Jean-Pierre Van Rossem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Jean-Pierre van Rossem)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jean-Pierre Van Rossem
Jean-pierre-van-rossem-1408885662.jpg
Jean-Pierre Van Rossem en 2014.
Fonctions
Député flamand
-
Député
-
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Domicile
Formation
Activités
Autres informations
Partis politiques
Site web

Jean-Pierre Van Rossem, né le à Bruges et mort le [1],[2] à Jette, est un homme politique, homme d'affaires et dirigeant de sport automobile belge.

Biographie[modifier | modifier le code]

Controverses[modifier | modifier le code]

Jean-Pierre Van Rossem est impliqué dans une affaire d'escroquerie, l’affaire Van Rossem ou Moneytron (nl), concernant des malversations diverses impliquant l'écurie automobile Onyx. En 1991, il est condamné pour escroquerie. La même année, il crée le parti libertarien ROSSEM qui obtient trois sièges au parlement fédéral aux élections ; le parti est également représenté au niveau flamand.

Lors de la prestation de serment du roi Albert II, Jean-Pierre Van Rossem indique son opposition à la monarchie en criant « Vive la République d'Europe, vive Julien Lahaut »[3]. Ce cri fait référence à un autre député, Julien Lahaut, qui a en 1950 crié « Vive la République », lors de la prestation de serment du roi Baudouin.

Mort[modifier | modifier le code]

En , Jean-Pierre Van Rossem annonce dans une interview accordée au vidéaste web Bert De Clercq qu'il a l'intention de demander son euthanasie avant la fin de l'année[4].

Il meurt le à l'UZ Brussel[5],[6].

Auteur[modifier | modifier le code]

Jean-Pierre Van Rossem est l'auteur d'une vingtaine d'essais dont Qui a tué André Cools? (Wie vermoordde André Cools?) au sujet de l’assassinat d'André Cools, ainsi que d'ouvrages sur le libertinage.

Publications[modifier | modifier le code]

  • (nl) Hoe genezen we onze zieke ekonomie? (1979, Metodika)
  • (en) Moneytron: How the system works (1989)
  • (en) Is Outperformance of Security Markets Possible with Modern Econometrics? (1990)
  • (nl) Staat in staat van ontbinding (1990, Houtekiet)
  • (nl) Proces in duplo (1990, Houtekiet)
  • (nl) Mister Junkie & Sister Morphine (1991, Houtekiet)
  • (nl) Sonate voor een blauwe vuurtoren (1991, Houtekiet)
  • (nl) Libertijns Manifest (1991)
  • (nl) Libertijnse Breekpunten: wat willen Libertijnen (1992)
  • (nl) Een dode zwaan in Tann (1992)
  • (nl) De schat van de Arme Klavers (1992)
  • (nl) Hoe word ik stinkend rijk?: Van Rossems beleggings- en belastinggids editie 1993 (1992)
  • (nl) Wie vermoordde André Cools? (1993, Loempia)
  • (nl) Hoe kom ik van de grond? : Van Rossems Sex- en Bordelengids (1993)
  • (nl) De nacht van Christus-Koning (1996)
  • (nl) Gevangenisdagboek (1999, Van Halewyck)
  • (nl) De dag van de nachtschade (2000, Van Halewyck)
  • (nl) Brigitte, of Het hart van de engel (2001)
  • (nl) De maquette : verslag (2002)
  • (nl) De onkuise kuisheid van de Boccaccio : studie van het postmoderne nachtleven (2002)
  • (nl) Crisis: Hoe lossen we het op? (2009, Lampedaire)
  • (nl) De engel in de duivel, Lampedaire Uitgevers Bvba, (ISBN 978-9079592425), 2009
  • (nl) Belgisch uranium voor de eerste Amerikaanse en Russische atoombommen (2011, Van Halewyck)

Littérature[modifier | modifier le code]

  • Martine Vanden Driessche, L'Anversois - Jean-Pierre Van Rossem (Marabout, Alleur 1990).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Jean-Pierre Van Rossem est décédé à l'âge de 73 ans », La Libre Belgique,‎ (lire en ligne, consulté le 14 décembre 2018).
  2. « Jean-Pierre Van Rossem, ancien gourou de la Bourse, est décédé à l'âge de 73 ans », sur DH.be, (consulté le 14 décembre 2018)
  3. Dominique Berns, « Marxiste et capitaliste, Van Rossem n’est plus », Le Soir,‎ (lire en ligne, consulté le 2 janvier 2020).
  4. « Jean-Pierre Van Rossem a demandé l’euthanasie », Le Soir, 28 janvier 2017
  5. « Jean-Pierre Van Rossem est décédé à l'âge de 73 ans », sur La Libre, (consulté le 14 décembre 2018).
  6. (nl) Toon Mast, « Jean-Pierre Van Rossem (73) overleden », sur Het Laatste Nieuws, (consulté le 14 décembre 2018).

Liens externes[modifier | modifier le code]