Johannes Althusius

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Johannes Althusius
JohannesAlthusius.png
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Diedenshausen (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Formation
Gymnasium Philippinum Marburg (en) (à partir de )
Université de Bâle (doctorat) (jusqu'en )
Université de CologneVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Gymnasium Arnoldinum (en) (-)Voir et modifier les données sur Wikidata
Religion

Johannes Althusius (né en 1563 à Diedenshausen et mort le [1]) est un philosophe et théologien réformé — allemand, syndic municipal de la ville d'Emden de 1604 jusqu'à sa mort, ce qui lui permit de mettre ses idées en pratique en défendant, conformément à son idéal d'autonomie à la base, les libertés de la cité face aux appétits du comte de Frise[2].

Althusius est célèbre pour son ouvrage de 1603, Politica methodice digesta et exemplis sacris et profanis illustrata, cui in fine adjuncta est Oratio panegyrica de utilitate, necessitate et antiquitate scholarum (« La Politique, exposée de façon méthodique, et illustrée par des exemples sacrés et profanes... », édition révisée et augmentée en 1610 et en 1614). Les idées exprimées dans cet ouvrage font de lui le père du fédéralisme moderne et de la souveraineté populaire, qu'il s'est efforcé de concilier, dans sa multiplicité[3], avec le pouvoir du souverain.

Les théories fédéralistes d'Althusius ne sont pas tellement libérales ; elles mettent l'accent sur la liberté des groupes, plutôt que sur la liberté des individus [4].

De son côté, Frédéric Lordon souligne combien Althusius est un précurseur de la pensée libertaire quand il imagine comme organisation politique et sociale « une hiérarchie de regroupements emboîtés régis par un double principe d'autorité maximale et d'adhésion consentie au regroupement supérieur »[5].

Il est également l'auteur d'ouvrages juridiques dont le plus important est Dicaeologicae libri tres, totum et universum jus, quo utimur methodice complectentes,..., Francfort 1616.

Traité de la Dicaeologicae, 1617[6][modifier | modifier le code]

Althusius, ne développera pas une méthode axiomatique visant à une appréhension universelle de la science, mais se conformera davantage à suggérer une tendance du droit à la scientificité[7]. Ses travaux demeureront imprégnés d’un caractère descriptif de réalités naturelles[8], tout en s’inscrivant systématiquement dans un prolongement de la logique ramusienne : la méthode formelle et la place de l’aristotélisme s’en trouve bouleversées[9], et la présentation du droit rompt avec la tradition des juristes afin de sacraliser un ordonnancement des concepts fondé sur la dichotomisation successive des termes en species distribuées par degré d’abstraction, et en membra, entendues comme éléments constituants des différentes notions.

En résulte une arborescence dissymétrique aux antipodes des schémas de raisonnement en deux parties, ou chaque ramification fait état d’un grand travail de précision associé à une relation de classement, et il ressort une propriété des notions au sein du travail de classification opéré par Althusius : elles sont transitives[10].

En raison de sa forte conceptualisation, la pérennité de la doctrine althusiusienne restera relativement lacunaire[11] et effacera l’encrage réaliste du droit au profit d’une galaxie d’essences, pourtant, son œuvre fera référence auprès de ses contemporains[12], à l’égard de l’efficacité induite par la naissance des proto-systèmes pour l’universalisation des concepts juridiques qu’elle autorise.

Références[modifier | modifier le code]

  1. early modern letters online
  2. « Pendant la durée entière de son mandat, note le philosophe et historien du droit Otto von Gierke, il apparaît comme l'âme de la politique citadine en lutte pour la croyance réformée, les franchises et les droits municipaux contre les suzerains et les nobles » (Johannes Althusius und die Entwicklung der naturrechtlichen Staatstheorien. Zugleich ein Beitrag zur Geschichte der Rechtssystematik, Marcus, 1902).
  3. Pour Althusius, ladite souveraineté ne réside pas dans le peuple comme somme d'individus, mais en tant qu'ensemble organique de communautés et de corps.
  4. Philippe Nemo, "Les sources du libéralisme dans la pensée antique et médiévale", in Philippe Nemo et Jean Petitot, Histoire du libéralisme en Europe, Puf, Paris, 2006, p.109.
  5. Frédéric Lordon, Imperium. Structure et affects des corps politiques, La Fabrique, 2015, p. 204.
  6. J. Althusius, Dicaeologicae libri tres, totum et universum jus, quo utimur, methodice complectentes, cum parallelis hujus et judaici juris, tabulisque insertis,
  7. J. Binet, « La science, modèle de perfection pour le droit », Droit et progrès scientifique : Science du droit, valeurs et biomédecine,‎ , p. 139–141
  8. M. Villey, « Premiers systèmes du rationalisme juridique », La formation de la pensée juridique moderne,‎ , p. 513–558
  9. G. Clérico, « Ramisme et post-ramisme : la répartition des « arts » au XVI S », Histoire Épistémologie Langage,‎ , p. 55
  10. La représentation satisfaisant cette condition minimale de rationalité, offre alors d’éminents arguments de réflexion.
  11. L. Brulé Naudet, « De l'émergence d'une scientificité du Droit », HAL,‎ , p. 2 (HAL hal-03628279, lire en ligne Accès libre [PDF])
  12. Hugo de Groot se rattachera notamment à une conception systémique du droit au sein de son ouvrage De Jure Belli ac Pacis, dont la traduction de Jean Barbeyrac (H. Grotius. De Jure Belli ac Pacis. 1625) ne suggèrera nul doute quant à consécration d’une logique déductive dans la sphère juridique et les balbutiements de l’axiomatique au travers « l’évidence ». Néanmoins, là aussi le sens commun s’en trouvera oblitéré et le rationalisme opéré par Grotius ne laisse s’effacer l’évidence : le système sera dans la nécessité de fonder son raisonnement sur des postulats arbitraires aux fins de démonstration, remettant grandement en perspective l’efficacité d’une approche scientifique.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) « Althusius, Johannes (1557–1638) », notice du The Oxford Guide to the Historical Reception of Augustine, lire en ligne, (ISBN 9780191789830).
  • (en) Gordon Campbell, « Althaus, Johannes (1557–1638) », notice du The Oxford Dictionary of the Renaissance, lire en ligne, (ISBN 9780191727795).
  • (all) E. Bonfanti, G. Duso, M. Scattola (éd.), Politische Begriffe und historisches Umfeld in der Politica methodice digesta des Johannes Althusius, Harrassowitz Verlag, Wiesbaden 2002
  • (fr) Gaëlle Demelemestre, Les deux souverainetés et leur destin. Le tournant Bodin-Althusius, Ed. du Cerf, Coll. « La nuit surveillée », 2011.

JL Clergerie, Le principe de subsidiarité, Ellipses 1997.

  • (fr) Gaëlle Demelemestre, Introduction à la « Politica Methodice Digesta » de Johannes Althusius, Ed. du Cerf, coll. « Humanités », 2012.

Liens externes[modifier | modifier le code]