Johannes Teyler

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Johan Teyler)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Johannes Teyler
Biographie
Naissance
Décès
Activités
Autres informations
A travaillé pour
University of Nijmegen (1665-1680) (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Membre de

Johannes ou Johan Teyler (Nimègue, 1648 - vers 1709) est un peintre, graveur, professeur de mathématiques et pionnier de l'estampe en couleur, actif pendant le siècle d'or néerlandais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et carrière dans l'éducation[modifier | modifier le code]

Johannes Teyler naît à Nimègue le . Son père, William Taylor, est un mercenaire britannique ou écossais, qui a changé son nom en Teyler[1].

Johannes étudie le latin à l'école latine de Nimègue et les mathématiques à la Kwartierlijke Academie[n 1], où il rédige une thèse en faveur de Descartes[1]. Après la mort de son père, il étudie à Leyde et acquiert par la suite un poste de professeur de mathématiques et de philosophie à Nimègue en 1670[1]. Professeur respecté, il n'obtiendra aucune promotion en raison de ses idées cartésiennes[1]. Par l'intermédiaire de son ami Leibniz, il tente d'acquérir un poste de professeur à Wolfenbüttel mais abandonne après des discussions avec Christian Huygens[1]. Le reste de sa carrière se déroule hors des milieux universitaires. En 1676, il devient directeur de la fortification de Vestingbouwkundige pour Frédéric-Guillaume Ier de Brandebourg, électeur de Brandebourg pendant la guerre de Scanie[1]. En 1678, il devient également tuteur des fils de l'électeur[1]. Plus tard la même année, il est renvoyé et rentre à Nimègue pour recevoir un rappel de salaire qui lui était toujours dû. Avec ces fonds supplémentaires, il entreprend un voyage en Italie, en Égypte, en Terre sainte et à Malte, puis envoie son journal à l'électeur[1]. Plus tard, en 1688, il écrit un livre populaire sur les fortifications, Architectura militaris (Rotterdam, 1688)[1].

Les estampes en couleur[modifier | modifier le code]

En 1688, Johannes Teyler reçoit un brevet pour un procédé d’impression couleur qui consiste à utiliser une encre de couleur plutôt que de l’encre noire pour imprimer des plaques[1], faisant de lui l'un des pionniers de l'estampe en couleur[2]. En 1685, Teyler et le dessinateur et graveur Jan van Call, qui est aussi son ancien élève de mathématiques de Nimègue, montent un atelier d'impression d'estampes en couleur[3] à Ryswick, où ils impriment principalement des ouvrages liés à l’armée. En 1697, il le vend avant d'effectuer un autre voyage à Berlin l'année suivante[1].

Selon Houbraken, Teyler est un ami de Jacob de Heusch et d'un collègue de Bentvueghels surnommé Speculatie, qui voyage avec De Heusch à Berlin en 1698[4]. Ils se connaissent depuis leur séjour à Rome, où ils étaient membres de ce club, de même que Jan va Call. Selon la RKD, il est revenu d'Italie en 1683 et est resté à Nimègue, à l'exception de son voyage à Berlin[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de la page de Wikipédia en anglais intitulée « Johan Teyler » (voir la liste des auteurs).

Notes
  1. L'université de Nimègue, la Kwartierlijke Academie, a été la première université de la ville, et a été active de 1655 à 1680.
Références
  1. a b c d e f g h i j et k (nl) Johannes Teller dans Het Biografisch Woordenboek Gelderland.
  2. « Les estampes en couleurs de Johannes Teyler », sur INHA (consulté le 29 novembre 2018).
  3. « Fiche de Johannes Teyler », sur bnf.fr (consulté le 9 décembre 2018).
  4. (nl)Arnold Houbraken, « Joh. Tailler, anders Speculatie », dans le De groote schouburgh der Nederlantsche konstschilders en schilderessen, 1718.
  5. (en) « Johannes Teyler », sur rkd.nl.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :