Kate Braverman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Kate Braverman
Naissance (68 ans)
Philadelphie, Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Anglais
Genres

Œuvres principales

  • Lithium pour Médée

Kate Braverman, née le 5 février 1950 à Philadelphie (Pennsylvanie, États-Unis), est une romancière, poétesse et nouvelliste américaine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Kate Braverman est née le 5 février 1950[1] à Philadelphie (Pennsylvanie, États-Unis). Elle a passé l'essentiel de sa jeunesse à Los Angeles, à partir de 1958[2], dans des conditions précaires le plus souvent[3]. Elle obtient son BA en anthropologie à Berkeley en 1971, puis son MA de littérature anglophone à l'université d'État de Sonoma. Elle est à cette époque fortement engagée dans les mouvements féministe et anti-guerre[4].

Avec la publication de son premier ouvrage, Lithium for Medea, en 1979, elle devient un personnage de la scène poétique et punk de Los Angeles, où elle animait déjà notamment le Venice Poetry Workshop[3],[5]. Elle a ensuite longtemps enseigné à l'UCLA Writing Program[6].

Le site de critique littéraire américain Bookslut la comparait en 2006 à Kathy Acker, Rikki Ducornet, Lynne Tillman et Jeanette Winterson, pour sa capacité à affronter les plus féroces tabous de son pays et de sa société[3].

Plusieurs de ses nouvelles ont été et sont régulièrement sélectionnées dans des anthologies annuelles. Elle a obtenu le prix O. Henry (décerné chaque année aux vingt meilleures nouvelles de l'année précédente) en 1990[7], et le prix Pushcart en 2007.

Elle est mariée au Dr. Alan Goldstein, chercheur scientifique en nano- et bio-technologies, avec qui elle s'est installée d'abord dans l'état de New York en 1995, puis à San Francisco en 2003[8],[9]. Elle vit aujourd'hui à Santa Fe (Nouveau-Mexique)[6], où elle anime régulièrement son propre atelier d'écriture, "Writing as a Criminal Act"[10].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans et récits[modifier | modifier le code]

  • Lithium for Medea, roman, Seven Stories Press, 1979.
  • Palm Latitudes, roman, Seven Stories Press, 1988[12],[13].
  • Wonders of the West, roman, Fawcett Columbine, 1993[14],[15].
  • The Incarnation of Frida K, roman, Seven Stories Press, 2001[14].
  • Frantic Transmissions to and from Los Angeles: An Accidental Memoir, récit, Graywolf Press, 2006[16].

Recueils de nouvelles et de poésie[modifier | modifier le code]

  • Lullaby for Sinners, poésie, Pinnacle Books, 1981.
  • Postcard from August, poésie, Illuminati, 1990.
  • Squandering the Blue, nouvelles, Fawcett Columbine, 1990[17].
  • Small Craft Warnings, nouvelles, University of Nevada Press, 1998[20].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Contemporary Authors, Gale,
  2. (en-US) Anne-Marie O'Connor, « L.A.'s unsung prophet », Los Angeles Times,‎ (ISSN 0458-3035, lire en ligne)
  3. a b et c (en) Elizabeth Block, « An Interview with Kate Braverman », sur Bookslut, (consulté le 22 novembre 2016)
  4. Blandine Rinkel, « Kate Braverman crache sa vérité en interview », Gonzaï,‎ (lire en ligne)
  5. (en) Michelle Richmond, « 10 Questions with Kate Braverman », sur Fiction Attic, (consulté le 23 novembre 2016)
  6. a et b (en) « Kate Braverman », sur TriQuarterly, (consulté le 23 novembre 2016)
  7. « The O. Henry Prize Stories », sur www.randomhouse.com (consulté le 23 novembre 2016)
  8. (en) « Kate Braverman », sur Graywolf Press, (consulté le 22 novembre 2016)
  9. (en) Edward Guthmann, « In Los Angeles, Kate Braverman starved for culture until S.F. called her back home », SFGate,‎ (lire en ligne)
  10. (en) Rebekah Hall, « Kate Braverman: Writing as a Criminal Act », sur The Literary Underground, (consulté le 23 novembre 2016)
  11. Camille Decisier, « Lithium pour Médée - Kate Braverman », sur Le Matricule des Anges, (consulté le 23 novembre 2016)
  12. (en-US) Paul Ciotti, « Lonely Latitudes : Even After She Finished Writing, Kate Braverman Was Alone With Her Novel », Los Angeles Times,‎ (ISSN 0458-3035, lire en ligne)
  13. (en-US) Jesus Salvador Trevino, « Whore, Wife, Matriarch: Three Latinas of the Barrio : Palm Latitudes by Kate Braverman », Los Angeles Times,‎ (ISSN 0458-3035, lire en ligne)
  14. a et b (en) Valentina Bonnaire, « The Bravery of Braverman: an Interview with Kate Braverman », sur Slow Trains Literary Journal, (consulté le 23 novembre 2016)
  15. (en-US) Paul Gervais, « Lower Than Low Life : Wonders of the West by Kate Braverman », Los Angeles Times,‎ (ISSN 0458-3035, lire en ligne)
  16. (en-US) Merle Rubin, « Poetic thoughts in 'Frantic' form », Los Angeles Times,‎ (ISSN 0458-3035, lire en ligne)
  17. (en-US) Lisa Zeidner, « Women on the Edge », The Washington Post,‎ (ISSN 0190-8286, lire en ligne)
  18. Claro, « Kate Braverman: le retour de Médée », sur Le Clavier Cannibale, (consulté le 22 novembre 2016)
  19. Cathy Garcia, « Bleu éperdument, Kate Braverman », sur La Cause littéraire, (consulté le 22 novembre 2016)
  20. (en-US) Susan Salter Reynolds, « Discoveries », Los Angeles Times,‎ (ISSN 0458-3035, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]