Jean Vanden Eeckhoudt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jean Vanden Eeckhoudt
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Enfant
Intérieur, Musée d'Ixelles.

Jean Vanden Eeckhoudt, dit Vanden, né à Bruxelles en 1875 et mort en 1946, est un peintre belge.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean Vanden Eeckhoudt est le neveu d'Isidore Verheyden, membre du groupe des XX. À son contact, il découvre la vie artistique de la fin du XIXe siècle et rencontre Théo van Rysselberghe, un de principaux représentants du pointillisme en Belgique, avec lequel il se lie d'amitié[1].

Ce dernier, se sentant mourir, lui confie le soin de finir à sa place trois grands tableaux destinés à compléter un vaste ensemble décoratif du château du Pachy à Morlanwelz[2], que lui avait commandé le mécène Lucien Guinotte, tableaux dont deux motifs se trouvaient chez l'écrivain français Roger Martin du Gard. Malgré des conceptions de plus en plus divergentes dans le domaine pictural, Van Rysselberghe voue une profonde admiration au vocabulaire plastique éloquent de l’art de Vanden Eeckhoudt auquel il léguera également tout son matériel de peintre.

Vanden Eeckhoudt commence à exposer avec les principaux peintres belges (Émile Claus, James Ensor, Fernand Khnopff...) en 1905 à l'Exposition nationale des beaux-arts à Ostende[3].

Par la suite, il fréquente Henri Matisse, André Gide et Dorothy Bussy et vit dans le sud de la France.

Son style évolue du postimpressionnisme vers le fauvisme avant de revenir vers plus de réalisme[4].

Jean Vanden Eeckhoudt est le père de Zoum Walter (1902-1974), elle aussi artiste peintre.

Rétrospectives récentes[modifier | modifier le code]

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Lambotte, Jean Vanden Eeckhoudt, Bruxelles, Belgique, Nouvelle Société d'Éditions, , 48 p.
  • André Gide, Simon Bussy, Albert Dasnoy, Paul Fierens..., Jean Vanden Eeckhoudt, Bruxelles, Belgique, Éditions de la Connaissance, , 32 p. (notice BnF no FRBNF33638349)
  • Marie-Jeanne Chartrain-Hebbelinck, Hommage à Jean Vanden Eeckhoudt, Bruxelles, Belgique, Musées royaux des beaux-arts de Belgique, , 40 p. (notice BnF no FRBNF35200893)
    Exposition du 9 novembre 1973 au 9 décembre 1973 au Musée royal d'art moderne à Bruxelles
  • Johanna Ruyts-Van Rillaer, Jean Vanden Eeckhoudt 1875-1946. Catalogue de l'œuvre Johanna Ruyts-Van Rillaer, Tielt, Belgique, Éditions Lannoo, , 272 p.
  • Joost De Geest et al., 500 chefs-d'œuvre de l'art belge, Bruxelles, Belgique, Éditions Racine, , 510 p. (ISBN 978-2873864705), p. 471
  • Jean Vanden Eeckhoudt, Bruxelles, Belgique, Publication de la galerie Patrick Lancz, , 80 p.
  • Simon Bussy, « Jean Vanden Eeckhoudt », Bulletin des amis d'André Gide, no 43,‎ , p. 98-100
  • « Cette oasis artistique de Roquebrune... : André Gide, Simon Bussy, Jean Vanden Eeckhoudt et Zoum Walter. », Bulletin des amis d'André Gide, no 46,‎ , p. 159-194[9]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Johanna Ruyts-van Rillaer/Philippe Roberts-Jones/Jean-Pierre Vanden Eeckhoudt, Jean Vanden Eeckhoudt: monographie et catalogue de l'œuvre, Tielt, Belgique, Lannoo, , 271 p. (ISBN 90-20918370), p. 23
  2. Ronald Feltkamp, Théo van Rysselberghe : monographie et catalogue raisonné, Paris/Bruxelles, Éditions de l'Amateur/Racine, , 240 p. (ISBN 978-2859173890 et 978-2873863296), p. 150
  3. Ostende Centre d'Art. Trois saisons d'activité 1905-1906-1907, Bruxelles, Belgique,
  4. Joost De Geest, « 500 chefs-d'œuvre de l'art belge », sur https://books.google.be (consulté le 27 octobre 2010) : « Jean Vanden Eeckhoudt - Le chapeau mexicain »
  5. « Exposition chez Lancz : Jean Vanden Eeckhoudt », sur http://archives.lesoir.be/ (consulté le 16 avril 2015)
  6. « Exposition chez Lancz : Jean Vanden Eeckhoudt », sur http://wwww.lesoir.be (consulté le 27 octobre 2010)
  7. « Exposition chez Lancz : Jean Vanden Eeckhoudt », sur http://balat.kikirpa.be/intro.php (consulté le 16 avril 2015)
  8. « Deuxième exposition d'Art moderne belge », sur http://wwww.lesoir.be (consulté le 24 avril 2015)
  9. « Index des sujets traités dans les articles parus dans BAAG », sur http://www.gidiana.net (consulté le 27 octobre 2010)

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Ventes publiques
    • Nature morte au chou rouge, 1908 - n°08-7 du catalogue raisonné de Johanna Ruyts-Van Rillaer, Pierre Bergé & Associés, avenue Louise 479, Bruxelles 1050, vente du 26 novembre 2008 [7]