Jaune de cobalt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jaune de cobalt

Composante
RVB (r, v, b) (253, 238, 0)
Triplet hexa. FDEE00
CMJN (c, m, j, n) (0 %, 6 %, 100 %, 0 %)
TSL (t, s, l) (56°, 90 %, 99 %)
Jaune de cobalt
3.svgion potassiumnitrite de cobalt
Identification
Nom IUPAC Hexanitritocobaltate (III)
de potassium dihydraté
Synonymes C.I. Pigment Yellow 40
No CAS 13782-01-9
No EINECS 237-435-2
SMILES
InChI
Propriétés chimiques
Formule brute CoK3N6O12  [Isomères]
K3[Co(NO2)6].H2O
Masse molaire[1] 452,2611 ± 0,0051 g/mol
Co 13,03 %, K 25,94 %, N 18,58 %, O 42,45 %,
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Le jaune cobalt, aussi appelé jaune auréoline, est un pigment jaune vif, proche du jaune indien.

Composition[modifier | modifier le code]

Le jaune de cobalt (PY40) a été mis au point en 1848 par le chimiste allemand Nicolaus Wolfgang Fischer (1782-1850). Il s'agit d'un composé de nitrite de cobalt K3[Co(NO2)6].H2O Il précipite lors de la réaction :

CoCl2 + KNO2 + CH3COOH → K3[Co(NO2)6]

Pigment[modifier | modifier le code]

Le jaune de cobalt possède un faible pouvoir colorant qui le rend peu économique (comme tous les pigments de cobalt, il s'agit d'un pigment cher). Il est plus éteint que le jaune de cadmium ou un jaune citron mais il est facile à utiliser en mélange. Il donne des tons verts rompus, peu propres mais proches de la nature et donc parfaits pour les paysages.

Malgré sa teinte très belle, l'auréoline est délaissé au profit de pigments jaunes moins toxiques et plus performants (isoindolinones, benzimidazolones)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.