Jane Digby

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Digby.
Jane Digby
Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait par Joseph Karl Stieler (1831) exposé à la « galerie des Beautés » (Schönheitengalerie) de Louis Ier de Bavière.

Nom de naissance Jane Elizabeth Digby
Naissance
Forston House, près de Minterne Magna
Décès (à 74 ans)
Damas

Jane Digby, née le à Forston House près de Minterne Magna dans le Dorset et morte le à Damas, est une artistocrate et aventurière anglaise dont la vie fut émaillée de plusieurs scandales.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Le manoir de la famille Digby à Minterne Magna.

Jane Digby est la fille de l’amiral Henry Digby et de Lady Jane Elizabeth Coke. Son père avait capturé en 1799 le Santa Brigada, un vaisseau espagnol chargé d’un trésor, et cette prise fit la fortune de sa famille. Il participa sous les ordres de l’amiral Nelson à la bataille de Trafalgar, comme capitaine du HMS Africa. Il légua à sa fille son domaine de Minterne Magna dans le Dorset.

Le grand-père maternel de Jane était Thomas Coke, premier comte de Leicester.

Pamela Digby Harriman (1920-1997), membre du parti démocrate américain et ambassadrice des États-Unis en France de 1993 à 1997, est l’arrière-petite nièce de Jane Digby.

Mariages, scandales et affaires sentimentales[modifier | modifier le code]

Jane Digby a été de mœurs notoirement légères durant la plus grande partie de sa vie. Elle épouse d’abord, le , Edward Law, second baron (puis premier comte) d'Ellenborough, lequel devient par la suite gouverneur général des Indes. Ils ont un fils, Arthur Dudley, qui meurt à l’âge de deux ans. À la suite de ses liaisons avec son cousin George Anson, avec le bibliothécaire Frederick Madden et avec Felix von Schwarzenberg, un homme d'État autrichien, son divorce d'avec Lord Ellenborough est prononcé en 1830 par un acte du Parlement. Ceci provoque un scandale considérable et oblige Jane à quitter définitivement l'Angleterre pour aller vivre à Paris avec Schwartzenberg. Jane a avec ce dernier deux enfants, un fils, Felix qui ne vit qu'un an et une fille, Mathilde (« Didi ») Selden née le à Bâle. Schwartzenberg abandonne Jane Digby en emmenant en Autriche leur fille Mathilde. Ensuite, Jane ne revoit plus jamais cette fille qui va plus tard épouser le baron Bieschin.

Portrait anonyme de Jane Digby en 1824, à l'époque de son premier mariage avec Lord Ellenborough.

Jane Digby s'établit alors à Munich où elle devient la maîtresse de Louis Ier de Bavière. Mais c'est avec le baron bavarois Karl von Venningen qu'elle a un enfant et qu'elle conclut un mariage de convenance le .

Elle retrouve bientôt un nouvel amant en la personne du comte grec Spyridon Théotokis. Venningen découvre cette liaison et provoque Théotokis en un duel au cours duquel ce dernier est blessé. Venningen a la générosité de libérer Jane des liens du mariage et de s'occuper de leurs enfants ; les anciens époux restent ensuite amis. Jane épouse Théotokis et le couple s'installe en Grèce. Là elle devint la maîtresse du roi Othon de Grèce, lui-même étant le second fils d'un de ses précédents amants, le roi de Bavière Louis Ier. Elle divorce de Théotokis après la chute mortelle de leur fils John Henry, âgé de six ans.

Puis vient une liaison avec un général albanais, Cristos Hadji-Petros. Elle joue le rôle de « reine » de son armée de brigands, vivant dans des cavernes, se déplaçant à cheval et chassant dans les montagnes. Elle le quitte lorsqu'elle découvre qu'il lui est infidèle.

Vie en Syrie[modifier | modifier le code]

À 46 ans, Jane entreprend un voyage au Moyen-Orient et s’éprend du cheikh Abdul Midjuel el Mezrab (aussi connu sous le nom de Shaikh Mijwal). Midjuel est le cheikh de la branche Mazrab de la Sba'a, une sous-tribu bien connue de la grande tribu 'Anizah de Syrie. Bien qu’il ait dix-sept ans de moins qu’elle, ils se marient selon la loi musulmane et elle prend le nom de « Jane Elizabeth Digby el Mezrab ». Elle vit avec lui un temps assez long dans le style bédouin et vêtue à l’arabe. Elle passe la moitié de chaque année en nomade, vivant dans des tentes en poil de chèvre, et l’autre moitié dans le palais qu’elle a fait construire à Medjuel, un quartier de Damas.

Dans ses dernières années, elle se lie d’amitié avec Richard Francis Burton et sa femme Isabel au moment où Burton est le consul britannique de Damas, ainsi qu’avec Abd el-Kader al-Jazairi, le chef de la révolution algérienne qui vit alors en exil à Damas. Elle meurt d’une crise cardiaque, âgée de 74 ans. Après sa mort, sa maison de Damas est louée à John Dickson, nouveau consul britannique, et le fils de ce dernier, le futur administrateur colonial britannique et écrivain Harold Dickson (en) (1881-1959), y passe son enfance.

Sur sa bible étaient inscrits ces mots: Judge not, that ye be not judged (ne jugez pas, et vous ne serez pas jugés, Mat7:1).

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Mary S. Lovell, A scandalous life : a biography of Jane Digby, Londres, Fourth Estate, , 365 p. (ISBN 978-1-85702-469-2)
  • (en) John Ure, In search of nomads : an Anglo-American obsession from Hester Stanhope to Bruce Chatwin, Londres, Constable and Robinson, , poche (ISBN 978-1-84529-082-5)
  • (en) Sally Bedell Smith, Reflected glory : the life of Pamela Churchill Harriman, New York, Simon and Schuster, , 557 p. (ISBN 978-0-684-80950-2, LCCN 96028681)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :