Jacques Traub

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Jacques Joseph Édouard Traub (Cherbourg, -Paris, ), est un officier de marine et pilote d'aéronavale français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Marcel Traub, il entre à l'École navale en octobre 1926 et en sort enseigne de 2e classe en octobre 1928. Il sert alors en Extrême-Orient. Enseigne de 1re classe (octobre 1930), il est breveté canonnier en 1932 et se porte volontaire pour l'aéronavale. Il passe alors son brevet de pilote.

Lieutenant de vaisseau (mars 1935), il est nommé chef du service aviation sur les croiseurs Dupleix et Foch (1936-1937) puis commande une escadrille de bombardiers.

Pilote d'essai à la base de Saint-Raphaël, il met au point les nouveaux hydravions ainsi que les tactiques de bombardements en piqué. En 1940, il reçoit le commandement de l'escadrille de bombardement 2 B puis est affecté aux chantiers de jeunesse marine de Banyuls et Narbonne où il sert de 1941 à 1944.

Capitaine de corvette (janvier 1944), il est transféré à l'état-major à Casablanca où il est chargé de l'aéronautique et des relations avec les autorités américaines.

Capitaine de frégate (octobre 1947), directeur des études à l’École navale, il devient chef des opérations sur le porte-avions Arromanches et sert comme officier de liaison au Standing Group de l'OTAN à Washington en 1951-1952.

Promu capitaine de vaisseau (juillet 1952), chef d'état-major de l'amiral Barjot en escadre (1954-1955), il commande le porte-avions Bois-Belleau et sert en 1957-1958 comme chef de cabinet de l'amiral Sala au SHAPE puis de l'amiral Barjot et est nommé contre-amiral en novembre 1959.

Chef d'état-major de l'amiral Douguet, secrétaire général du Comité de la défense nationale et du Comité interministériel de défense, il est le préparateur des accords militaires avec les anciennes colonies.

En 1962, il commande la 3e flottille d'escorteurs d'escadre et la marine à Marseille. Sous-chef d'état-major de la marine, , vice-amiral (août 1964), secrétaire général de la Défense nationale (1965), il fut chargé du règlement des nombreux problèmes liés au retrait de la France de l'OTAN et de la négociation d'accords de défense avec les pays africains.

Vice-amiral d'escadre (février 1967), passé en 2e section en novembre 1968, il préside en 1973 l'Association pour le développement des œuvres sociales de la marine et devient trésorier de l'Institut français des relations internationales. Il est élu à l'Académie des sciences d'outre-mer en février 1982.

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

  • Chevalier, Officier, Commandeur puis Grand officier de la Légion d'honneur[1].
  • Croix de Guerre.
  • Officier d'académie.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le dossier est absent de la Base Léonore.

Liens externes[modifier | modifier le code]