Jean-Michel Darrois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean-Michel Darrois
Defaut 2.svg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (68 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Distinction

Jean-Michel Darrois, né le dans le 16e arrondissement de Paris[1],[2], est un avocat d'affaires français.

Il a étudié au lycée Janson-de-Sailly, à l'Institut d'études politiques de Paris, ainsi qu'à l'Université Paris II. Considéré comme un des avocats les plus puissants de France[3], il est aujourd'hui à la tête du cabinet Darrois Villey Maillot Brochier et a fait partie de la Commission Attali pour la libération de la croissance française[4].
Jean-Michel Darrois a également assuré la défense de Laurent Fabius - lequel bénéficiera d'un non-lieu[5] - dans l'affaire du sang contaminé.

Jean-Michel Darrois est marié à la photographe française Bettina Rheims[2].

Activité professionnelle[modifier | modifier le code]

Me Darrois est à la tête de Darrois Villey Maillot Brochier, un des cabinets les plus réputés de la place parisienne[6]. Il jouit notamment d'une très grande notoriété en matière de fusions-acquisitions et dans le secteur du droit des marchés financiers. Le cabinet a notamment conseillé Gaz de France dans sa fusion avec Suez ou encore Sanofi et Total Fina dans leurs OPA lancées respectivement contre Aventis et Elf[5].

Commission Darrois[modifier | modifier le code]

Par une lettre de mission du 30 juin 2008, le Président de la République a confié à Jean-Michel Darrois la présidence d'une commission chargée de réfléchir à la réforme de la profession d’avocat avec, comme objectif, la création d’une grande profession du droit.

La Commission Darrois devait remettre ses travaux avant le 1er janvier 2009.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Parcours d'avocat(e)s, entretien avec Jean-Michel Darrois, par Christophe Perrin et Laurence Gaune, Éditeur Le Cavalier bleu, 2010.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]