James Flynn (politologue)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis James R. Flynn)
James Flynn
Image dans Infobox.
James Flynn en 2007.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 86 ans)
DunedinVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
James Robert FlynnVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
James Robert FlynnVoir et modifier les données sur Wikidata
Surnom
JimVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaines
Parti politique
Distinctions
Œuvres principales
What Is Intelligence? (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

James Flynn, né le à Washington et mort le à Dunedin[1], est un universitaire néo-zélandais d'origine américaine. Il fait une carrière de professeur en sciences politiques à l'université d'Otago (Nouvelle-Zélande). Il est l'auteur de recherches et de publications sur l'augmentation continuelle du QI au XXe siècle, phénomène connu sous le nom d'effet Flynn.

Biographie[modifier | modifier le code]

James Robert « Jim » Flynn est né aux États-Unis en 1934. Il enseigne à l'université néo-zélandaise d'Ottago de 1967 à 2017, où il dirige durant trente ans le département de science politique. Il est docteur honoris causa de l'université, membre de la Royal Society of New Zealand, et lauréat de la médaille Aronui décernée par cette société[1].

Activités de recherche sur le quotient intellectuel[modifier | modifier le code]

Flynn veut définir l'intelligence de manière suffisamment large pour être indépendante de la culture, pointant ainsi que le mode de pensée nécessaire à la survie en milieu désertique (orientation, nourriture…) est très différent de celui demandé pour réussir dans l'Occident actuel (études, comportement social, réseautage…) Ses recherches portent également sur les idéaux humains, les débats idéologiques, la philosophie politique, les problématiques raciales et le QI.

Ses livres, au nombre de six, combinent politique et morale philosophique avec la psychologie afin d'examiner des problèmes comme la justification des idéaux humains et ce qui donne du sens ou non à la détermination de races ou aux classes sociales ainsi que leurs liens avec le mérite personnel. Il occupe actuellement un siège au comité éditorial de l’Intelligence journal[2].

Engagement politique[modifier | modifier le code]

Flynn fait passionnément campagne pour ce qui considéré comme des partis de gauche et est devenu un membre fondateur du New Labour Party de Nouvelle-Zélande ainsi que de l'Alliance néozélandaise. Il a également conseillé le Labour Party de Nouvelle-Zélande (parti travailliste) du premier ministre Norman Kirk sur la politique étrangère. Il est intervenu à de multiples reprises au Parlement néozélandais et à la suite des élections de 2005 y parle en tant que porte-parole de l'Alliance pour ce qui est des finances et de la taxation.

Controverses[modifier | modifier le code]

En 2007, des études basées sur des résultats néozélandais de 2007 ont montré que les femmes sans éducation tertiaire ont en moyenne 2,57 enfants en comparaison d'une moyenne de 1,85 enfant pour les femmes de plus haute éducation. En , le Sunday Star-Time a mal cité Flynn en interprétant qu'il aurait dit que la Nouvelle-Zélande risquait de voir décroître l'intelligence de sa population et qu'« une tendance génétique diminuait la qualité de l'ADN quant aux capacités intellectuelles » (« persistent genetic trend which lowered the genetic quality for brain physiology would have some effect eventually »).

Flynn eut pour seul commentaire qu'à 73 ans, il était trop vieux pour encore se soucier d'offenser qui que ce soit[3].

Flynn s'est étendu plus tard sur le sujet, lors de l'émission Close Up, dans une interview avec Paul Henry, suggérant que le Sunday Star-Time avait grossièrement caricaturé ses vues, prétendant que cela avait été extrait d'un contexte basé sur l'illustration d'une situation en tant qu'exemple et non comme solution ou comme théorie[4].

Publications récentes[modifier | modifier le code]

  • Race, IQ and Jensen London and Boston: Routledge & Kegan Paul, 1980. (ISBN 0710006519)
  • Humanism and Ideology: an Aristotelian View London and Boston: Routledge and Kegan Paul, 1973. (ISBN 0710074425)
  • Asian Americans : Achievement Beyond IQ Hillsdale, N.J.: L. Erlbaum Associates, 1991. (ISBN 0805811109)
  • How to defend humane ideals: substitutes for objectivity Lincoln, Neb.: University of Nebraska Press, 2000. (ISBN 0803219946)
  • What is intelligence? : beyond the Flynn effect Cambridge, UK ; New York: Cambridge University Press, 2007. (ISBN 9780521880077)
  • Where Have All the Liberals Gone?: Race, Class, and Ideals in America Cambridge, UK ; New York: Cambridge University Press, 2008. (ISBN 9780521494311)

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Daisy Hudson, « Otago academic 'giant' Jim Flynn dies », sur Otago Daily Times Online News, (consulté le 12 décembre 2020)
  2. (en) « Intelligence Editorial Board »
  3. (en) « Brainier mums needed to maintain future generations' intelligence, says professor », The New Zealand Herald,‎ (lire en ligne, consulté le 3 juin 2013)
  4. (en) « Academic in hot water over remarks », The Otago Daily Times,‎ (lire en ligne, consulté le 9 juillet 2007)

Liens externes[modifier | modifier le code]