roman éponyme, publié en 1967[20].

Un CD-ROM sur la vie et l'œuvre de John Rechy a été publié par l'Annenberg Center of Communications. Il est intitulé Mysteries and Desire: Searching the Worlds of John Rechy[21].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • Cité de la nuit (City of Night) (Grove Press, 1963)
  • Numbers (Grove Press, 1967)
  • This Day's Death (Grove Press, 1969)
  • The Vampires (Grove Press, 1971)
  • The Fourth Angel (Viking, 1972)
  • Rushes (Grove Press, 1979
  • Bodies and Souls (Carroll & Graf, 1983)
  • La Fille de Marilyn (Marilyn's Daughter) (Carroll & Graf, 1988)
  • The Miraculous Day of Amalia Gomez (Arcade, 1991)
  • Our Lady of Babylon (Arcade, 1996)
  • La nuit vient (The Coming of the Night) (Grove Press, 1999)
  • The Life and Adventures of Lyle Clemens (Grove Press, 2003)
  • After the Blue Hour (Grove Press, 2017)

Non-fiction[modifier | modifier le code]

  • The Sexual Outlaw (Grove Press, 1977)
  • Beneath the Skin (Carroll & Graf, 2004)
  • About My Life and the Kept Woman (Grove Press, 2008) (memoir)

Références[modifier | modifier le code]

  1. « EL PASO COUNTY, TEXAS - BIRTHS 1931, N-R », USGenWeb Archives (consulté le 18 avril 2014) NOTE: Although many literary encyclopedias and biographies published in the 1960s through the 1990s list Rechy's year of birth as 1934, most such publications released since that period list the birth year as 1931. The latter is consistent with the year stated in the official Texas birth records, and Rechy himself has acknowledged 1931 as his birth year « https://web.archive.org/web/20140416175515/http://www.sgn.org/sgnnews41_28/page21.cfm »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), .
  2. White, Edmund, « The Making of John Rechy », The New York Review of Books, sur The New York Review of Books, (consulté le 18 avril 2014)
  3. Andrews-Katz, Eric, « John Rechy: From bedsheets to printed sheets » [archive du ], Seattle Gay News, sur Seattle Gay News, (consulté le 18 avril 2014)
  4. a et b Wood, Jamie Martinez, Latino Writers and Journalists: A to Z of Latino Americans, Infobase Publishing, , 192–93 p. (ISBN 9781438107851, lire en ligne)
  5. a et b Contemporary Authors. New Revision Series. Volume 6, Gale Research Company, , 408–412 p. (ISBN 0-8103-1935-7)
  6. Contemporary Authors. Autobiography Series. Volume 4., Gale Research Company, , 253–266 p. (ISBN 0-8103-4503-X)
  7. Contemporary Authors. New Revision Series. Volume 188, Gale Research Company, , 352–357 p. (ISBN 978-1-4144-5669-0)
  8. Barrios, Gregg, « Taming of the Sexual Outlaw : 25 Years After 'City of Night,' John Rechy Searches for a New Recognition With a Novel About Monroe », Los Angeles Times, sur Los Angeles Times, (consulté le 31 mars 2014)
  9. Faderman, Lillian and Stuart Timmons (2006). Gay L.A.: A History of Sexual Outlaws, Power Politics, and Lipstick Lesbians. Basic Books. pp. 1–2. (ISBN 0-465-02288-X)
  10. Éric Dahan, « Les fleurs du mâle », Vanity Fair n°58, juin 2018, p. 112-119.
  11. Seed, David, A Companion to Twentieth-Century United States Fiction, John Wiley & Sons, , 155–56 p. (ISBN 9781444310115, lire en ligne)
  12. Timberg, Scott, « The Romantic Egotist », SF Weekly, sur SF Weekly, (consulté le 31 mars 2014)
  13. Harmon, Amy "Amazon Glitch Unmasks War of Reviewers", The New York Times, February 14, 2004. Retrieved March 31, 2014.
  14. « Awards », PublishingTriangle.org, sur PublishingTriangle.org (consulté le 8 juin 2011)
  15. Warrick, Pamela, « Credit Where It's Overdue; His writing began with controversy. Now John Rechy's life work is saluted », Los Angeles Times, sur Los Angeles Times, (consulté le 31 mars 2014)
  16. « Culture Hero Award 2006—John Rechy », ONE National Gay and Lesbian Archives (consulté le 8 juin 2011)
  17. "Lambda Literary awardees include Carmen Maria Machado, John Rechy, Keeanga-Yamahtta Taylor". Windy City Times, June 5, 2018.
  18. Nelson, Steffie, « John Rechy's intensified reality », Los Angeles Times, sur Los Angeles Times, (consulté le 18 avril 2014)
  19. Drohojowska-Philp, Hunter, Rebels in Paradise: The Los Angeles Art Scene and the 1960s, Macmillan, , 119 p. (ISBN 9781429958998, lire en ligne)
  20. « Featured Song – Day 27 », Polari Magazine, sur Polari Magazine, (consulté le 31 juillet 2014)
  21. Candelaria, Cordelia Chávez, Garcâia, Peter J. et Aldama, Arturo J., Encyclopedia of Latino popular culture. 2. M - Z, Greenwood Publishing Group, , 667–69 p. (ISBN 9780313332111, lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]