Jean-Albert Carlotti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Carlotti.
Jean-Albert Carlotti
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
[1] (à 92 ans)
Nationalité
Française
Activité

Jean-Albert Carlotti, né le à Lyon et mort en 2002, est un illustrateur et artiste-peintre français. Il est un des membres fondateurs du groupe des Nouveaux, a travaillé pour la presse écrite et illustré des ouvrages. Il est également décorateur pour le théâtre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Albert Carlotti est né le à Lyon[2]. Il travaille d'abord dans la soierie dans l'atelier d'Émile Didier (co-fondateur, avec le lyonnais Pierre Combet-Descombes, du groupe Ziniar en 1920 et du Salon du Sud-Est en 1925)[3].

En 1927, Carlotti présente ses toiles au Salon d'automne[3] puis, l'année suivante, au Salon du Sud-Est[4]. Il est un des membres fondateurs du groupe des Nouveaux[2], qui comprend notamment Marc Aynard, René Besset, Antoine Chartes, Pierre Pelloux[4]. S'installant à Paris en 1932, il est plus tard engagé par le quotidien Paris-Soir[2]. Il a illustré plusieurs classiques de la littérature comme La Chartreuse de Parme de Stendhal et Derborence de l'écrivain suisse Charles-Ferdinand Ramuz[5] et d'autres ouvrages, en particulier pour les éditions Bordas[2]. Jean-Albert Carlotti est un ami de Louis Touchagues[2]. Il est aussi décorateur pour l'opéra d'Amsterdam et dans le domaine du théâtre pour Robert Hossein et Frédéric Dard[6]. Pour ce secteur artistique, Carlotti réalise décors, costumes et programmes de théâtre en collaboration également avec Jean Dasté, Madeleine Renaud et Jean-Louis Barrault[3].

Carlotti revient à Lyon à partir de 1974. Il emploie différentes techniques : crayons, huiles, pastels ; il utilise également pinceaux, bambous, couteaux[7]. D'après Le Progrès, Carlotti préfère « les tons un peu sombres, grisés, rehaussés parfois d'une pointe plus lumineuse ».

En 1985, Henri-André Martin publie Le Lyon de Carlotti et Deroudille. Par la suite, Carlotti expose au Japon et plusieurs rétrospectives lui sont consacrées[3].

En 1999, le critique d'art Alain Vollerin lui consacre un ouvrage : Jean-Albert Carlotti : Donner une forme à sa vie intérieure (Éditions Mémoire des Arts), tandis les travaux de l'artiste font l'objet d'une exposition rétrospective à l'hôtel de ville de Lyon[8].

Expositions[modifier | modifier le code]

  • Lyon, galerie Malaval[6]
  • Salon de la Girafe (collectif)[2]

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • 1965 : prix Victor Perret[2]
  • 1966 : prix Rabelais[2]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Notice de la BnF
  2. a b c d e f g et h Alain Vollerin, « Jean-Albert Carlotti : Jean-Albert Carlotti, peintre de la vie intérieure... », sur memoire-des-arts.com (consulté le 2 janvier 2017).
  3. a b c et d Bernard Gouttenoire, « Le dernier des nouveaux s'est éteint. Le peintre Jean-Albert Carlotti vient de décéder à l'âge de 92 ans », Le Progrès,‎ .
  4. a et b J.-E. D., « Hommage à Jean-Albert Carlotti », Le Progrès,‎
  5. Bénézit
  6. a et b Alain Vollerin, « Carlotti invité d’honneur du Rendez-vous des Artistes », sur lyonpeople.com, (consulté le 2 janvier 2017)
  7. La rédaction, « Le Salon d'hiver a 50 ans. Hommage à Jean-Albert Carlotti », Le Progrès,‎
  8. La rédaction, « Livres : art et urbanisme », Le Progrès,‎

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]