Pierre Jean-Marie Sotin de La Coindière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Pierre Jean-Marie Sotin de La Coindière
Fonctions
Consul général de France à New York
à partir de
Ministre de la Police
-
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités

Pierre Jean Marie Sotin de la Coindière (1764-1810) fut ministre de la Police sous le Directoire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sieur de la Coindière en Héric, il est le fils de Pierre Sotin, sieur de la Coindière, avocat au parlement de Bretagne et conseiller du commerce, sénéchal de la commanderie de Saint-Jean et Sainte-Catherine de Nantes, et de Marie-Anne Lafiton[1].

Il est lui-même avocat au parlement de Bretagne au début de la Révolution et devient président de l’Administration de la Loire-Inférieure. Il échappe de peu aux rigueurs du Comité révolutionnaire de Nantes, vient à Paris où, sur la recommandation de Philippe-Antoine Merlin de Douai, il est appelé le 8 thermidor an V () au ministère de la Police. Dévoué à Paul Barras, il est l'un des auteurs du Coup d'État du 18 fructidor an V (). Il donne sa démission, le 25 pluviôse an VI () et est nommé consul à Gênes puis à New York. Il est un théophilanthrope.[réf. nécessaire]

René Kerviler rapporte que dînant un jour en face de Letourneur, membre du Directoire, celui-ci se permit, après le champagne, de l'interpeller en disant : « Sais-tu bien que, de Sot à Sotin, il y a peu de distance » — « Celle de la table », répliqua le ministre de la police[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Pierre Jean-Marie Sotin de La Coindière », dans Adolphe Robert et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, Edgar Bourloton, 1889-1891 [détail de l’édition]
  2. Le procès des 132 Nantais de René Kerviler.

Source[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]