Jean-Joseph Veye de Chareton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jean-Joseph Veye de Chareton
Illustration.
Fonctions
Député de la Drôme

(4 ans, 10 mois et 7 jours)
Sénateur de la Drôme

(2 ans, 5 mois et 29 jours)
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Montélimar
Date de décès (à 64 ans)
Lieu de décès Paris
Nationalité Drapeau : France Française

Jean-Joseph Veye dit Chareton (, Montélimar - , Paris) est un général et homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Admis à l'École polytechnique, il en sortit avec le grade de sous-lieutenant du génie en . Lieutenant en 1836, capitaine en 1840, chef d'escadron en 1853, il fit la campagne d'Afrique où il assista au siège de Constantine, puis celle de Crimée, où il fut deux fois blessé et où il gagna le grade de lieutenant-colonel. Il travailla aux fortifications de Lyon, de Grenoble, de Toulon, devint colonel en 1861, et fit partie, en 1870, du 5e corps de l'armée du Rhin ; fait prisonnier à Sedan, il fut emmené en Allemagne et interne à Wiesbaden[1]. De retour de captivité il était affecté, comme général à l'armée versaillaise[2].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

À son retour, il fut élu, le , représentant de la Drôme à l'Assemblée nationale[3], et peu de temps après, le , promu au grade de général de brigade. Il devint aussi, le de la même année, conseiller général de la Drôme pour le canton de Montélimar. Rapporteur, après la mort de Chasseloup-Laubat, de la sous-commission de réorganisation de pendant la session de 1871-72, il défendit, à la tribune, le service de quatre ans, et prit une part active et distinguée à la plupart des débats sur les lois militaires.

Il fut promu au grade de général de division, le . Lors des élections des sénateurs inamovibles par l'Assemblée nationale, en décembre de la même année, le général Chareton fut nomme sénateur. Il prit place à la gauche de la Chambre haute, repoussa, en , la dissolution de la Chambre des députés demandée par le gouvernement du Seize-Mai, et s'associa à la lutte des sénateurs et députés républicains contre ce gouvernement.

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]