Jean Allard-Méeus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean Allard-Méeus
Naissance 23 novembre 1891
Saint-Mandé
Décès 22 août 1914
Pierrepont
Origine Drapeau de la France France
Allégeance Flag of France.svg Armée française
Conflits Première Guerre mondiale
Hommages Son nom figure au Panthéon de Paris, sur la plaque rendant hommage aux écrivains morts en 14-18

Jean Allard, devenu Jean Allard-Méeus[1], né à Saint-Mandé le 23 novembre 1891, et mort à Pierrepont le 22 août 1914, est un officier au 162e régiment d'infanterie et poète français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean Allard, puis Allard-Méeus (1913) est le fils de Léon II Allard, puis Allard-Méeus (1865-1915, Mort pour la France), lieutenant de cavalerie et de Gabrielle Bougleux (1871-1952).

Carrière[modifier | modifier le code]

Il est entré à l'École spéciale militaire de Saint-Cyr en 1912, promotion de Montmirail, instigateur principal du « serment de 14 », le 30 juillet 1914, lors du baptême des deux dernières promotions de Saint-Cyr d'avant Grande Guerre, dites « de la Croix du Drapeau » (1913-1914) et « de la Grande Revanche » (1914).

En cette occasion, Jean Allard-Méeus, membre de l'Action française, déclina ces vers :

Vous nous avez volé l'Alsace et la Lorraine
Vous n'arracherez pas ce sentiment humain
Germé de notre cœur, et qu'on nomme la haine ;
Gardez votre pays, nous y serons… demain !

Jean Allard-Méeus incita les nouveaux saint-cyriens qui l'entouraient à prêter le serment de monter aux tout prochains combats, « en casoar et gants blancs », ce qu'ils firent tous[réf. nécessaire] bravement[2],[3].

310 des 535 élèves de la promotion « de la Croix du Drapeau » meurent pour la France (soit 58 %[4][réf. insuffisante]), dont le colonel Léon Cazeilles (12 août 1893 - mort pour la France, le 15 juin 1940), parrain de la promotion de Saint-Cyr 1995-1998, et le général Augustin Guillaume (1895-1983), parrain de la promotion de Saint-Cyr 1990-1993.

426 des 765 élèves de la promotion « de la Grande Revanche » meurent pour la France (soit 56 %)[4][réf. insuffisante].

Toutefois, ultérieurement, le général Humbert (1893-1993), major de la promotion de Montmirail, à laquelle appartenait Allard-Méeus, indiquera : « Il n’y a pas eu, le 30 juillet 1914, de serment collectif d’aller au combat avec casoar et gants blancs. Il y a eu un cas historique de départ à l’assaut avec casoar et gants blancs. C’est celui d’Alain de Fayolle (1891-1914)[5], de la Croix du Drapeau. Je ne connais aucun camarade qui soit parti au combat avec casoar et gants blancs[6][réf. insuffisante] ».

Poète, Jean Allard-Méeus a écrit Rêves d'amour ! rêves de gloire !, préfacé par Henri Lavedan, et qui sera publié en 1920.

Hommages[modifier | modifier le code]

La promotion 1963-1965 de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr sera dite du « Serment de 14[7] »

Son nom figure sur la plaque, qui au Panthéon de Paris, rappelle la mémoire des écrivains morts en 1914-1918.

Écrit[modifier | modifier le code]

Publié dans l’Écho de Paris :

« Les élèves de Saint-Cyr sur la frontière de l’Est

2 août 1913

Nous étions cent cinquante à peu près sur ce mamelon au sud-ouest de Vionville, tous les Polytechniciens et les cyrards du VIe corps. Cent cinquante dont les plus vieux avaient vingt ans encore ; tous avec le même désir, le même but et le même rêve ! à quelques pas de nous le sol cessait brusquement d’être français et, groupés autour des officiers qui nous racontaient la triste, hélas ! et déjà vieille histoire, nous laissions très émus nos regards s’aller perdre là-bas en terre annexée.

Ah ! comme elle était jolie cette région française et comme elle était surtout étroitement dépendante de notre patrie… Nous aurions voulu voir un ravin, un ruisseau, que sais-je, un obstacle quelconque, une frontière enfin… Tous nous avons fait quelques mètres et nous avons cueilli dans le même champ les mêmes bluets, les mêmes marguerites et les mêmes coquelicots et ces fleurs de chez eux gardaient encore les couleurs de chez nous ! Peut-être est-ce parce qu’elles poussent sur les tombes de nos héros, mais peut-être est-ce aussi parce qu’elles n’ont pas voulu, elles non plus, se soumettre, ni s’adapter.

Mars-la-Tour ! Billy ! Saint-Ail !

Nous avons ainsi toute la journée fait cet impressionnant pèlerinage et revêtu ces pénibles souvenirs. Combien nous avons compris qu’ils sont inoubliables. Nos premiers rêves d’enfant furent des rêves de gloire ; nos rêves d’aujourd’hui sont moins doux, mais ils sont plus beaux ; le chagrin qui les endeuille n’est pas fait de honte et de remords, il est fait de regrets ; nos désirs sont faits d’espoirs. Quarante ans ne sont longs que pour ceux qui oublient ; peut-être ne sont-ils pas encore suffisants pour ceux dont la blessure a des souffrances encore et qui veulent être forts pour la guérir ou la venger.

Nous sommes forts, nous, les jeunes ; notre force est dans notre audace de vingt ans, elle est aussi dans les leçons d’honneur et les conseils que nos Anciens nous ont donnés.

Ces lignes que je griffonne, nous les avons tous pensées ; et si devant la frontière, face à eux, une larme montait à nos yeux et un sanglot à nos cœurs, ils ne nous ont pas vu pleurer ; c’est déjà notre première victoire. La seconde, la grande, ils l’ont devinée dans l’éclair de volonté, d’orgueil et de courage qui brilla dans nos regards, de tous nos sentiments le seul reflet qu’ils aient surpris !

Au nom de Saint-Cyr

Un Saint Cyrien »

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Fiche Jean Allard-Méeus issue du relevé no 4210
  2. Jean Allard-Méeus au Tableau d'honneur de la Grande Guerre - tome 1, page 133 - Archives § Culture, Paris 2000 - (ISBN 2-911665-41-4).
  3. Voir sur le site de la Saint-Cyrienne : suivant le capitaine Albert Paluel-Marmont (de la 104e promotion, 1919-20) dans ses livres En casoar et gants blancs (1928) et Saint-Cyr (1930), les officiers de la 98e promotion concernés sont : D’Amphernet, Alain de Fayolle, De Saint-Just, De Saint-Pern, Devémy, Le Balle, Poussin.
  4. a et b Base de généalogie Roglo - base créée par Daniel de Rauglaudre et enrichie par de nombreux généalogistes
  5. Alain de Fayolle au Tableau d'honneur de la Grande Guerre - tome 1, page 11 - Archives § Culture, Paris 2000 - (ISBN 2-911665-41-4)
  6. voir www.saint-cyr.com
  7. www.nouveau.serment-de-14.org/index.php?