Peder Balke

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Peder Balke
Peder balke.jpg
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Helgøya (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 82 ans)
Christiania (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Peder AndersenVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Formation
Maîtres
Carl Johan Fahlcrantz (en), Johan Christian DahlVoir et modifier les données sur Wikidata

Peder Balke, né Peter Andersen le 4 novembre 1804 sur l'île de Helgøya, dans le comté de Hedmark et mort le 5 février 1887 à Christiania, est un peintre norvégien. Connu pour son interprétation positive de la nature de la Norvège, il a contribué à donner une vue spectaculaire et romantique des paysages de ce pays[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Balke grandit à Ringsaker, mais habita, dans les années 1820, à la ferme des Balke à Toten dans le comté d'Oppland. Les agriculteurs de Toten payèrent ses études et. en guise de remerciement, il décora plusieurs des fermes de Toten à son retour. Ils encouragèrent ses activités de peinture et le soutinrent plus tard dans l'enseignement supérieur.

À l'automne 1827, Balke fut apprenti chez Heinrich August Grosch. Il fut également étudiant à la Tegneskole sous l'enseignement de Grosch et Jacob Munch (no). Il signa un contrat de deux ans comme apprenti de l'artiste et décorateur danois Jens Funch. De l'automne 1829 au printemps 1833, il fut l'élève de Carl Johan Fahlcrantz (sv) à l’académie d’art de Stockholm. Balke a été aussi l'élève de Johan Christian Dahl de 1843 à 1844.

Au cours de l'été 1830, il traversa à pied le Telemark, le Rjukan, le Vestfjorddalen au-delà de Røldal et Kinsarvik jusqu'à Bergen, pour ensuite revenir sur Vossevangen et Gudvangen, puis encore plus loin jusqu'à Fillefjell, Valdres et de là, à travers les montagnes jusqu'à Hallingdal. Tout le long du chemin, il peignit, et dessina de petits formats qui furent plus tard développés en peintures. Il s'est également rendu en Allemagne et en Russie, à Paris et à Londres.

À Stockholm, il compléta plusieurs des tableaux qu'il avait esquissé lors de sa tournée dans le Finnmark. Certains d'entre eux furent vendus à la famille royale de Suède. En 1846, il vendit à Louis-Philippe de France une trentaine de ses peintures commandées par ce dernier pour commémorer un voyage en Laponie en 1795 pour le château de Versailles et conservées, depuis 1847, au musée du Louvre[2]: Il s'agissait précisément de trente-trois esquisses représentant les endroits principaux où était passé Louis-Philippe et de deux tableaux, La Vue du Cap Nord et La Vue de Drontheim[3]. Outre les 17 tableaux à la Nasjonalgalleriet d'Oslo, Peder Balke est également représenté dans plusieurs collections d'art majeur en Norvège, en Suède et dans le monde[4],[5],[6].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il change de nom pour Peder Balke vers 1825. Il épouse, en 1834, Karen Eriksdatter Strand, née le 15 août 1812.

Il fut engagé dans les questions sociales et organisa la construction de Balkeby (no), un nouveau quartier d'Oslo, axé sur l'amélioration des conditions pour les travailleurs domestiques. Il préconisa également des subventions pour les artistes et des pensions pour les hommes et les femmes.

Il est le grand-père de Turid Balke (en) et l’arrière-arrière-grand-père de Jon Balke.

Balkeby[modifier | modifier le code]

Peder Balke achète des parcelles de la ferme historique de Nedre Blindern (aujourd'hui à l'emplacement du campus de Blindern (en) à Oslo) entre 1858 et 1876. L'association Balke gère l'endroit. Les acheteurs potentiels de parcelles pouvaient emprunter de l'argent à Balke et construire le bâtiment eux-mêmes. En 1865, il y avait 300 personnes dans Balkeby (no), et le quartier fut relativement fort peuplé en ouvriers. Finalement, les habitants prirent des pensionnaires, de sorte que la population augmenta.

Balkeby fut l'occasion pour une certaine classe de la population d'avoir sa propre maison à une distance raisonnable de la ville, surtout après l'apparition des tramways à chevaux en 1875. En 1878, date à laquelle la zone a été intégrée à la ville d'Oslo, la population du quartier s'élevait à environ 1 100 personnes. Balke avait mis en place des règles strictes pour les bâtiments, y compris pour les plus grands, afin de prévenir les incendies. Cependant, le 13 juin 1879, de nombreuses maisons de Balkeby furent anéanties par les flammes.

L'ancienne banlieue de Balkeby était située au nord-est de ce qui est aujourd'hui la principale rue commerçante d'Oslo : Bogstadveien (en) dans Majorstuen (en) et le quartier de Hegdehaugen (en) dans le bydel de Frogner.

Quelques œuvres[modifier | modifier le code]

  • Vue du Cap Nord, 1847, carton, 50 × 67 cm, musée du Louvre.
  • Vue de Dronheim, 1847, carton, 50 × 67 cm, musée du Louvre.
  • Nordkapp, vers 1840.
  • Vue depuis Hammerfest, 1851.
  • Gaustatoppen, vers 1858.
  • Phare sur la côte norvégienne, vers 1860.
  • Stetind dans le brouillard, 1864, Nasjonalgalleriet, Oslo.
  • La Forteresse de Vardøhus, vers 1870.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]