Jean-Luc Tartarin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tartarin.
Jean-Luc Tartarin
Jean Luc Tartarin.jpg
Naissance
(68 ans)
MetzVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Distinction

Jean Luc Tartarin est un photographe français né en 1951 à Metz. Il vit et travaille dans la proche région de Metz.

Biographie[modifier | modifier le code]

Lorsque Jean-Luc Tartarin présente un dossier au Prix Niepce en 1971, il a depuis deux ans la responsabilité d’un laboratoire photographique à Publi-Est, agence conseil en communication nouvellement créée et dirigée par Simon Gerstenhaber à Metz. C’est avec fascination qu’il a découvert l’outil photographique et le passionnant travail de laboratoire, fasciné par la lumière, son pouvoir de captation. Cette opportunité va répondre à un désir profond de créer. La photographie va lui permettre de transcrire, dans un contact direct, un rapport à la nature qui rythme sa vie depuis son enfance à la campagne.

Le jury décernera le Prix à l’unanimité, au vu d’un dossier de 180 images noir et blanc, paysages et portraits des proches du photographe et de son environnement. Plus jeune lauréat depuis la création du Prix en 1955, il va rencontrer lors de l’exposition de ses travaux à la galerie de la Sociéte Française de Photographie, rue Montalembert à Paris, des personnalités marquantes du milieu de la photographie. Jean Claude Lemagny, alors nouvellement nommé à la Bibliothèque nationale au poste de conservateur au Cabinet des estampes et de la photographie, restera toujours attentif à son travail. Jean Dieuzaide, dont l’exposition avait lieu à la Galerie La Demeure, apportera un soutien amical et enthousiaste. Il fera connaissance de Jean-Claude Gautrand, Jean-Pierre Sudre, Denis Brihat. Brassai prendra le temps de voir son dossier, ce sera un moment de dialogue fondateur, sur la lumière et la matière photographique. Un très beau texte d’Yves Lorelle sera publié dans Photo-Ciné-Revue en avril 1971, un texte de Catherine Juin dans Photographie Nouvelle.

Ces images de la première époque de jeunesse ont posées les bases du travail à venir. Mais dans les années 70, l’affirmation d’un travail très éloigné des préoccupations de l’époque, le reportage et la photographie humaniste, et qui interroge le médium dans ses spécificités, laissa Jean-Luc Tartarin relativement seul avec son travail.

L’année 1972 sera l’année de la réforme des écoles d’art en France. Un poste de photographie est créé à l’école des Beaux-Arts de Metz. Premier professeur de photographie dans une école d’art, à 21 ans, Jean-Luc Tartarin développera son enseignement en département Communication dans les premières années. La particularité de l’option photo, outre l’apprentissage du médium, est d’être une option de création. Il va user de cette particularité pour permettre aux étudiants qui le veulent d’affirmer avec la photographie une pratique artistique à part entière. Son atelier intègrera le département Art dans les années 80.

En 1984, il crée avec Michèle Tartarin l’association Metz pour la Photographie. L’association présentera durant plusieurs années un cycle d’expositions thématiques et monographiques, des colloques et commandes, en privilégiant les jeunes photographes. L’exposition  « Théâtre des Réalités », monté à Metz en 1986, sera reprise à Paris au Palais de Tokyo, sur une invitation de Robert Delpire. En parallèle, il initie la collection photographique du Frac Lorraine, (1985-1991) et siège dans de nombreuses commissions à l’invitation du Ministère de la Culture ainsi qu’au Conseil d’orientation de l’école nationale de la photographie d’Arles.

Il a cessé son enseignement en 2013 et se consacre à son travail.

Chronologie[modifier | modifier le code]

1968-1971  Les années du Prix Niepce

Un travail en noir et blanc, tirages baryté au format 30 x 40. Portraits de sa mère, sa petite sœur Mireille et son amie Anna à la fenêtre, les enfants des rues dans les quartiers du Vieux Metz. ll interroge également les possibilités de transformation des sels d’argent au travers des séries d’oxydation; les images produites à partir des portraits de son frère Jean Marc font surgir des couleurs étranges, des bleus, des jaunes, l’image devenant un pur miroir d’argent. La forêt, les arbres, restent le sujet de prédilection, dans la proximité du territoire d’enfance et aux saisons qui seront toujours préférées, l’automne, l’hiver, pour creuser, sur ce territoire restreint, la question centrale de la profondeur. « Je sentais que je pouvais transformer un instant en tableau. »

1971-1973 Les moutons

Série réalisée durant trois hivers, dans la proche campagne messine. Cette étude, d’’une centaine d’images, se voit comme une véritable quête lumière-matière, pour aller vers une plus grande maîtrise à faire des images qui nous parlent de la magnificence de la matière photographique.

1972-1978 Michèle et Bruno 

Sa femme et son fils sont les modèles au fil du temps de ces images, réalisées en Ektachrome 6 x 6, qui seront tirée sur papier Cibachrome vingt ans après les prises de vue, dans les années 2000. En parallèle, depuis 1971, réalise en noir et blanc des images narratives, instants de vie à la campagne.

1968-1997 Arbres  

La forêt devient l’atelier du photographe. D’abord géographique, c’est le même territoire, celui de l’enfance. Le protocole consiste à décider du moment atmosphérique, de l’heure, de la saison. Ensuite, aller, marcher, pour trouver. La forêt devient le motif. « Je suis à l’intérieur de cette qualité d’espace que mon regard et mes sens dessinent, j’attire à moi cet espace, je m’en approprie, et d’un geste de découpe, je fais l’image ». Cette épaisseur ressentie, qui a quelque chose à voir avec la picturalité, devient purement photographique par ce geste juste et par l’incrustation sur l’émulsion de cette image pré-visualisée, en maîtrisant l’outil et la chimie photographique. À ce moment, tous les paramètres, de la prise de vue au tirage, ne font qu’un.  Arbres 1983/1989, Textes Régis Durand, Alain Coulange, Bernard Huin - Musée d'art ancien et contemporain, Epinal 1995.

1989-1991 Venezia - Fragments

« Le résultat est surprenant. Plastiquement, d’abord, cela donne des images très denses, aux noirs et aux gris superbes, dans lesquelles la lumière intérieure au tableau semble reprendre son autonomie et littéralement éclairer la photographie. En même temps, la découpe frontale de la photographie, au téléobjectif qui plus est, extrait de la dynamique du tableau des formes étranges, non pas tant des détails que des formes en transit, en lévitation, comme en route vers une transformation, une anamorphose peut-être, une migration. Voilà donc un travail strictement photographique, qui donne à relire la peinture avec tout ce qu’elle porte en elle d’instabilité, de stratification d’intentions et d’illusion. » Régis Durand, Art Press avril 1993. Fragments, Venezia 1989/1991, texte Eliane Escoubas, Bibliothèque Nationale, Paris - École des Beaux Arts de Metz - École d’Art de Tourcoing - (ISBN 2909-588-01-7) 

1991 Tableaux de la nature

Commande du Parc Naturel Régional de Lorraine, ces Tableaux de la Nature vont anticiper les séries couleur à venir. La lumière en photographie révèle le paysage. Celle de l’été 1991, particulièrement éblouissante, et la saturation chromatique délibérée des images vont idéaliser les paysages lorrains. À l’origine, la motivation première et intuitive a été la recherche du Beau Merveilleux. Celui-ci s’est imposé avec évidence.

1997-2003 Grands Paysages, Bestiaire, Fleurs et Ciels

En 1997, le travail noir et blanc est clos, toutes les séries tirées par l’auteur. Le choix de la couleur s’impose. Les formats et la nature des pièces produites vont affirmer et prendre la forme tableau, une évidence qui affirme présence et contemplation. Un nouvel ensemble est constitué, dont de larges extraits seront montrés au Musée de la Cour d’or à Metz en 2010. Pendant six années, sur un territoire là-aussi restreint, dans les alentours de sa maison de Meuse, à l’aube ou au crépuscule, le protocole nécessaire à l’unité chromatique de l’ensemble. L’idée première a été la notion de Grand Paysage, paysage ouvert, la frontalité d’un espace large, dont l’amplitude absorbe le regard. « Faire l’image, cadrer, tout maîtriser, lumière, profondeur, par cette découpe, amener le réel, là, devant moi, faire advenir l’image déjà présente, la prévisualiser, en faire ce grand paysage. » Dans cette même intention vont s’intégrer les acteurs du Bestiaire, l’âne, le cheval, le bœuf, qui marquent le paysage et le façonnent. Présences singulières qui surgissent dans l’image. « La présence, le poids, dans l’espace, de ces êtres-là, posés sur terre, primitifs, parfois touchants et somptueux dans leur présence, m’ont permis des instants intenses. Les Fleurs, la plupart des bords de route, en lisière de champs, m’ont données leur éclat, tel un hymne à la beauté du monde. » La série Ciels a été déterminée par le lieu de prise de vue, invariable, en Meuse, depuis la grande cour de la maison, en cadrant le ciel qui la surplombe. « Je suis dans l’attente de ces moment très fugitifs, chaque ciel est un moment du monde, qui perd son caractère géographique pour devenir météorologique; ce moment de la journée se fait moment d’éternité, et devient un bloc de sensations colorées. » Les tirages de ces séries sont réalisés sur papier Cibachrome, sous Diasec, encadrés caisse américaine au format 127 x 157 cm. Monographie Jean Luc Tartarin, textes Sally Bonn, Laurent Le Bon, Régis Durand - Éditions Somogy & Musée de la Cour d’Or, Metz, 2010 - (ISBN 978-2-7572-0411-5)

1999-2000 Ligier Richier, l’Âme et le corps

Commande du Conseil général de la Meuse. L’œuvre sculptée du Maitre de la Renaissance, dans le silence des églises meusiennes oblige à un face à face avec les personnages mythiques du sculpteur. Une approche à la fois descriptive et interprétative de l’œuvre, pour répondre aux impératifs de la commande. Deux ouvrages : Ligier Richier, la mise au Tombeau de St Mihiel, et Ligier Richier, textes Bernard Noël et Paulette Choné - Serge Domini Éditeur. (ISBN 2-912645-17-4 et 2-912645-20-4)

Novembre 2002 Lei-Venezia

Lei, elle ou vous, Michèle, sa femme, à Venise. Une nouvelle fois un lieu clos, une chambre d’hôtel, des fenêtres ouvertes sur la lumière de la Cité en fin d’automne, saison préférée du photographe. Lumière et temps donnés, sans contrainte; demander à son modèle de poser, laisser le temps intensifier la présence, ne pas se dérober au regard qui la fixe. « Mais de fait Michèle est le support temporel des sensations que tu tentes de retenir, celle du temps de l’effusion de la lumière, du souffle et de la vie : l’improbable de l’apparition. Tu as gardé l’inquiétude de l’image, tu sais qu’elle ne t’est jamais donnée, que tu dois sans répit la réinventer; la photographie avec ses données techniques en est un moyen comme l’huile et les pinceaux pour le peintre, rien de plus. Le mystère est ailleurs, celui de rassembler les membres éparpillés de la présence, de la vie, et d’en rétablir la connexion dans l’image avec son invisibilité. » Eric Corne. Lei, Textes Eric Corne et Muriel Enjalran - Musées Georges de La tour, Vic sur Seille, 2005

2004-2016 Entres(s)

Dans ses forêts de toujours, à l’atelier, familier de la lumière, des saisons et dans la connaissance intime de son territoire. Après de longues séries noir et blanc - tirage baryté (1967/1997), et couleur - Cibachrome (1997/2005), réalisées dans un rendu purement photographique, le temps est venu de bousculer les protocoles et d’inventer de nouvelles formes. Provoquer des accidents qui vont modifier la mécanique de la description objective et le temps de capture, pour absorber le réel, le transformer en une matière malléable. Permettre de dépasser l’acte d’enregistrement photographique, accumuler les couches qui, en s’agglomérant, font apparaitre la forme voulue, anticipée. Un tableau, dont tous les éléments qui le composent, matière, dessin, lumière et couleur qui lui donne vie, ont été maitrisés dans le plaisir et la jubilation de faire œuvre. Photographie ou peinture, la question ne doit plus se poser, l’œuvre est là, devant nous, regardons la !

Collections[modifier | modifier le code]

  • Fonds National d’Art Contemporain, Paris
  • Bibliothèque Nationale, Paris
  • Musée d’art moderne et contemporain, Strasbourg
  • Musée d'Art Ancien et Contemporain, Epinal
  • Musée National d’Art Moderne, Paris
  • Musée Georges de la Tour, Vic sur Seille
  • Musée Niepce, Châlon sur Saône
  • Maison Européenne de la Photographie, Paris
  • Frac Lorraine
  • Collection Antoine de Galbert
  • Artothèque, Montpellier
  • Château d'eau, Toulouse
  • Artothèque, Conseil Général de la Meuse
  • Artothèque, Conseil Général de la Moselle
  • Banque Populaire de Lorraine Champagne
  • Musées de la Cour d’Or, Metz
  • Musée de la Chasse et de la Nature, Paris

Commandes publiques[modifier | modifier le code]

  • 1988   L’Art des Ponts, Centre National de la Photographie, Paris
  • 1991   Tableaux de la Nature, Parc Naturel Régional de Lorraine
  • 1998   Hölderlin, Lectures 1 à V, Bibliothèque Universitaire de Metz
  • 1999   L’Éclipse, Fonds National d’Art Contemporain, Paris
  •  2000  Ligier Richier, l'Âme et le Corps, Conseil Général de la Meuse, Bar le Duc 

Prix, récompenses[modifier | modifier le code]

  • 1971 Prix Niepce
  • 2001 Chevalier des Arts et des Lettres
  • 2006 Académie Nationale de Metz, prix Art et conservation du patrimoine

Publications monographiques[modifier | modifier le code]

  • Monographie Jean Luc Tartarin, textes Sally Bonn, Laurent Le Bon, Régis Durand, éditions Somogy, 2010 - (ISBN 978-2-7572-0411-5)
  • Lei, textes de Muriel Enjalran, Eric corne, Édition Musée Georges de la Tour, Vic sur Seille, 2005
  • Grands Paysages, Bestiaire, Fleurs et Ciels 1997-2002, texte Régis Durand, édition Conseil général de la Moselle, 2002
  • Arbres 1983-1989 , textes Régis Durand, Alain Coulange, Bernard Huin, Édition Musée d'art ancien et contemporain, Epinal, 1995
  • Fragments, Venezia 1989-1991, texte Eliane Escoubas, Bibliothèque Nationale, Paris, 1992 - (ISBN 2909-588-01-7) 

Catalogues[modifier | modifier le code]

  • La Photographie Créative, J.C. Lemagny, Contrejour, 1985
  • Les Collections Photographiques Frac, Frac Limousin, 1986 
  • Œuvres Photographiques, Frac Lorraine, 1990
  • La Photographie dans les Collections Publiques, Paris, Musées Nationaux, 1992
  • Lo Spessore dello Spazio, Ino Mostre, Milan, 1992
  • La matière, l’ombre, la fiction, Jean Claude Lemagny, Nathan/BN, 1994
  • Dans le champ des étoiles, Musée d’Orsay, Paris, 1999
  • Prix d’Art Robert Schuman, Musée de Metz, 2001
  • La disparition, Biennale de Liège, 2002
  • Un bestiaire fabuleux, Daelin Museum, 2003
  • Portraits-Visages, Bibliothèque Nationale, Paris, 2003
  • Traversées du Paysage, Le 19, Centre d’art contemporain, Montbéliard, 2004
  • Portraits d'arbres, Musée d'Evreux, 2004
  • Images au Centre, 2005
  • L’Amour des Images, Musée de l’Image, Epinal, 2006
  • L’excès et le reste, Régis Durand, éditions de la Différence, 2006
  • Portrait et Paysage du XXIe siècle, Filipson Édition, 2008
  • Les nuages…Là bas…Les merveilleux nuages, Édition Somogy, 2009
  • Les territoires du désir, Muma Le Havre/Somogy, 2011
  • Point de vues, art contemporain et paysage, Le 19, Crac, Montbéliard, 2012
  • Catalogue Mois de la Photo à Paris, 2012
  • Lumière, Château de Malbrouck, Manderen, 2014
  • La Photographie Française au XXe siècle, centre de recherche et d’archives de la Photographie, Pordenone, Italie, 2015
  • Le Mur, Collection Antoine de Galbert, La Maison Rouge, Paris
  • Silence de la photographie, J. C. Lemagny & Steven Bernas, L’harmattan 2015 

Revue de presse[modifier | modifier le code]

  • Art Press, avril 1988. Texte de Régis Durand
  • Art Press, avril 1993. Texte de Régis Durand
  • Le Monde, 11/12 avril 1993  Michel Guérin
  • Revue de la BN n°48, 1993
  • L’œil, novembre 2001 Texte de Damien Sausset
  • Art Press, janvier 2003
  • Arte News janvier 2004
  • Connaissance des Arts, juillet 2005
  • Interview Actuphoto
  • Le Salon, janvier 2010. Revue du Centre de Recherche I.D.E, Texte de Sally Bonn
  • Le Monde, 13 février 2011 Claire Guillot
  • De la nature des choses, Sally Bonn, 50Sept, Art culture Moselle et patrimoine, CG Moselle
  • La forêt, Billebaude, Fondation François Sommer & Glénat éditions, 2014

Lien externe[modifier | modifier le code]