Jean-Paul Filion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean-Paul Filion
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 83 ans)
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Archives conservées par

Jean-Paul Filion est un poète, auteur, dramaturge et compositeur québécoisné le à Notre-Dame-de-la-Paix près de Saint-André Avelin en Outaouais au Québec et mort à Québec le 26 décembre 2010[1].

Il a connu une brève carrière de chansonnier mais c'est surtout pour ses écrits qu'il a été remarqué. Auteur de plusieurs chansons, sa chanson la plus connue est La parenté parue en 1958. Elle est devenue un air incontournable du temps des fêtes célébré au Québec[2] et elle a été intronisée au Panthéon des Auteurs et Compositeurs canadiens en 2006[3]. En 1958, il remporte le Grand Prix de la chanson canadienne pour La Folle, qui sera interprétée par plusieurs artistes, dont Lise Roy, Pauline Julien et Monique Leyrac. On lui reconnaît d'autres chansons comme Ce grand amour, C’est mon oeil, Su’l’chemin des habitants, La Pitro, Tu m’as souvent dit et En petit boggie. Ses chansons ont été interprétées par de nombreux artistes, tels qu’Angèle Arsenault, Pier Béland, Renée Claude, François Dompierre, Lucien Hétu, Jacques Labrecque et Roger Pilon.

Son roman le plus significatif est paru en 1980 chez Leméac éditeur et s'intitule Cap tourmente. Il s'agit du troisième tome de son autobiographie.

Son premier recueil de poèmes est paru en 1955 et s'intitule Du centre de l'eau (Éditions de l'Hexagone)[4]. Il reçoit le prix David (prix de la province de Québec) en 1963 pour son roman Un homme en laisse[5]. Son roman À mes ordres, mon colonel remporte le Prix littéraire de l'Outaouais en 1983.

On lui reconnaît également quelques œuvres télé-visuelles comme La grande gigue (1961) et Une marche au soleil (1964). Au théâtre, il est l'auteur de la pièce La maison de Jean-Bel (1973)[6].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Du Centre de l'eau (poèmes), L'Hexagone, 1955

Demain les herbes rouges (poèmes), L'Hexagone, 1962

Un homme en laisse (roman), Les Éditions du Jour, 1962

Chansons, poèmes et La Grondeuse, Leméac/L'Hexagone, 1973

Saint-André-Avellin... le premier côté du monde (roman), Leméac, 1975 [Repris sous le titre Le premier côté du monde, Robert Laffont Éditeur, Paris]

Mon ancien temps, Leméac, 1977 [Reprend Un homme en laisse, comprend La Maison de Jean-Bel et La Pitro]

Les murs de Montréal (roman), Leméac, 1977

Cap Tourmente (roman), Leméac, 1980

À mes ordres, mon colonel (roman), Leméac, 1982

Sur mon chemin j'ai rencontré, Leméac, 2008 (ouvrage issu de son journal intime tenu de 1951 à 1959)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Geni », sur geni.com, (consulté le 3 novembre 2020)
  2. « Jean-Paul Filion, 1927-2010 », Le Devoir,‎ (lire en ligne)
  3. « Advitam - Bibliothèque et Archives nationales du Québec », sur advitam.banq.qc.ca (consulté le 4 novembre 2020)
  4. « Jean-Paul Filion, 1927-2010 », sur Le Devoir (consulté le 4 novembre 2020)
  5. Mario Filion, « Jean-Paul Filion, un homme de parole », La Feuillée, vol 1 no 1,‎ (lire en ligne)
  6. « Advitam - Bibliothèque et Archives nationales du Québec », sur advitam.banq.qc.ca (consulté le 4 novembre 2020)

Liens externes[modifier | modifier le code]