Jean-Luc Perrot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Perrot.
Jean-Luc Perrot
Jean-Luc Perrot à l'orgue de Souvigny.jpg
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Autres informations
Mouvement
Instrument
Distinction
Chevalier des Palmes académiques (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Jean-Luc Perrot, né en 1959 à Moulins, est un organiste, compositeur et musicologue français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Luc Perrot est agrégé de musicologie, Docteur ès lettres et arts (musicologie), maître de conférences à l'École Supérieure du Professorat et de l'Éducation (anciennement IUFM) de Saint-Étienne après avoir été chargé de cours à l'Université Jean Monnet de cette même ville, où il avait enseigné l'organologie, l'accompagnement et la valeur libre Arts Lyriques. Élève de Roland Meillier en piano au conservatoire de Saint-Étienne, il a travaillé l'orgue (instrument qu'il a découvert à l'âge de 13 ans en 1972), sous la direction, notamment, de Michel Chapuis, Jean Boyer, dans le cadre d'Académies d'été. Titulaire des orgues historiques Callinet (1837) de Notre-Dame à Saint-Étienne, sa thèse sur L'orgue en France de 1789 à 1860 l'a amené à découvrir de nombreuses partitions musicales oubliées. En janvier 2013, il a été nommé à la succession d'Henri Delorme sur l'orgue François-Henri Clicquot de Souvigny aux côtés de Madeleine Cordez et Pierre Dubois. Il est l'auteur de plusieurs articles, analyses et livrets de CD, notices historiques. Il joue également l'harmonium, le clavecin et le carillon.

Ses enregistrements discographiques L'Héritage de l'orgue classique, Suites et versets (sur l'orgue de La Chaise-Dieu), Beauvarlet-Charpentier à Souvigny, Maîtres français du XVIIe à Pommiers en Forez (au clavecin), des œuvres à quatre mains sur les grandes orgues de la cathédrale de Rodez en compagnie de Georges Lartigau et récemment un CD consacré à des inédits (Offertoires) de Michel Corrette à La Chaise-Dieu, ont montré son attachement aux partitions rares. Son dernier enregistrement sur l'orgue de Villerupt est consacré à certains compositeurs romantiques oubliés (Petrali, Smart, Brosig, de La Tombelle, Becker). Ses concerts l'ont amené aux quatre coins de France mais aussi en Italie, Pologne, Allemagne, Espagne et au Canada. Il s'est livré récemment à plusieurs expériences d'improvisation, notamment dans de longues séances d'accompagnement de films muets.

À côté de ses activités d’enseignement (il a approfondi la pédagogie au sein de l’Institut universitaire de formation des maîtres et donne de nombreux cours et master-class), il a fondé l'ensemble baroque La Clémence d'Urfé. Jean-Luc Perrot est aussi compositeur : il a composé plusieurs pages pour orgue seul et orgue à 4 mains, des œuvres pour chœur, carillon, ou diverses formations de musique de chambre. Sa première Suite à quatre mains pour l'orgue dans le style français, comportant notamment une Tierce en taille intitulée "Le tombeau de Georges Cziffra" a été publiée à La Sinfonie d'Orphée[1].

Il donne aussi de nombreuses conférences tant en France qu'à l'étranger, pour des associations, pour le CNRS, ou lors de colloques internationaux (Bruxelles, Paris, Pologne). En tant que musicologue, ses articles ont été publiés dans le Dictionnaire des musiciens du XIXe siècle, l'encyclopédie Die Musik in Geschichte und Gegenwart, et en collaboration avec l'Observatoire musical français (Université de Paris-Sorbonne).

Il collabore à la publication d'œuvres en fac-similé, dans la collection Patrimoine et Mémoire de l'orgue, aux éditions Musicreprints (œuvres de Benaut, Miné, Daussoigne-Méhul, Batiste). Il est secrétaire de l'association Cavaillé-Coll.

Jean-Luc Perrot est chevalier dans l'Ordre des Palmes académiques.

Exemples sonores[modifier | modifier le code]


Notes et références[modifier | modifier le code]