Jean L'Anselme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jean L'Anselme
Nom de naissance Jean-Marc Minotte
Naissance
Longueau
Décès
Juvisy-sur-Orge
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture français
Genres

Jean-Marc Minotte, dit Jean L’Anselme[1] est un poète français né le à Longueau (80) et mort le (à 91 ans).

Biographie[modifier | modifier le code]

Le père de Jean-Marc Minotte est ouvrier dans une entreprise d'entretien des chemins de fer et sa mère, réfugiée. À quatre ans il entre à l'école maternelle. Puis il est confié à sa grand-mère qui habite une zone rurale près de la frontière belge. En 1929, il rejoint sa mère à Vincennes. Après son Certificat d'études primaires, il devient interne dans un lycée et obtient son Baccalauréat en 1939. En 1940, mobilisé, il est incorporé dans une compagnie presque exclusivement composée d'artistes du théâtre, du cinéma et de sportifs.

En 1941, il prépare l’École Normale des Instituteurs, et enseigne en région parisienne.

En octobre 1945, il entre aux Affaires étrangères, au service du Livre de la Direction générale des Relations culturelles, service dans lequel il fera toute sa carrière.

En 1946, il publie son premier recueil : À la peine de vie, entre au Comité national des écrivains, rencontre Jean Dubuffet, qui aura une forte influence sur son écriture et sa conception de l'Art et lance la revue Peuple et Poésie.

En 1950, il épouse Yvonne Philippe.

En 1981 il succède à Maurice Fombeure au Jury du prix Guillaume-Apollinaire. Il contribue régulièrement à des colloques et des congrès, fait partie du jury du Prix de l'Humour noir. Il participe à la diffusion de la poésie en milieu scolaire, universitaire et carcéral.

Il décède à Juvisy-sur-Orge le 30 décembre 2011.

Au titre de ses relations artistiques et littéraires, on note des écrivains français dont Julien Gracq, Simone de Beauvoir, Jean-Paul Sartre, Paul Éluard et Louis Aragon, des poètes de l'École de Rochefort comme Jean Bouhier, Luc Bérimont et Jean Rousselot, le dessinateur Chaval, le poète Jacques Arnold, les peintres Christian Zeimert, Bernard Mandeville, Theo Kerg et le chanteur Pierre Louki.

Un prix littéraire Jean L’Anselme a été créé en 2010[2].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages édités[modifier | modifier le code]

  • À la peine de vie, Genève, Suisse, L.E.C., 1946, 77 p. (notice BnF no FRBNF32347357)
  • Le Tambour de ville, Genève, Suisse, L.E.C., 1946, 131 p. (notice BnF no FRBNF32347368) - Limoges, France, Rougerie
  • Un jour Noé, Genève, Suisse, L.E.C, 1948, 90 p.
  • Passion, Paris, La Presse à bras, 1948, Portrait de l'auteur dessiné par Monteiro, 16 p.
  • Histoire de l’aveugle, Paris, L'Art Brut, chez l'auteur, 1949 (notice BnF no FRBNF36981610)
  • Cahier d’histoires naturelles , Paris, Éditions P. Seghers, 1950, 35 p. (notice BnF no FRBNF32347358)
  • Chansons à hurler sur les toits, Paris, chez l'auteur, 1950, 64 p. (notice BnF no FRBNF35044437)
  • La Danse macabre, poème, dessins de Théo Kerg, Mortemart, France, Rougerie, coll. « Poésie et critique », 1951, 27 p. (notice BnF no FRBNF36185399)
  • Le Chemin de lune, Paris, Éditions P. Seghers, 1952, 41 p. (notice BnF no FRBNF32347359)
  • Le Grand film, Paris, Éditions Debresse, 1952, 11 p. (notice BnF no FRBNF32347362)
  • Il fera beau demain…, Paris, Éditions Imprimerie des poètes, 1952, 32 p. (notice BnF no FRBNF32347363)
  • Clés de cadenas de la poésie : chroniques audacieuses, Limoges, France, Rougerie, 1953, 30 p. (notice BnF no FRBNF32347360)
  • L’Enfant triste, Paris, éditions P. Seghers, 1955, 112 p. (notice BnF no FRBNF32347361)
  • On vous l’a dit ?, ill. d’André François, Paris, éditions Delpire, 1955, 112 p. (notice BnF no FRBNF32347361)
  • Au bout du quai : poèmes poétiques et poèmes prosifiés de la vie uburlesque, Limoges, France, Rougerie, 1959, 135 p. (notice BnF no FRBNF33070752)
  • Du vers dépoli au vers cathédrale, avec une intervention intempestive de Michel Ragon, Mortemart, France, Rougerie, 1962, 119 p. (notice BnF no FRBNF33070754)
  • Très cher Onésime Dupan de Limouse : poésies polyformes, carnets intimes, agendas, lettres, notes retrouvées, papiers épars, chansons préférées, Rougerie, Mortemart, France, 1966, 119 p. (notice BnF no FRBNF33070755)
  • Le Caleçon à travers les âges, grav. de Jean Vodaine, Basse-Yutz, Dire, 1966, 20 p. (notice BnF no FRBNF33070753)
  • Mémoires inachevés du général Duconneau., suivis de quelques Portraits, de quelques Chansons pour donner le change et d'un Théâtre, super-poèmes en prose longue durée et poèmes pop'art, Mortemart, France, Rougerie éditions, 1969, 119 p. (notice BnF no FRBNF35436534)
  • La Foire à la ferraille, Paris, Les Éditeurs français réunis, 1974, 94 p. (notice BnF no FRBNF34573612)
  • Qui parle de bonheur, Tire-Lyre, Paris, L'École des loisirs, 1977, 16 p. (notice BnF no FRBNF34649367) - rééd. 1985
  • Les Poubelles, Manifeste des poubelles et autres poèmes, complété d'un Hommage à "Tel quel", Rougerie, Mortemart, France, 1977, 129 p. (notice BnF no FRBNF34602224)
  • La France et ses environs : poésies instructives , suivies de Vers de mirliton, Rougerie, Mortemart, France, 1981, 149 p. (notice BnF no FRBNF34660946)
  • L’Anselme à tous vents…, Rougerie, Mortemart, France, 1984, 159 p. (notice BnF no FRBNF34755558)
  • L’Humour raconté aux (grands) enfants, Jean L'Anselme, Paris, Les Éditions ouvrières, 1988, 225 p. (ISBN 2-7082-2561-8)
  • Bêtises, paradoxes, balivernes et autres propos sérieux de Maxime Dicton, Paris, les éditions La Bruyère, 1989, 9 p. (notice BnF no FRBNF35719851)
  • Pensées et proverbes de Maxime Dicton, banalités, bêtises, paradoxes, balivernes, lieux communs et autres propos sérieux de l'auteur, Rougerie, Mortemart, France, 1991, 151 p. (notice BnF no FRBNF35480720)
  • Le Ris de veau : poésies : éloge du laid, cuisine et recettes, Rougerie, Mortemart, France, 1995, 116 p. (notice BnF no FRBNF35803985)
  • Pensées et proverbes récents de Maxime Dicton, Avignon, France, Les Dits du Pont, 1995, 6 p. (notice BnF no FRBNF35818153)
  • La Chasse d'eau, les Poèmes cons, manifeste suivi d'exemples, Rougerie, Mortemart, France, 2001, 117 p. (ISBN 2-85668-070-4)
  • La Mort de la machine à laver et autres textes, ill. de Linos de Vodaine, Coulouneix, France, Jean-Luc Thuillier Éditeur, 2001, 21 p. (notice BnF no FRBNF38965457)
  • P’tits pouèmes de la vie ordinaire, dédiés à Jules Laforgue, grav. de Linos de Vodaine, Coulouneix, France, Jean-Luc Thuillier Éditeur, 2003, 9 p. (notice BnF no FRBNF39131297)
  • Le Ris au laid, ed. Comme un terrier dans l'igloo, 2004
  • Ça ne casse pas trois pattes à un canard et après ?, Rougerie, Mortemart, France, 2005, 140 p. (ISBN 2-85668-108-5)
  • Con comme la lune, Rougerie, Mortemart, France, 2008, 109 p. (notice BnF no FRBNF41192466)

Passage en revues[modifier | modifier le code]

  • Aménophis no 3, mai 1969

Récompense[modifier | modifier le code]

Sur l’auteur[modifier | modifier le code]

  • Un enfant triste : Jean L'Anselme, André Marissel, Simoun, 1955, 29p.
  • Jean L’Anselme aujourd’hui, Michel Ragon, Jeanine Rivais, Claude Vercey, Jean L'Anselme, Antoine Ristori, Etréchy, France, Éditions, Soleil natal, 1997, 172 p. (ISBN 2-911900-00-6)
  • « Jean L’Anselme, figure de proue », interview de Jean L'Anselme par Jean-Marc Couvé, in Jointure no 67, automne 2000
  • « Jean L’Anselme » La Nouvelle Revue moderne, hors série no 2, décembre 2002[3] (ISSN 1638-3052)
  • Jean l’Anselme : pour de rire, pour de vrai, actes du colloque d'Angers tenu à la Bibliothèque universitaire les 12 et 13 septembre 2002, Université d'Angers, sous la dir. de Jacques Lardoux, Angers, France, Presses de l'Université d'Angers, 2003, 249 p. (ISBN 2-903075-95-6)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]