Jean-Claude Lugan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lugan.
Jean-Claude Lugan
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Directeur de thèse
Distinction

Jean-Claude Lugan, né à Figeac le , est un sociologue français, spécialiste de la systémique appliquée aux sciences sociales et auteur de nombreux ouvrages.

Biographie[modifier | modifier le code]

Diplômé de l'Institut d'études politiques de Toulouse (promotion 1962)[1] et de l'Institut d'études européennes de Turin (1965). Jean-Claude Lugan est professeur émérite à l'université Toulouse-I-Capitole, affecté à la Faculté de sciences économiques et à l'Institut d'études politiques de Toulouse.

Jean-Claude Lugan a été chargé de cours, en licence, master 1 et 2, encadre encore le travail des étudiants en doctorat, et participe à des séminaires internationaux et missions à l'étranger. Il fut le fondateur et le responsable du Centre interdisciplinaire de recherche sur les systèmes sociaux, et aussi fondateur et responsable de deux Masters, responsable du groupe de travail sur les théories des systèmes sociaux et a cumulé encore d'autres hautes responsabilités.

Ses recherches ont surtout été consacrées aux modèles systémiques appliqués aux processus de décision dans les collectivités territoriales et aux organisations de formation, dans la lignée théorique de Talcott V

Parsons, David Easton, Ludwig von Bertalanffy mais aussi d'Edgar Morin ou encore de Jean-Louis Le Moigne.

Il est membre, au titre de personnalité extérieure, de la section prospective du CESE Midi-Pyrénées

Il a été également un élu de Figeac durant 37 ans, vice-président de « Figeac communauté » chargé des affaires économiques et ami de Martin Malvy. Il a notamment participé à la création de l'Institut universitaire de technologie de Figeac (IUT de Figeac). C'est un ancien joueur de rugby à XV et sprinter universitaire.

Le 13 juillet 2000, il a été fait chevalier de la Légion d'honneur [2], sur proposition du ministère de l'Éducation nationale.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Travaux et publications

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Annuaire des diplômés : Édition du cinquantenaire 2007-2009, Association des diplômés de l'Institut d'études politiques de Toulouse, 3e trimestre 2009, 488 p., p. 193
  2. (fr) « Décret du 13 juillet 2000 portant promotion et nomination », sur www.legifrance.gouv.fr (consulté le 24 juin 2010)

Liens externes[modifier | modifier le code]